Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 antilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
matice
***
avatar

Messages : 126
VPH : ice qnt
Date d'inscription : 28/10/2007

MessageSujet: antilles   Ven 20 Fév 2009, 12:08

2 témoignages en provenance de guadeloupe et de martinique
Au peuple mobilisé !

La lettre qu’Alex Lollia (membre dirigeant de la CTU a écrit depuis sa chambre d’hôpital et qu’il demande de diffuser.

Chers Camarades, du Centre Hospitalier de Pointe-à-Pitre, je vous adresse ces paroles pour vous rassurer sur mon état de santé. Je suis obligé de rester à l’hôpital puisque je souffre de lésions cervicales et de complications cardiaques consécutives à la violence des coups qui m’ont été portés par les forces de police.

Ma date de sortie n’a pas encore été indiquée mais même si mon corps est atteint, mon esprit reste parfaitement intact et je pense que cette épreuve a encore augmenté ma lucidité et ma détermination. J’étais comme beaucoup d’autres camarades en lutte sur le terrain et notre démarche était pacifique : c’est celle qui a été définie par le L.K.P.

Je suis un combattant aux mains nues !

Or en face de nous, les forces de police n’ont pas hésité à nous agresser sauvagement. Avec des camarades de l’U.G.T.G. et de la C.T.U., nous faisions tout pour calmer le jeu et encadrer les manifestants qui étaient pour la première fois venus nous apporter leur soutien.

Nous avons vu tomber sur nous une véritable tornade de coups de matraque alors que nous avions déjà quitté les abords de la route nationale. Les « mamblo » (Gendarmes) nous ont pourchassés dans les ruelles de Belle-Plaine et même dans la mangrove, ils n’ont pas abandonné leur traque.

C’est ainsi que j’ai compris qu’ils n’étaient pas seulement venus lever des barrages mais qu’ils étaient venus « casser du nègre » comme ils l’ont dit eux-mêmes. Ils m’ont encerclé et frappé. Je dois vous préciser ce qu’ils m’ont dit car je veux que vous compreniez à qui nous avons affaire.

Lors que je recevais des coups de pieds dans le ventre et que je me traînais par terre, voilà ce qu’ils m’ont dit : «

On a vu ta sale gueule à la télé, on va te la casser et tu ne pourras plus la montrer. On va vous casser sales nègres, chiens de nègres !»

J’ai vu qu’ils traînaient par les cheveux, une femme du quartier qui manifestait son indignation lorsqu’ils m’ont frappé. Ma seule arme a été de crier, de hurler ce qui a provoqué la colère des habitants du quartier.

C’est comme cela que j’ai pu en réchapper. Je ne sais ce qui est advenu de cette dame et je lui envoie, de mon lit, mon salut militant. Je la remercie d’avoir eu le courage, elle qui m’a sauvé avec les voisins du quartier. On dit que les Guadeloupéens sont des lâches mais voilà un exemple d’engagement et de courage. Je demande aux militants de resserrer les liens, de s’armer de courage, de renforcer la mobilisation.

Il faut encore élargir nos rangs et approfondir notre combat. C’est toute la Guadeloupe qui est derrière nous. La victoire est à portée de mains. Nous avons écrit une belle page dans le combat pour l’émancipation : la liberté commence aujourd’hui !

Du fond de mon lit d’hôpital, je dis à tous mes frères : « Ansanm nou ka lité ! Ansanm nou ké gannyé ! » (Ensemble nous luttons, ensemble nous gagnerons)

Alex LOLLIA
Pointe-à-Pitre, le 17 Février 2009



Chronique d’un militant de la CNT travaillant en Martinique
Les travailleurs de Martinique en lutte.
Fort-de-France, jeudi 5 février, 7 heures 30 du matin.

Tout à l’air calme. On trouve même facilement une place de stationnement. Normal en ce jour de grève générale. Mais, en se dirigeant vers la Maison des syndicats, sur le boulevard du Général De Gaulle, on aperçoit déjà un attroupement. Peu à peu les manifestants affluent. Les militants d’abord. La CGTM se renforce peu à peu en nombre: elle devient, comme on pouvait s’y attendre, le plus fort contingent. Je croise un journaliste béké travaillant pour TF1. Je lui dis qu’il est un représentant de la presse bourgeoise et je ne lui serre pas la main. J’entrevois D. de l’UGTM. Je me présente et je lui dis que j’aimerai faire une interview pour le « Combat Syndicaliste ». Il est d’accord mais comme je sens qu’on va être dans le feu de l’action, je lui dis que je vais le rappeler plus tard.

9 heure 30.
Le cortège s’ébranle. On va bientôt rassembler plusieurs dizaines de milliers de manifestants. Pour ne pas épiloguer sur un chiffre disons que c'était la plus grande manifestation depuis des décennies, depuis les funérailles d‘Aliker - ça date de 1935 !.
Dans le défilé en grande partie composé de militants et d'adhérents de la CGTM, on distingue un fort contingent CDTM et UGTM, ainsi que la CSTM et FO.Une petite délégation de SUD-PTT se fait remarquer aussi avec d'étranges couleurs jaunes de drapeaux et chemises.

L’UGTM est un nouveau mouvement qui se développe ici même si cette organisation est cependant moins puissante que l’UGTG, qui représente 51% des votants aux prudhommes en Guadeloupe. Les slogans, martelés avec véhémence, rappelent la cherté de la vie dans une île ou un paquet de pâtes coûte souvent trois fois plus cher qu'en métropole, où le kilo de pommes de terre dépasse toujours un euro. Le coût du transport a été une argutie contestée par les manifestants.

L’ASSAUPAMAR qui défend l’environnement et notamment le littoral contre les entraves à son accès est aussi présente. La ville présente un aspect d’état de siège: tous les magasins sont fermés par les manifestants et les employés et clients invités à rejoindre le cortège.

Devant la Préfecture les manifestants - et d'autres essaimés notamment sur le Boulevard du Général De Gaulle - attendent sans illusions les résultats de l'entrevue avec la Préfet. De cette entrevue, de ces éventuels résultats, dépend la suite des évènements. Mais on devine déjà. Un « comité » qui devient bientôt un « Collectif du 5 février… » voit le jour.

Martinique, vendredi 6 février.
5 heures du matin.
L’autoroute menant à Fort de France est bloquée par une manif en voiture. Ici on appelle ça une opération « molokoye ». D’autres automobilistes qui arrivent ensuite se joignent au défilé.
Le nouveau « Collectif du 5 février » s’est constitué sur Fort-de-France.

8 heures du matin.Fort-de-France.
Une nouvelle manifestation parcourt Fort-de-France. Les manifestants sont moins nombreux que la veille où l’on avait vu le plus grand défilé de l’Histoire martiniquaise. Mais ils apparaissent encore plus résolus, déterminés. Les femmes, nombreuses, souvent mères de famille, sont véhémentes. Ils ne fait pas bon vouloir ouvrir un magasin ou vouloir jouer les « jaunes ». La métropole, le « pouvoir des blancs », est pris à partie. Une femme s’en prend aux entreprises qui préfèrent, à qualification égale, embaucher un blanc de métropole plutôt qu’un autochtone, entreprises qui systématiquement rénumèrent mieux les blancs, leur offrant les meilleures places.
La Préfecture où débutent les négociations est assiégée par les manifestants. Les slogans fusent. Certains remettent en cause le capitalisme lui-même. Sarkozy est traité de voleur.

10 heures. Quelque part en Martinique.
Je me fais prendre en photo, poing levé avec des grèvistes. On s’essaie à chanter l’Internationale - en creyol - mais on se rappelle plus les paroles. A bas le capitalisme !
Matnik a nou, Martnik pa a yo

11 heures, au Lamentin, centre commercial La Galleria.
Les manifestants font fermer les commerces de la galerie marchande. Les commerçants, parfois traités de voleurs s’exécutent, et tirent prestement leurs rideaux. Le supermarché est fermé après que l’on ait appelé les employés à rejoindre la grève.

14 heures, au Lamentin.
Après un meeting au hall des sports les manifestants se dirigent vers les commerces et les obligent à fermer. Au « Leader Price » certains clients en profitent pour tenter de partir sans payer. Le supermarché Carrefour et sa galerie marchande sont fermés.

20 heures, à la télé, sur RFO.
Les journalistes grèvistes émettent un journal régulier, une fois le matin, une fois le soir, sur les évènements. Cela change de la langue de bois habituelle ! Ce soir un débat est organisé entre les différents acteurs sociaux et politiques. Mais on a invité aussi des artistes, des militants de base. Même la toute nouvelle représentante de l’UMP dit qu‘« il faut que ça change ». Rigal, un artiste fait une intervention véhémente mettant en cause le capitalisme. Charles, qui représente la CDMT, évoque le refus des marchands de la grande distribution de montrer leurs livres de compte. Puisqu’ils disent ne pas avoir de marge, on devrait pouvoir vérifier. Ils ont parait-il pousser des cris d’orfraie. On évoque l’organisation d’un congrès des travailleurs où l’on élaborerait une alternative à l’organisation économique sociale actuelle.
Sarkozy est traité de fou et de psychopathe.

Un mot sur l’indépendance. Pour la métropole, tout larguer, après avoir refusé la création d’industries locales, le développement d’une économie réelle qui pourrait être au service de la population, après s’être servi pendant des décennies, des siècles, de la colonie pour satisfaire les intérets économiques de ladite métropole, ne serait - ce pas là aussi une solution de facilité ?
Vous vouliez nous garder ? Nous sommes Français comme les habitants de la Creuse, de la Corrèze, ou de la Corse ?
Alors assumez. Sinon je vais aller me battre moi aussi pour le front de libération de la Lozère. Au fait le PIB de la Lozère c’est quoi ?

Ce n’est qu’au début des années 70 qu’il y a eu égalité de traitement avec les fonctionnaires venant de métropole. Ce n’est que par des luttes répétées que les Antillais sont parvenus à une - presque - égalité de droit avec les Métropolitains. Et pourtant ce sont des « départements français »…

Samedi matin. 7:30.
Je vais déjà prendre mon café dans mon hamac sur la terrasse. Une belle journée commence.

10 heures, à Rivière Salée
J’ai réussi à faire des courses à « Leader Price », dévalisé, notamment par les blancs - les touristes ?

11 heures, à l’Anse à l’âne.
Je n’ai pas réussi à prendre du carburant. « Plus de carburant » signale une affichette.

11 heures 15, golf de la Pagerie aux Trois-Ilets.
En grève. On boit un pot, autour de l’idée d’une reprise en mains des entreprises et de la grande distribution par les travailleurs eux-mêmes. Et ce n’est pas moi qui anime le débat. On se fait une photo: « Grève Générale ! ».
On prévoit un lundi « chaud » et des manifs dans plusieurs communes
Pas de nouvelles de ce qui a été décidé lors de l’assemblée avec le « Collectif »….

15 heures, Trois-Ilets.
ça y est: les dernières gouttes de carburant sont distribuées.
Les piquets de grèvistes à la SARA empêchent le transport desdits carburants

19 heures.
On annonce la grève des transporteurs et des camionneurs pour lundi.
La navette de bateaux desservant Fort-de-France n’a pas fonctionné apparemment ce samedi.

Dimanche 8 février.

Des copains de Nancy sont arrivés hier. On a pu leur acheter de la bouffe. Aujourd’hui c’est une journée de détente en famille. D’un bond on est à l’eau. 28°: la température fraîchit .

On range la « boite à gifles »: on la ressortira lundi.


Black-out (!) total en métropole. C’est vrai, ne vaut-il pas mieux ? Cela risquerait de donner des idées aux petits blancs de là-bas.

Sur Rue89 mes articles sont censurés. La parole, concernant la Martinique, est laissée à J.Krug qui écrit de son petit bureau de la rue des Haies et à « un éminent économiste », Jean Matouk qui radote régulièrement sur le site. Quelle imagination !

Ça passe sur AgoraVox et sur LePost. Enfin peut-être!: il faut montrer « patte blanche » (!)


Comme les kanaks dans les années 85, les antillais nous montrent la voie : GREVE GENERALE, BLOCAGE DU PAYS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.les-renseignements-genereux.org/
jdriele
*


Messages : 31
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: antilles   Ven 20 Fév 2009, 14:27

Je sais pas comment prendre ce type de témoignage....

Le 1er témoignage évoque l'émancipation et fait jouer les violons sur la violence qu'elle a subit (c'est l'essentiel du message) en précisant que le degré de violence est lié au racisme. On est alors bien loin d'un prb de pouvoir d'achat , mais plus dans un lutte indépendantiste se basant se la couleur de la peau.

Le 2nd témoignage est plus factuel

Par contre
Citation :
Comme les kanaks dans les années 85, les antillais nous montrent la voie : GREVE GENERALE, BLOCAGE DU PAYS !
C'est qui qui l'écrit ? je suis pas d'accord, mais remettre ça dans le bon contexte ça permet de mieux comprendre le propos (pas d'y adhérer cpdt)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laf_ange
Accro du forum
avatar

Messages : 3585
Âge : 44
Localisation : AGEN
Date d'inscription : 26/04/2008

MessageSujet: Re: antilles   Ven 20 Fév 2009, 18:37

Comme je suis pas très au courant ils manifeste pour quoi ou contre quoi ou qui ?

LAF ! ! ... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/laf-ange/le_site.html
Edlamouette
Accro du forum


Messages : 2806
VPH : Optima Rhino
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: antilles   Ven 20 Fév 2009, 18:51

La baisse du pouvoir d'achat, quoi d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matice
***
avatar

Messages : 126
VPH : ice qnt
Date d'inscription : 28/10/2007

MessageSujet: Re: antilles   Ven 06 Mar 2009, 13:17

Pour info

1/ site avec docs et vidéos:


Objet : YENKINOU.COM
>
>
> Cher(e) ami(e),
>
> Nous t'invitons à découvrir le site www.yenkinou.com

>
> Yenkinou.com est une fenêtre que nous ouvrons sur le mouvement social engagé
> par le LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon). A travers celle-ci, nous voudrions
> que chacun ici ou ailleurs puisse trouver les clés pour comprendre la
> déferlante qui « gentiment » depuis le 20 janvier dernier fait vaciller la
> société guadeloupéenne.
> Yenkinou.com c'est d'abord « pawol a moun isi » qui veulent en finir avec la
> « profitasyon » mais c'est aussi une contribution citoyenne au débat sur
> l'avenir de notre pays.
> Quatre jours, c'est le temps qu'il nous a fallu pour tout mettre en place,
> réunir les équipes de tournage, créer le site, trouver les premiers
> contributeurs. « Mè sé zyé ki lach » et malgré les difficultés, nous avons
> l'ambition de vous proposer un rendez-vous quotidien avec le LKP ainsi
> qu'une rubrique « décryptage » ou des experts (juristes, historiens,
> psychologues, etc.) nous ferons part de leur analyse sur une question de
> leur choix.
>
> A la une pour l'ouverture du site www.yenkinou.com Elie DOMOTA porte parole
> du LKP fait le point pour nous sur les négociations du 23 Février au port
> autonome de Pointe à pitre.
>
> Julien MERION (universitaire et politologue) décrypte le 23 Février
> 2009



xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx



2/ coup de gueule contre la désinformation:

S'il vous plait si il y a bien un message a faire suivre c'est bien celui là.Il est grand temps que les yeux s'ouvre afin que l'on ne nous prennent plus pour des attardés,des profitants,des faineants ou des perfusés...

Ou est l'egalité que je souhaite mais qui ne semble pour le moment qu'utopie?

La fraternité on cherche a nous l'enlever definitivement avec le manque d'information de notre situation a nos compratriotes français sur le continent;ou plutot devrais je dire la desinformation et un journalisme orienté!

alors stp fait turn!!!

Fey touné souplè!!!! (traduction : à diffuser SVP)

La vérité est celle là ...

15/02/2009 à 21:59

Les DOM-TOM (520 euros/hab/an) coutent moins chers que la Corse (2400 euros/hab/an) ou la métropole (1200 euros/hab/an).
> Alors renseignez vous et lisez le rapport du délégué interministérielle à l?égalité des chances des français d?outre mer (Patrick Karam) !!!
> Par ailleurs sans les DOM-TOM la France ne posséderait pas la 3eme zone maritime mondiale ni aucun droit sur les droits de douane et passage pour le Canal du Panama (grâce aux Antilles) et du Canal de Suez ( La Réunion ).
> Renseignez vous, Bernard Pons disait lui même en 1986 que les DOM-TOM rapportaient à la France "largement plus que ce qu'ils lui coutent". Par ailleurs les Antillais sont français qui cotisent et paient des impôts comme n?importe quel français, ils sont en réalité plus taxés que les métropolitains (en plus de la TVA , on paie ici 3 taxes d?octroi de mer sur tout produits importé) et paient des impôts locaux aussi élevé qu?en Région Parisienne. Alors par pitié cessez de dire n?importe quoi, les Antillais ne vivent pas grassement sur les impôts de leurs compatriotes de métropole !!!
> Je vais certainement me faire censurer comme dab mais voilà :
> Je peux comprendre que les 7000 km qui nous séparent de la France Métropolitaine fassent que certains de nos compatriotes ne maitrisent pas trop le sujet. Le traitement déplorable des médias n'y est pas étranger? Donc petite piqure de rappel :
> 1- les manifestants ne demandent rien à l Etat:
> Ni argent, ni RSA, ni monnaies sonnantes et trébuchantes. Ce sont les patrons (Béké, medef) qui ont sollicités de l?Etat, ces derniers ont voulu tirer partie de la grève en demandant une énième aide en échange d'augmentation des salaires les plus bas. Ils bénéficient déjà d'exonérations de charge, de la défiscalisation, de nombreuses aides qui proviennent de l'Etat et de l'Europe- (la liste n'est pas exhaustive).
> 2- Les manifestants n'ont pas et jamais demandé l'indépendance:
> Vous ne trouverez nulle part une demande d'indépendance de la part des manifestants. Le choix d?être français a été tranché à maintes reprises (Referendum de 1946, de 1962 et 2003). Les Guadeloupéens ne demandent qu?une chose, l?EGALITE DES DROITS pour tous les française de Métropole et d?Outre Mer. Par ailleurs, l?indépendance ne se donne pas, elle se prend et se conquiert par les peuples, la Guadeloupe elle est française depuis 1635 !!!
> 3- Les Guadeloupéens ne sont ni xénophobes, ni racistes:
> Ce sont les békés qui vivent entre eux, se marient entre eux, travaillent entre eux en excluant les antillais. D?ailleurs les antillais sont tous plus ou moins métissés ! Vous ne trouverez aucun cadre de direction dans les entreprises tenus par eux, les annonces d'emplois ne paraissent même pas en Guadeloupe, mais directement en France, via des cabinets de recrutement. Nous vivons et côtoyons les descendants d'esclavagistes et à ce jour les antillais n'ont jamais eu l'attitude que eux ont envers nous.
> 4 - Les manifestants demandent 200? d'augmentions pour les bas salaires:
> Cette revendication est légitime, comme je l'ai expliqué plus haut les patrons antillais bénéficient de nombreuses aides qui leur permettent d'empocher de substantiels bénéfices. Ces aides venant de l?Etat se sont vous, nous qui les payons pour enrichir des patrons qui exploitent les antillais !!! Le salaire d'un Antillais est de 20% à 30% voir 50% inférieur à ceux proposés (à compétence égale) en métropole. Quand on sait que la bas tout coute plus cher de 20% à 30% comment voulez vous que les gens s'en sorte??? Comment peut-on croire qu'avec un cout de production moins élevés et de telles majorations de prix les patrons Antillais prétendent ne pas pouvoir augmenter les salaires??? Que vous ayez fait des études ou non, ont vous proposera le smic, les emplois sont rares les patrons en profitent pour sous payer leurs employés.
> En conclusion:
> La fin du système néocoloniale (exclusivité de la Métropole et application stricte des lois de la République ) et de l'exploitation, voila ce que les Guadeloupéens demandent, qu'on leur donne les moyens de travailler et de vivre de leur travail et non du RSA ou autre RMI. Qu'on arrête de donner des sommes exorbitantes, sans contrepartie, sans aucun contrôle a des patrons qui ne font que s'enrichir en exploitant le coté insulaire de la Guadeloupe et leurs habitants. Que ces dites sommes servent à développer l'économie, a payer décemment les salariés pour qu'enfin l'économie de la Guadeloupe ne repose pas uniquement sur le tourisme. Que les abus soient réprimandés : fin du monopole de certaines familles qui empêchent la concurrence, veille des prix, contrôles serré des sommes envoyés par l?Etat et l?Europe, etc... L?Etat aurait tout à gagner à développer des partenariats avec les autres iles des Caraïbes (Puerto Rico, St Domingue, Trinidad) avec les autres continents, la Guadeloupe est à 4 heures de l'Amérique du Sud et à 2 h des USA.
> Nous sommes des français à part entière alors de grâce cessez de nous comparer aux habitants des pays voisins (Haïti, Cuba, République Dominicaine, etc?) !!! Aucun métropolitain n?aimerait qu?on lui balance à la figure qu?il doit être heureux et la fermer parce qu?il gagne plus et vit mieux qu?un Roumain ou qu?un Polonais. Nous ne sommes pas cubain ni haïtien mais français comme vous et même depuis plus longtemps que certains d?entre vous !!!
>
> En espérant que certains comprendront un peu mieux leurs compatriotes des Antilles et leur apporteront leur soutien dans cette lutte.
>
> Cordialement
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.les-renseignements-genereux.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: antilles   

Revenir en haut Aller en bas
 
antilles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOUVENIR DES ANTILLES
» Journal intime d'une jeune femme en croisière aux Antilles
» AMSTEL CURACAO RACE --Antilles néerlandaises--07.11.09
» 30/06/12-01/07/12 Course de Côte du Carbet (Antilles) Régionale
» Les Antilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Ravito :: Le Bar-
Sauter vers: