Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

À quel type de pollution êtes-vous exposés ?
Agricole
0%
 0% [ 0 ]
Automobile
19%
 19% [ 7 ]
Industrielle
0%
 0% [ 0 ]
Agricole + automobile
17%
 17% [ 6 ]
Agricole + industrielle
0%
 0% [ 0 ]
Industrielle + automobile
25%
 25% [ 9 ]
Industrielle + agricole
0%
 0% [ 0 ]
Automobile + agricole + industrielle
28%
 28% [ 10 ]
Qualité de l'air jugée largement satisfaisante même lors d'efforts avec hyperventilation
11%
 11% [ 4 ]
Total des votes : 36
 

AuteurMessage
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Jeu 27 Nov 2008, 18:06

voici le texte initiateur d'une tentative de faire remonter le problème sur un forum
http://veloptimal.com/forum/viewtopic.php?t=20207
le texte a dérangé, puis le fil a été verouillé. je m'y prend mal sans doute. je ne veux pas simplifier censurer, mais il y a tant à dire que c'est long. surtout d'un coup

le voici donc ici. Vous me connaissez donc ne serez pas surpris de la taille du message...

je vous invite à considérer la pratique sportive à proximité des voitures, et en particulier des voitures diesels.
comme j'ai expliqué dans mon texte " Très mal fait et qui peut être complètement reécrit avec les arguments contraires. Qui est de l'écologisme orienté sans réflexion globale" http://pourlaterre.free.fr/le-scandale-du-diesel.html
Les moteurs diesels supportent mal les variations de charge (variation de puissance, régime ou couple) et l'isolement sensoriel vis à vis du moteur dans l'habitâcle accentue la tendance demander trop de couple au moteur: cela fait qu'une voiture isolée sur une route secondaire pollue 30 fois plus par endroits, lors des reprises et des accélérations brutales, et bien plus qu'en ville étant donné la liberté d'accélérer sans emboutir quelqu'un.

je fais un appel aux medecins du sport, aux chimistes, et aux étudiants pour que soit mis en place le croisement des données, non pas des compétitions, mais surtout des entraînements puisque la pollution semble affecter surtout le comportement de l'organisme en endurance.
en compétition les effets sont moins visibles car perturbés par le stress physique de la compétition, mais les résultats peuvent varier tout de même.

Les moteurs diesels sont les responsables principaux des oxydes d'azotes (cardio-accélérateur) et d'ozone en haute altitude et l'été (réaction photochimique), (cardio-ralentisseur). les oxydes d'azote, souffre et particules troublent la fonction endothéiale. ce qui favorise l'arythmie et une mauvaise jointure des valves.
les deux pays les plus touchés sont la Belgique et la France: ce sont les deux seuls pays où le parc automobile est majoritaitement diesel. en France, chose surprenante, mais que je tiens à préciser, c'est les alpes qui ont les taux les plus fort et les alertes les plus fréquences: en hiver dans les vallées pour les oxydes d'azote, et en été dans les massifs alpins pour l'ozone et même les particules. De plus, il y a une lacune dans la mesure des particule: on les pèse au lieu de les compter et on ne serveille pas encore les particule nanométriques invisibles des voitures modernes, on ne mesure que les fumées noires (plus de 0.8 microns, en fait les PM2.5)
En altitude, même en montagne, restent très présents les particules et l'ozone: ce qui favorise la bradycardie et de l'arythmie, et les efforts d'endurance prolongés que l'on pratique plus facilement en montagne l'après midi, multiplient la dose selon l'hyperventilation pulmonaire.

Mon expérience de la canicule 2003.
j'ai pu profiter d'un chalet d'alpage et je n'ai donc pas souffert de la chaleur: il faisait 30° à 1800m, donc gérable, et moins en haut il faisit très bon: pas de chaleur dangereuse donc. et pourtant j'ai failli en crever: le coeur faisant de l'arythmie chaque nuit après avoir ralenti trop bas pour que le cardio mesure (en dessous des 30 pulsations) oubliait parfois de battre plusieurs secondes de suite: la nuit je me réveillais en sursaut à moitié paralysé et devait donner des coups de points sur la poitrine pour qua ça reparte: que se serait 'il passé si j'avais le sommeil profond?

Pour maintenir une fréquence cardiaque de repos acceptable, je devais faire des pompes et manger au milieu de la nuit afin que la récupération et la digestion maintiennent le coeur (ça ne vous rapelle rien?).

Le seuil anaérobie était descendu aussi assez bas, 160-165 pulses aussi, mes zones d'efforts étaient décalée. en bref la fréquence cardiaque était ralentie.

on se pose alors les question, car ça y ressemble: 5h de marche par jour (de marche et non pas de course à pieds) est t'il du sur entraînement?

La réponse est venue plus tard: c'est typique de la pollution
Pour l'ozone, les effets commencent à êtres mesurables vers 60 micro-grammes par mètre cubes, seuil qui affecte déjà la végétation (grosses pertes de production agricole)
En 2003, le taux dans le beaufortin était supérieure à celui observé en plaine, aux alentours de 400 pour les pics et à une moyenne de 200, en effet, la pollution à l'ozone est maximale dans les alpes à 1800m d'altitude, le capteur de Plan du lac en Vanoise le prouve, avec en temps normal et un été plustôt frais des valeurs de l'ordre de 100.

la corrélation entre l'ozone et la bradycardie dégénérant en arythmie ne fait plus débat.

enfin, le dioxyde d'azote associés au particule trouble lui aussi la fréquence cardiaque et je l'ai constaté à répétition avec l'aviron, dont la base se trouve dans une zone d'accumulation où 500 micro-grammes de monoxyde d'azotes et 100 ou 200 micro-grammes de particules fines sont à coup sur dépassé des que le vent est faible et que cela s'accumule. C'est aussi le cas sur la route de tigne par exemple ou sous chaque paravalanche, le taux de pollution est des centaines de fois supérieur à celui d'un pic de pollution urbain, et le taux de monoxyde de carbone est suffisant pour assurer un bon mal de tête (que les habitants atrribue au changement d'altitude).

en faisant à l'identique des test ergométriques avec le même microcycle préparatoire (avec 5h de marche la veille pour comparer avec les fois où j'arrive à Tigne par Landry), j'avais 5 à 7 pulses de moins au test ergo après le voyage par Landry qu'après le voyage par la route de Tigne fait en voiture au lieu de me faire déposer à Landry.


j'ai essayé de continuer la pratique de l'aviron menacée par la nappe de gaz d'échappement qui "coule" sur le plan d'eau et s'y accumule...

bon, c'est tenable jusqu'à 140 pulses mais c'est quand même limite.
Puis las de pratiquer dans de telles conditions j'ai quitté le club, en me basant en 8km en amont j'ai pu quand même ramer plus souvent, mais trop souvent de revenais malade d'une nappe de pollution routière s'accumulant.
La santé va beaucoup mieux une fois éloigné de cet axe routier et en faisant la même dose d'entraînement (entre 1 et 2h d'endurance vers 80% FCmax)

par contre, l'entraîneur qui y reste tout le temps a déjà des légers troubles cardiaque caractéristiques d'une exposition prolongée à la pollution (arythmies liées au particules et oxydes d'azote), or, lui ne fait qu'un peu de sport, il encadre simplement les rameurs, bricolent mais reste planté juste en bordure de ce talus de route.

j'avais moi aussi ces troubles, maintenant je ne les ai plus

je m'entraîne toujours pareil, donc ce n'est pas le surentraînement ou l'excès de charge cardiaque, mais j'ai changé d'endroit.

j'ai mesuré la charge cardiovasculaire pour des efforts calibrés: quand l'air est pur, la charge cardio est bien fixée et précise pour l'effort calibré, toujours pareil d'un jour à l'autre, mais à chaque pic de pollution, ici en condition hivernale donc des oxydes d'azotes, qui font monter la fréquence cardiaque, la charge cardiovasculaire augmentait, d'une valeur un peu aléatoire. chaque bande grise correspond à une jour d'accumulation de la pollution: selon un phénomène typiquement alpin: l'air froid dans la vallée reste coincé et accumule comme le ferait un grand espace clos, la pollution d'un axe drainant quelques dizaines de milliers de voitures par 24 heures.

ensuite, la bande bleue montre la fréquence en altitude, l'air n'est plus autant pollué, mais l'altitude demande une FC plus haute, ce qui est à noter c'est que une altitude de 2000m ne fait pas augenter plus que un pic de pollution aux oxydes d'azote en bas.
si on estime la perte de performance pour faire un chrono, elle devrait faire entre 15 et 20%

Cette année, le test ergométrique de décembre a été mauvais pour tous les rameurs: à peu près 5 à 10 secondes d'écart, soit une perte de l'ordre de 5 à 10%, une seconde sur le test 2000 ramé faisant presque exactement un pourcent de puissance.
l'année 2007 a été quand même particulière (records dans les pics de pollution en rhone alpes)

3 novembre 2007
article dans le journal le monde dans la rubrique "environnement et sciences"
extraits
"la pollution a un effet vasculaire immédiat"
c'est ce que a démontré l'équipe de Pierre Boutouryrie (inserm UMR 872) hôpital européen Georges Pompidou et publié dans le numéro de novembre de la revue américaine "Hypertension". l'étude porte sur la fonction endothéliale c'est à dire la capacité des vaisseaux à se dilater ou se contracter selon le débit sanguin, ainsi que les modifications de la partie interne de la paroi vasculaire. Les données ont été croisée avec les mesures d'Air Parif, les patients sont quarante jeunes gens en bonne santé de 18 à 35 ans.

"il apparaît que la fonction endothéliale est modifiée par les niveaux ordinaires de pollution atmosphérique en ville, la fonction peut baisser de moitié entre le jour le moins pollué et le jour le plus pollué, "les polluants gazeux affectent la fonction endothéliale des grosses artères tandis que les particules exagèrent la dilatation des petites artères" en une réponse à une diminution du débit sanguin notent les auteurs.
Soulignant en particulier l'effet négatif des dioxydes d'azote et surtout de souffre, Pierre Boutouryrie et ses collaborateurs remarquent que cette altération importante a été observée pour des niveaux relativement bas de pollution"


extraits de texte trouvé sur le site du sena, archivé dans dans
http://thevenet.jean.free.fr/senat.fr-rap-r05-125-r05-12558.html
(copiez coller une courte portion de texte dans google pour retrouver le texte original)

On peut dire que c'est dans les vingt-quatre heures qui précèdent l'infarctus du myocarde que les choses se sont passé. C'est une association spécifique. Jusqu'à présent, on avait travaillé sur des maladies cardio-vasculaires, des hospitalisations, des données hospitalières, de mortalité, mais jamais sur une pathologie spécifique, comme l'infarctus du myocarde. C'est une association robuste car quelles que soient les décisions que l'on prend, on retrouve toujours les mêmes relations. Cela affecte la population jeune (35-64 ans). Les plus âgés sont les plus sensibles, mais cela affecte également les personnes qui n'avaient aucun précédent vasculaire et les jeunes. Enfin, c'est une relation linéaire, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de seuil. A chaque fois que l'on augmente la concentration de l'ozone, on augmente d'autant plus la survenue de l'infarctus du myocarde.On a également montré que l'ozone avait un rôle sur la fréquence cardiaque, en la diminuant, à l'inverse des autres marqueurs (NO2 et SO2), qui sont cardio-accélérateurs.
Pour l'ozone, on constate que le risque le même jour est de 1,05. Cela signifie que pour chaque augmentation dans l'atmosphère de 5 microgrammes par mètre cube d'ozone, il y a un risque augmenté de 5 % de faire un infarctus du myocarde. Ces relations sont très significatives et concernent à la fois le même jour et le jour précédent.

En haut lieux... ça fait bien longtemps que ça ne fait plus débat.
c'est pareil, le comité olympique britannique a déjà des abaques de pertes de performance des athlètes selon la pollution.


Dernière édition par Jean Thevenet le Ven 12 Déc 2008, 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
joebar
Accro du forum
avatar

Messages : 1032
Âge : 37
Localisation : Grenoble
VPH : Trice QNT/Cyclone + divers VTT
Date d'inscription : 14/12/2007

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Ven 28 Nov 2008, 09:42

Aller mettre ça chez JulMTB (Veloptimal maintenant), c'etait un peu risqué. Là bas, je les connais pour leur coté psychopathique des pieces ultralight de vélo (vtt et course).

Ceci dit, la pertinence du sujet abordé par rapport à la thématique du forum (entrainement) est réelle. Mais dis toi qu'ici plus qu'ailleurs (c'est mon ressenti) les gens sont plutot ouverts d'esprit avec un sens critique et de la jugeote. C'est une grande qualité de ce forum, ce qui fait sa force et qui m'attire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sebbouq.free.fr/
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Ven 28 Nov 2008, 10:10

oui, c'est ce que j'ai écrit
dans http://velorizontal.bbfr.net/le-bar-f6/niveau-de-lecture-proselytisme-ecologiste-t7178.htm
et c'est vraiment une qualité rare.
d'une façon générale, il ne semble pas y avoir de forums de discussions poussés,
alors que justement, le web devrait pouvoir permettre la rencontre de ces personnes qui en temps normal ne trouvent pas l'écoute pour des trucs qui demandent d'être couché par écrit pour être dit. Au contraire on transpose du gazouillage de bar par écrit, on fait "de la CB par écrit", ça se nivelle par le bas, comme la télé, et cela est bien surprenant.
ce dérappage c'est produit avec le fin des sites perso facile (avec la fin de netscape communicator), c'est devenu une affaire de pro et les sites sont maintenant essentiellement commerciaux. d'ailleurs, il y a un véritable problème avec google, je vais essayer de remettre ça à sa place. (le hors sujet du post cité)
il existait ou existe encore un domaine de rencontre technique: le radio amateurisme, mais la loi justement impposait de ne débattre que de sujet technique: en bref parler de trucs personnels genre ma femme ou les enfants ou autre était INTERDIT mais on pouvait débattre à l'infini de la cosmologie, du jardinage à condition d'aborder cela en terme d'hygrométrie et de biologie, de n'importe quoi qui était technique. Cela était génial, ce qui était interdit était justement ce qui fait dériver vers le bas. L'examen ne sélectionnait que des personnes techniques.
Je vais essayer de m'y remettre, mais je crains qu'il n'y ai plus que des vétérans, mais pour cela il me faut résoudre le problème que JNZ maitrise: alimenter un circuit de charge 12 volts avec a dynamo.
le radio amateurisme pourrait d'ailleurs boutir à une aide technique dans le domaine des capteurs automatique de pollution, en utilisant divers techniques de mise en réseau, pour faire des mesures indépendante.
j'ai un projet de dosimètre de pollution sonore, non pas pour les bruits de proximité, mais pour les paysages, comme cela est le cas pour les fonds marin.
il y a un appui derrière, le CESNA et le CENTRE DU SON le domaine de recherche est confiné au sons, mais on peut en sortir par le biais de la radio et l'approche physique au niveau moléculaire de l'acoustique. par exemple les transposition acoustisque de spéctrogramme de masse pourraient permettre à l'outil auditif de recconaitre facilement des signatures de polluant dans un environnement, car elle est mieux équipée que l'oeil pour sortir un signal du bruit. je suis en train de commencer l'étude de ce projet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Vindwa
Accro du forum
avatar

Messages : 4956
Âge : 57
Localisation : Esneux (B)
VPH : Rans F5 Enduro / MD23 Dechenne 26x26
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Mer 10 Déc 2008, 21:35

A toutes fins utiles: Particules atmosphériques : composition chimique et effets sanitaires
Revue d'analyses critiques de publications internationales

Lien donné par un médecin vélotafeur sur Vélotaf.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace de Feu
Pilier du forum
avatar

Messages : 944
Âge : 52
Localisation : Proche banlieue de Grenoble
VPH : M5 SP559 vert ; Zockra KA LD 571/622 blanc et bleu
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Mer 10 Déc 2008, 22:02

Et pour inciter à un peu de réflexion sur le sujet, rappel que tout un chacun passe en moyenne 22 heures sur 24 dans un lieu clos, lui-même source essentielle de polluants. Comme quoi les diesels ne sont pas responsables de tous les maux cardio-respiratoires.

Petite liste éducative des polluants intérieurs, fournie par l'observatoire de la qualité de l'air intérieur.

scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Mer 10 Déc 2008, 22:45

il y a une phrase curieuse.
Citation :
Il n’a pas été observé d’association entre polluants et troubles du rythme cardiaque, ni avec les blessures du doigt.
(le tableau montre bien les troubles (page 25)

par contre quand tu dis
Citation :
tout un chacun passe en moyenne 22 heures sur 24 dans un lieu clos, lui-même source essentielle de polluants.
les 2h sur 24 passé dehors en respirant à peu près 12 fois plus fort (dans le cas d'un athlète d'endurance) comptent pour 50% du total de l'air respiré.

pour l'air intérieur je suis d'accord, il peut y avoir des lessives aux parfums Givaudan, une femme recouverte de pâte à peau aux parabènes, une neuf box chinoise (la mienne puait je l'ai remplacé par un modem suisse), et des DVD ramenés du Pérou (les DVD les plus polluants que j'ai connu, à mettre dehors!), du savon parfumé, du shampoing et autre trucs dégueu.
quand je fais du vélo je suis souvent surpris de ces bouffées de produits de synthèse qui émane de certaines maisons, des que la porte est ouverte.
...

mais dehors si on fait de l'endurance
le lieu de pratique compte autant que le lieux où l'on vit, et ce lieux de pratique peut présenter localement des tau de pollution très fort, surtout que les heures de pratiques coincident souvent avec les heures de pic de circulation
il faut le savoir et le comprendre pour s'en préserver.
le pire, c'est, en hiver, ces salles de sports souvent en bordure de grande route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Glace de Feu
Pilier du forum
avatar

Messages : 944
Âge : 52
Localisation : Proche banlieue de Grenoble
VPH : M5 SP559 vert ; Zockra KA LD 571/622 blanc et bleu
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Jeu 11 Déc 2008, 07:50

Jean Thevenet a écrit:
les 2h sur 24 passé dehors en respirant à peu près 12 fois plus fort (dans le cas d'un athlète d'endurance) comptent pour 50% du total de l'air respiré.

Tout le monde ne s'appelle pas Jean Thévenet et ne passe pas 2h par jour en limite de seuil anaérobie en ambiance extérieure... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Jeu 11 Déc 2008, 10:06

rédit, mis en gras ce qui est essentiel

justement pas en limite aérobie/annaérobie!!!
en endurance
75% à 80% de la VO2 max, c'est du même ordre de grandeur que 100% à 25% près mais c'est possible 2H. donc, qu'un effort soit d'endurance ou intense ne change pas tellement.
c'est pour cela que quand on est entraîné, un effort normal d'endurance correspond à beaucoup, et presque autant qu'à fond, à 25% près, et revient à plus que décupler le débit respiratoire. Il n'y a en effet que 4% volume d'air qui est utilisé, une portion seulement des 20% d'oxygène, mécaniquement, un effort de 350 watts totaux (métabolique) ça fait 1 litre d'oxygène/minute divisée par 0.04= 25
un effort d'endurance normal disons à 0.8 fois 5.25 litres d'oxygène par minute, ça fait 4.2 litres, disons 4 soit 100 litres d'air par minute, au MINIMUM car si en plus on fait un peu d'hyperventilation, ça peu diminuer ce rendement. Je suis certains donc, de respirer entre 80 et 100 litres d'air par minute, soit 10 à 13 fois la valeur de repos.
quand on n'est pas entraîné, sédentaire, il faudrait près de 6h pour métaboliser la même quantité de kcal (environ 2000), mais aussi, on hyperventile plus, mais ça ne suffit pas à faire autant d'air respiré.
Ainsi, le non entraîné qui se met au vélo ne considère pas la pollution comme aussi grave qu'un entraîné: il la subit en effet moins, et puisqu'il a été sédentaire, il ne la subit pas non plus depuis longtemps! il la subit certes en respirant la pollution intérieure de l'habitacle, plus concentré même, mais d'une part
- en état de non réaction (l'organisme passif tolère les toxiques et se laisse atteindre plus en profondeur au lieu de les rejjeter, mais c'est retarder un mal plus profond)
- à faible dose: métabolisme très bas.
La FUBICY argumente sur le fait qu'un cycliste respire moins de pollution q'un automobiliste, c'est vrai en ville si le cycliste ne prend pas les mêmes rues, se dégagent des bouchons, fait un effort de faible puissance moyenne (en ville rarement plus que 30% Pmax1h)
c'est FAUX à la campagne car il y a effort puissant à 80% Pmax1h, une même exposition, et un temps de trajet d'un facteur 3. le cycliste respire entre 10 et 30 fois plus de pollution sur un parcours rural du genre la route avec une voiture de temps en temps qui pollue énormément car à 1000 tours minutes en côte.

On pourra dire à celui qui s'est entraîné de limiter son effort, et non, c'est pas possible: ça voudrait dire perdre sa condition physique en se limitant en dessous de sa zone d'endurance, et c'est très difficile à faire, en plus que peut t'on faire dans une région valonée avec moins de 2 watts/kilo? c'est comme dire à quelqu'un
Citation :
rendez vous handicapé physique pour régler votre problème.
Pour vous rendre compte de cette difficulté, mettez un cardio et imposez vous de faire un trajet en ne dépassant pas 100 pulsations. (c'est le cas de la marche à pieds, mais on respire aussi 5 fois plus longtemps en respirant 3 fois moins fort)

dans l'hypothèse écologique où un moyen de transport musculaire est utilisé au quotidien, on abouti de toute façon à une condition d'entraîné.
seulement voilà, il faut considérer que le problème de la pollution n'apparaît pas tout de suite, mis à part le fait que c'est désagréable. C'est plus pareil si on est cycliste depuis 30 ans ou plus!
il faudrait que ça soit massivement que le recours à la marche à pieds et au vélo soit adopté, pour que tous t gagnent, actuellement c'est les premiers cyclistes qui font les frais de la pollution. Espérons qu'une bonne crise financière empêche d'avoir les moyens de rouler autrement qu'en voiture, ça sera plus facile pour les cyclistes du fait que les automoblistes le deviennent aussi.
Mis à part le problème du plomb de essences (répartit de partout) et du monoxyde de carbone non néfaste en grande échelle de temps, les diesels modernes ne sont arrivés finalement que très récemment, ça ne fait que 10 ans qu'il y a des TDI, l'exposition à la pollution dépend beaucoup plus de la proximité et du contexte de cette proximité, peu à voir avec l'air ambiant.
de plus on ne parle pas encore des nanoparticules et on fourre dans le même sac les PM des diesels et les sables du désert... le tout est pésé, en vrac et non compté.
les problèmes de santé propres à déclencher le scandale du diesel ne seront évident que vers 2015 2020 avec les cancers qu'on pourra aussi bien attribuer aux pattes à peau (le scandale commence juste) ou aux vin de savoie (extrêmement drogué, tient, ça aussi ça commence), pourtant, on a des signes: la multiplication de l'asthme, les allergies "au pollen", et autre, mais on va dire que c'est aussi à cause "du reste", ce qui est aussi vrai, cette intrication des toxiques augmente leur impact sur la santé mais laisse sans argumentaire valable le système d'alerte humain qui est réductionniste et ne peut proouver la toxicité que d'une substance à la fois prise isolément, c'est d'ailleurs ça qui explique l'échec de l'explication disparition abeilles (l'abeille disparaît à cause d'une dégradation globale, non pas seulement à cause d'1 polluant).

je reviens à un raisonnement que j'avais eu pour choisir le vélo couché: je pensait que en raison de la moindre consommation d'énergie, l'effort était moindre et la ventilation pulmonaire moindre, et qu'alors la sensibilité à la pollution allait être moindre. Mais déception, la dépense énergétique reste tout de même du même ordre de grandeur qu'en vélo droit, 6wh/km ne sont pas tellement différents de 7 à 8, mais la quantité de pollution est dramatiquement plus élevée (plus près du sol, je dirais allègrement d'un facteur 2, car la prise d'air du cycliste se trouve à la hauteur de la rambarde de sécurité, des murets ou autres obstacles de bordure de route qui coincent une couche d'air près du bitume (c'est aussi le cas en voiture, avec une prise d'air basse, on respire bien mieux à bord d'un gros quatre quatre qui a sa prise d'air surélevée). et depuis 2006 sont apparu avec plus de fréquence les voitures avec pots à droite qui dépose un sillage concentré dans le driède formé par la falaise, le muret, et la route: le dépôt près du driède quand la voiture tient bien sa droite ne s'évacuent pas facilement même avec du vent et des turbulences alors qu'avec le pot à gauche, les gaz sont déposés avec un écart plus important par rapport au bord permettant aux turbulences d'y diluer, ce petit détail est un facteur de nuisance bagnolique non négligeable, surtout en vélo couché.

pour ma part, j'ai de la chance: je pratique en tant que sport, mais si je devais me déplacer au quotidien, par exemple de Belley à Yenne en passant par les gorges de la Balme, ou encore en montant toujours revenant du club d'aviron par une route en pente contre falaise, ça ne serait même pas possible sans porter le masque à gaz (sinon, à chaque fois que j'ai tenté, dans le cadre d'un aller retour quotidien à mon club d'aviron pour "encadrer" les activité, les problèmes respiratoires avec saignement de nez et crachement de sang surviennent en 15 jours, à cause du confinement de la pollution dans les saillies dans le relief qui concentre autant que dans un tunnel la consommation de voitures qui polluent comme 30 car à 1000 tours/minute à froid et en côte).

et c'est en cela que c'est dramatique: la propulsion musculaire est difficilement enviseageable, en fait, tant que le réseau routier est encombré d'engins aussi polluants prions la crisse fasse garer les bagnoles.
il est sinon très difficile de rester en bonne santé en pratiquant de l'activité physique avec un fort niveau d'endurance qui pourrait être obtenu justement par ce qu'on roule tous les jours.


J'ai la chance de pouvoir rester isolé chez moi des semaines entières et de rayonner autour en choisissant mes itinéraires et en roulant pour faire du sport (thérapie, sinon je suis malade et je pense que c'est le cas pour plus de gens qu'on immaginerait) plus que pour me déplacer. Je vous avoue que si j'ai une voiture (en fait ma famille en a 2), en voiture je suis en butte au même problème qu'un cycliste non entraîné: je ne suis pas entraîné à conduire: j'ai renoncé cette années à divers trajets à cause du fait que je ne roule pas assez en voiture pour être apte à la faire en sécurité: je ne roule pas assez nerveusement pour m'intégrer dans le traffic.
ce constat généralisé signifie que un véhicule lent, poussif, économique, a autant de problème qu'un cycliste, l'hyperventilsation associée à l'effort en moins: il est en insécurité.
Comme en voiture je conduit lentement je suis effectivement confronté à la violence routière comme décris dans
http://velorizontal.bbfr.net/le-bar-f6/ceci-devrait-tous-vous-interesser-un-nouveau-texte-de-loi-t7298.htm
Citation :
Je n'ai jamais subi autant de queues de poissons, appels de phares, et autres comportements dangereux (je ne savais pas que la distance de sécurité sur voie express avait été réduite à 2m). Tout à coup, la proportion de c0nn4rds sur la route avait été multipliée par 10. Sérieusement, je me suis vraiment demandé comment c'était possible.

si je détaille les dates de difficulté il y a 1998 avec l'apparition des TDI, l'an 2000 avec la pratique des désherbant sur les talus, et l'automne 2006 avec l'adjonction des antimoussant de remplissage dans le gazoil.
la plus grosse nuisance, dangereuse (risques de cancer) c'était les désherbants sur les talus, pas bon de respirer ça à 100 litres d'air par minute: alors je ne faisais plus que du bateau et du VTT, d'où mon VPH actuel, sauf vers 2004 où j'ai tenté le vélo couché., mais la diffusion du doc "le monde selon le monsanto" à apporté un très grand changement: c'est le premier automne sans désherbant sur les routes secondaires près de chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Glace de Feu
Pilier du forum
avatar

Messages : 944
Âge : 52
Localisation : Proche banlieue de Grenoble
VPH : M5 SP559 vert ; Zockra KA LD 571/622 blanc et bleu
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Jeu 11 Déc 2008, 21:23

Bon. Je n'ai pas tout lu, désolé...

J'en terminerai donc dans ce post avec une statistique de comptoir, qui vaut autant que la tienne. Après tout, le vécu de l'un pèse autant que le vécu de l'autre. Pour ma part, je pratique le vélotaf très régulièrement depuis 11 ans. Avant, j'étais un de ces scotchés au volant de leur bagnole. Et bien depuis que je pratique le vélotaf très régulièrement (en effort probablement à 70-80% de mon Pmax1h, durée quotidienne de 50-55mn), entouré de vilains HDI qui me balancent leurs nanoparticules au nez que j'en mouche tout noir dans mon mouchoir, et bien je n'ai jamais été aussi peu malade de ma vie. Maintenant il m'arrive de traverser un hiver sans un rhume, sans une gastro, sans une grippe, rien, que dalle, macache !

En test du khi-2 ou en test de Student, ça ne vaut pas tripette. Mais je m'en réjouis et continuerai donc à humer avec délectation les effluves de mes congénères dieselisés (en apné quand même quand ça crache trop noir... Laughing ). Ca désole mon pharmacien et mon médecin de famille, mais qu'est-ce que c'est bon !

Bon courage, Jean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Ven 12 Déc 2008, 14:50

l'auvergnat, sur le post ton du forum a écrit:
45 ans de vélo dont 35 à proximité de la Limagne et toujours en forme.

Amicalement.

je voudrais poser une question de sondage, peut être ouvrir un post.

ce qui me semble assez rare, est l'association pollution agricole (habiter à proximité de champs de maïs ou de blé non dédiés à l'alimentation), pour faire des emballages ou des colles et pollution automobile.
de plus, il semble, et c'est même confirmé: la pollution est plus forte en région rhône alpes qu'à paris ou autres grandes villes (effet tunnel pas microscopique, à l'échelle de la vallée)
enfin, il y a un troisième facteur, l'humidité ambiante, très forte, qui pourrais concentrer ou majorer les effets de la pollution. Je voayage assez rarement pour juger comment c'est ailleurs, mais j'ai été surpris d'une qualité de l'air potable à Menthe la jolie ou à Grenoble lors de courses d'aviron, mais c'était des conditions ponctuelles..
Le taux de pollution par effet tunnel sur route de montagne ou près des marais doit être extrême.
Je suis aussi en effet surpris de la gêne intense que j'ai sur certaines routes de chez moi en endurance alors que en milieu officiellement pollué, tel cette course d'aviron du 20080217, ça se passe bien.
http://thevenet.jean.free.fr/20080217.html
malgré des taux qui auraient du faire interdire la compétition , j'ai conservé les notes
POLLUTION
taux de PM10 113 microgrammes par mètre cube à 10h (les efforts physiques doivent être modérés au dessus de 80!)
taux de PM2.5 40 à 46 à 10h.
NO 233 microgrammes par mètre cube (!!! valeur la plus élevée de rhône alpes) à 8h et 180 à 10h vers le périh est (donc juste à coté)
NO2 73 microgrammes par mètre cube vers 10h


Normalement, étant donné le seuil d'information dépassé, l'effort physique même modéré étant déconseillé cette compétition n'aurait même pas du se faire. Mais là encore il s'agit de cas ponctuel, peut être que plusieurs jours de suite d'entraînement aurait mis tout le monde au lit. je ne crois pas, d'ailleurs le pôle de haut niveau est juste à coté, cette pollution ambiante, forte au point de mettre en alerte officielle est très faible par rapport à de la pollution de proximité tel celle constatée à la base d'aviron des écassaz, placée sous le talus d'une route en pente (oui c'est possible, une route en pente au bord de l'eau, la route monte depuis plus bas que le canal pour atteindre 2 ou 3m de plus que le niveau de l'eau devant le club, qui est surélevé, puis continue à flan de colline pour attaquer un passage de colline 40m au dessus de l'eau). il faudrait vraiment inventer un autre mode de mesure pour le révéler

j'ai envie de passer par les contacts de dominique Briand et Guillaume Prébois pour sensibiliser des docteurs sur cette question, mais... il manque les mesures.
(Ces deux cyclistes ne sont pas gênés, sauf quillaume prébois quand même, en montant la route de tigne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Ven 12 Déc 2008, 15:17

j'ai mis le sondage. pas bien précis comme outil, mais pour voir ce qui en ressort.
j'ai voté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Guilhem
Accro du forum
avatar

Messages : 2259
Âge : 40
Localisation : Toulouse (31), France
VPH : Quest + Leitra Cabriolet
Date d'inscription : 02/08/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Ven 12 Déc 2008, 15:38

Dans mon cas : agricole + automobile

- agricole parce que je passe au milieu des champs de céréales (maïs, blé, tournesol, colza) sur 8 à 9 km environ. C'est beaucoup traité ces trucs là ?

- automobile parce que dès qu'on fait de la ville, forcément il y a des voitures. Et même des sacrés bouchons. Mais le pire ce sont les moteurs froids qui sortent du garage, le matin. Pouah ça pue.

Ah non, le pire du pire, c'est le parking en sous-sol au boulot. Le soir quand je pars, tous les automobilistes qui sont partis avant moi ont laissé leurs fumées de moteur froid, et ça stagne dans le parking. Une véritable horreur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://envelomobile.wordpress.com
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Ven 12 Déc 2008, 16:06

Citation :
- agricole parce que je passe au milieu des champs de céréales (maïs, blé, tournesol, colza) sur 8 à 9 km environ. C'est beaucoup traité ces trucs là ?
ça dépend, mais en principe ça l'ait: il y a des calendriers de traitements préventif et le paysan doit passer les produits conforméments aux directives de son céréalier, si il y a des pertes c'est pour sa pomme si il s'avère qu'il a sauté des traitements, si il traite, l'assurance marche, pour moi ça a été, quand j'avais encore mon M5 shock proof, une gêne plus importante encore que celle due à la pollution automobile, et le soulagement passé la frontière suisse, où les doses étaient moindres. l'odeur ressemble à celle du PVC au soleil, composés chlorés ou bien à de la colle ou autre, c'est très net, mais là encore je suis surpris que les autres n'y sentent pas, comme d'ailleurs les pâtes à peau. (les femmes à pâtes à peau sentent aussi parfois à plusieurs CENTAINES de mètres, surtout quand elles courent sur la digue et que je passe en kayak, je les sens parfois avant de pouvoir les voir).
cet perte du sens de l'odorat est quelque chose de récent, en effet, il y avait un grand espoir d'utiliser dans les années nonante le marketing sensoriel offalctif, ça devait être utilisé tout comme la musique, effectivement il ya eu les prospectus et les revues parfumés vers 2005, mais les gens ont tant perdu l'odorat que une fois mis en place, 15 ans après, ça n'a absolument pas marché, en 1990 les gens avaient donc plus d'odorat que en 2005, et je pense que le responsable de cette perte, c'est le diesel, les produit laitiers peut être, et... les pâtes à peau et les déos)!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
ALagrange (Alex)
Accro du forum
avatar

Messages : 5622
Âge : 47
Localisation : Grenoble-Eybens
VPH : Sokol05 & Bacchetta Corsa & Catrike Road
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Ven 12 Déc 2008, 22:02

Glace de Feu a écrit:
Bon. Je n'ai pas tout lu, désolé...

Et bien depuis que je pratique le vélotaf très régulièrement (en effort probablement à 70-80% de mon Pmax1h, durée quotidienne de 50-55mn), entouré de vilains HDI qui me balancent leurs nanoparticules au nez que j'en mouche tout noir dans mon mouchoir, et bien je n'ai jamais été aussi peu malade de ma vie. Maintenant il m'arrive de traverser un hiver sans un rhume, sans une gastro, sans une grippe, rien, que dalle, macache !


Oui, mais tu triches, tu passes tes hivers au sana dans l'hémisphère sud. jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laurent49
Posteur de bronze
avatar

Messages : 302
Âge : 47
Localisation : Avrillé ( a coté d'Angers)
VPH : Performer 20-20
Date d'inscription : 17/09/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 01:43

Glace de Feu a écrit:
Et bien depuis que je pratique le vélotaf très régulièrement et bien je n'ai jamais été aussi peu malade de ma vie. Maintenant il m'arrive de traverser un hiver sans un rhume, sans une gastro, sans une grippe, rien, que dalle, macache !
Moi pareil, mais a l'envers . Avant je faisais de l'athletisme, jamais malade. Maintenant, j'ai arrete l'athlé, je fais en moyenne juste qqs kms de velotaf tous les jours, et je me prends des sinusites a repetition. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace de Feu
Pilier du forum
avatar

Messages : 944
Âge : 52
Localisation : Proche banlieue de Grenoble
VPH : M5 SP559 vert ; Zockra KA LD 571/622 blanc et bleu
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 10:14

ALagrange (Alex) a écrit:
Glace de Feu a écrit:
Bon. Je n'ai pas tout lu, désolé...

Et bien depuis que je pratique le vélotaf très régulièrement (en effort probablement à 70-80% de mon Pmax1h, durée quotidienne de 50-55mn), entouré de vilains HDI qui me balancent leurs nanoparticules au nez que j'en mouche tout noir dans mon mouchoir, et bien je n'ai jamais été aussi peu malade de ma vie. Maintenant il m'arrive de traverser un hiver sans un rhume, sans une gastro, sans une grippe, rien, que dalle, macache !


Oui, mais tu triches, tu passes tes hivers au sana dans l'hémisphère sud. jocolor

Ca j'aimerais bien ; passer tous mes hivers en Antarctique... Laughing Mais ce n'est pas du goût de la petite famille, alors mon objectif pour le moment se limite à un hiver sur trois dans les prochaines années ! I love you Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, c'est justement là-bas qu'on peut tomber malade très facilement. Raison simple : durant le séjour au milieu du grand blanc dépourvu d'agents pathogènes, les défenses immunitaires s'effondrent. Le premier expéditionnaire qui se pointe avec la grippe la refile à tout le monde. C'est ce qui s'est passé le mois dernier à Concordia par exemple.

Sérieusement, la pratique régulière d'un exercice relativement intensif et quotidien, même entourés de HDI haïs par notre ami Jean, m'a vraiment changé l'existence en terme de petites maladies passagères.

De mon point de vue, si on a décidé de se prendre le chou sur quelque chose, ça devient une phobie et on développe une hyper-sensibilité dessus. Point de vue de comptoir, je ne suis pas médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 10:57

fausse idée, l'antartique et l'artique sont fortement pollués par les pesticides car la chaine alimentaire est plus carnivore et se concentre dans la poiscaille
c'est les esquimaux en artique, les manchots, et les faucons pelerins de norvèges, qui sont le plus touchés par le DTT. et l'antartique est soumis à des dangereux ultraviolets du fait des CFC. je pense que se sont les zones équatoriales qui sont les moins touchés par la pollution, car avec la vétégation abondante on peut être en bas de chaine alimentaire.

tu as raison sur ce point: se prendre le chou c'est fabriquer la maladie, j'ai conscience que j'y perd beaucoup de temps. mais tout de même, il faut lancer l'alerte.

j'ai de toute façon conclu cette année que la compétition ne peut pas être pratiquée en milieu pollué: le peu de différence pour passer de "entraîné" à compétitif, exige un volume d'entraînement (double ou triple?) qui fais basculer du MAUVAIS COTÉ le bilan effets de la pollution dues à l'augmentation des échanges - effets positifs de l'activité physique.
si on pratique un peu de sport, on s'extirpe d'une des maladies les plus graves de l'occident: la sédentarité. donc pollution ou pas, la pratique de l'activité physique évite les principales maladies.

cette année, j'ai donc laissé tombé la compétition (l'aviron).
d'être hypersensible m'a protégé! je suis en bonne santé physique, alors que j'aurais persisté j'aurais acquis une bonne intoxication.
l'alerte a été donné, mais pas entendu viscéralement encore: il n'y a pas vraiment de consciencus.
pourtant il n'y a pas que moi. l'alerte est même si souvent donnée que ça devient du bourrage de mou, médiatique, avec toutefois un tournage autour du pot manifeste quand ce pot est celui de la voiture de tout un et chacun.

je considère qu'il y aura conscienciues dans les gens descendront dans la rue pour demander de l'air et de l'eau, et je trouve surprenant qu'on arrive au niveau actuel de pollution des villes, ou même de certaines campagnes aussi docilement. le fait est que presque tout le monde est automobiliste et étroitement impliqué, manifester contre cette pollution s'est manifester contre soi même. l'autre fait est le phénomène de grenouille chauffée.

Pour le mental il y a une pratique équivalente au sport, la méditation, pour la santé du cerveau et même santé physique associée. je devrais m'y remettre. la logique du monde économique ayant touché le monastère où j'allait, j'y suis pas allé depuis près de 2 ans et ça manque. va falloir que je me prenne en main. dans le fond j'en ai marre aussi de vous faire chyer en étalant mes longues prises de chou qui deviennent pollution mentale et source de conflit.

alors peut être bien l'étude du bout du nez mérite plus d'attention et que je laisse ce faux rhum tranquille, ça saoûle...

laisser s'agiter les formes de vie dans l'océan de souffrance du bourbier des existences conditionnées et libérer son esprit c'est plus important, la mort arrive si vite, en même pas un siècle... je crois que je vais aller boudher...

j'y pense de plus en plus. l'existence est précieuse, et tenter le passage des prises de chou en force est un gaspillage neurologique désolant si le consciensus n'est pas obtenu. heureusement, les écrits restes, ces prises de chou serviront d'argumentaire à d'autres, je ne pense pas avoir perdu trop de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Edlamouette
Accro du forum


Messages : 2806
VPH : Optima Rhino
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 12:42

Jean Thevenet a écrit:

alors peut être bien l'étude du bout du nez mérite plus d'attention et que je laisse ce faux rhum tranquille, ça saoûle...
Sans forcément aller jusque-là (mais je suppose que c'est difficile avec ta maladie), essaie tout simplement de... t'en foutre.
Moi, je m'en fous de respirer de l'air pollué, de manger du MacDo, ou d'exercer une mauvaise influence sur une région ou un peuple pour satisfaire mes envies. Se prendre la tête n'a jamais rendu heureux. Profiter d'un maximum de choses, si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'auvergnat
Accro du forum
avatar

Messages : 1755
Âge : 68
Localisation : Clermont-Ferrand
VPH : Zockra HR700, Baron
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 13:00

Edlamouette a écrit:

Moi, je m'en fous de respirer de l'air pollué, de manger du MacDo,....


Un peu d'accord avec toi, mais si je peux prendre une route qui me fait sortir de la purée de pois clermontoise, je préfère. Et un morceau de Saint Nectaire avec une tranche de pain de campagne, c'est quand même meilleur qu'un super "je ne sais pas quoi" de chez Mac Do.

Amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edlamouette
Accro du forum


Messages : 2806
VPH : Optima Rhino
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 14:12

Bien sûr que c'est agréable de rouler sur une route calme ou de manger des bons produits. Mais faut pas non plus oublier de se faire plaisir même si ce plaisir n'a pas que des bons côtés. Je vais pas refuser de prendre une route parce qu'elle est fréquentée, ni refuser de manger des cochonneries parce que c'est mauvais pour la santé. Pour le cerveau, c'est bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 14:58

Edlamouette a écrit:
Jean Thevenet a écrit:

alors peut être bien l'étude du bout du nez mérite plus d'attention et que je laisse ce faux rhum tranquille, ça saoûle...
Sans forcément aller jusque-là (mais je suppose que c'est difficile avec ta maladie), essaie tout simplement de... t'en foutre.
Moi, je m'en fous de respirer de l'air pollué, de manger du MacDo, ou d'exercer une mauvaise influence sur une région ou un peuple pour satisfaire mes envies. Se prendre la tête n'a jamais rendu heureux. Profiter d'un maximum de choses, si.

j'avais essayé de m'en foutre, quand j'allais tous les soir au club d'aviron faire la séance d'entraînement conseillée par la fédération, avec à peu près les mêmes charges d'entraînement qu'actuellement, quand je crachais du sang et que le nez pissait tous les soir, il a fallu que je laisse tomber.
j'ai fini par le faire mais quand même... en râlant un peu.

j'en profite bien mieux maintenant que je fais du vélo (c'est paradoxal, je suis plus souvent sur les routes, mais je me dégage en fait de cette zone d'accumulation coincée entre colline et eau)

là ce n'est pas mental. je suis allé voir un medecin qui tout simplement pouvait régler ça avec des corticoïdes, et qui confirmait que c'était de l'irritation due à de la pollution (c'était un sportif aussi et lui devait aller chercher l'air propre, en voiture pour pratiquer, sa PAM était 420 watts, ça aurait pas été un sportif il aurait dit que c'était les défenses immunitaires mises à plat par le sport). d'ailleurs c'était juste l'année de la propagande "alerte au pollen" (on avait vu, en 2007 les bulletin pollen à la télé et les "filtres à pollen" voiture, une belle opération de désinformation qui a finalement été stoppée sans plus d'explication)

le coté mental c'est plutôt les bruits et les effets des sons exploités par le marketing mais enfin il paraît qu'Arte enfin a craché le morceau, alors je passerais moins pour un fou.

mais l'option concentration sur le bout du nez est intéressante. après 15 à 30 jours de voeux de silence et d'attention vigilante sur les narines 8h par jour, il est possible d'accéder à la continuité de conscience pendant le sommeil (déjà essayé et vécu) et d'agir sur divers aspect du psychisme. cette pratique est dangereuse, il faut un maitre (ça court pas les rue et rarement encore les monastères), car en trifouillant l'inconscient en contrôlant les rêves on change définitivement des choses: ça peut guérir mais on peut faire des connerie, le mieux alors c'est juste de rester conscient. Les religieux affirment que le passage de l'entre deux vie est très similaire, c'est pourquoi le yoga du rêve sert d'entraînement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Glace de Feu
Pilier du forum
avatar

Messages : 944
Âge : 52
Localisation : Proche banlieue de Grenoble
VPH : M5 SP559 vert ; Zockra KA LD 571/622 blanc et bleu
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 15:36

Jean Thevenet a écrit:
fausse idée, l'antartique et l'artique sont fortement pollués par les pesticides car la chaine alimentaire est plus carnivore et se concentre dans la poiscaille
c'est les esquimaux en artique, les manchots, et les faucons pelerins de norvèges, qui sont le plus touchés par le DTT. et l'antartique est soumis à des dangereux ultraviolets du fait des CFC. je pense que se sont les zones équatoriales qui sont les moins touchés par la pollution, car avec la vétégation abondante on peut être en bas de chaine alimentaire.

Fausse idée, ah bon. Tu as déjà ramé en Antarctique ?... Rolling Eyes

Le problème, c'est que tu confonds pollution atmosphérique et concentration le long de la chaîne alimentaire. Les teneurs en pesticides dans l'atmosphère antarctique sont extrêmement faibles. Mais leur enrichissement ultérieur via le cycle hydrologique (rôle de la neige) et la chaîne trophique conduit à des teneurs élevées dans les poissons. Ceci ne retire en rien le fait que l'atmosphère antarctique soit la plus pure que tu trouveras sur cette planète. J'ai la prétention de dire que je connais un peu le sujet (c'est mon pain quotidien).

A part ça, pour ta gouverne personnelle les manchots n'existent pas en Arctique. Les niveaux d'UV au sol sont importants en Antarctique début octobre, puis ils redeviennent standard quand le vortex polaire disparaît. A ce que je sache, les UV ne sont pas listés comme des polluants atmosphériques...

Quant aux zones équatoriales les moins touchées par la pollution, pour ce qui concerne le DDT (et non DTT) qui semble te tenir à coeur, les concentrations les plus élevées observées dans l'air et dans l'eau sont... En Asie tropicale.

Bref, Jean, autant j'apprécie tes posts sur la physiologie humaine, sujet que tu sembles maîtriser et avoir potassé, autant sur un sujet comme celui-là, tu gagnerais à faire preuve d'un peu plus de retenue. Chacun son domaine de compétences, il n'y a pas de honte à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 18:02

si tu as la chance d'être allé c'est super. tu as l'air de bien connaître.
les manchots sont présents aux îles kerguelen, mais pas en antartique? même pas au bords? (j'ai des enregistrements qu'on m'a passé), où alors le terme manchot n'est pas le bon (pingouin peut être)

c'est le symbole de mon système d'exploitation!

merci de m'éclairer.
quand tu dis "Mais leur enrichissement ultérieur via le cycle hydrologique (rôle de la neige) et la chaîne trophique conduit à des teneurs élevées dans les poissons." c'est sur le fait d'être bas dans la chaine alimentaire que c'est plus facile sous les tropique (toujours de la végétation en abondance, la chaine alimentaire est moins longue)
c'est le contraire de ce qui se passe pour les esquimaux qui bouffent nos pesticides et nos métaux lourds en grande quantité alors que c'est très peu concentré chez eux, mis à part le poisson.

mais bon, les UV qui passe trop facilement ce n'est pas directement la pollution de l'air mais un effet quand même de la pollution de celui ci, on le sait bien.

C'est comme le CO2 qui n'est pas toxique pour nous (et même non pour les plantes qui poussent mieux aux doses où il menace l'équilibre de la planète. d'ailleurs, on utilise le CO2 comme problème masqueur d'autres problèmes, c'est une des parties du scandale du diesel

Arté a diffusé une émission "crime contre la planète" qui montre comment on fabrique toujours autant de R12 et autres tueurs d'ozones, et comment le protocole de montréal ne fait rien...

pour en revenir au sujet que j'avais lancé, c'est la concentration forte de polluant due à des conditions météorogiques, un contexte de proximité et un contexte physiologique (effort).

quand à ramer en antartique... en skiff... bof!


Dernière édition par Jean Thevenet le Sam 13 Déc 2008, 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Edlamouette
Accro du forum


Messages : 2806
VPH : Optima Rhino
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 18:07

Pingouin dans l'hémisphère nord, Manchot dans l'hémisphère sud. Faut juste se méfier de l'anglais "penguin" qui signifie "manchot".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 48
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   Sam 13 Déc 2008, 18:12

dans la hulotte numéro 47 (47? je ne suis plus sur du coup, ça resemble à la date) il y a un graphe très parlant de l'épaisseur de la coquille des oeufs de faucons pelerins qui s'effondre en 1947... et n'est jamais remonté, même pas une tendance. (30% de perte d'épasseur de la coquille); mais là c'est de la pollution "ambiante" pas de la pollution de l'air.
on ne peut pourtant pas dissocier les deux.
les effets de la pollution de l'air peuvent rendre moins "solide" vis à vis des autres formes de pollution.
on en revient alors au problème "abeille"... qu'on ne trouve pas pourquoi elles disparaissent. Ce n'est pas UN truc, mais un ensemble de TRUC, et peut être mêmes des TRUC avec des Contextes...
d'ailleurs cette problématique a été décrite comme 0+0+0 = 7 dans le documentaire "mâles en périls".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Effets de la pollution ? (accrochez-vous : texte long)
» que pense vous BOBINES DE NYLON CARP SPIRIT MYT-X LONG CAST BROWN
» Nouveau texte de loi pour les véhicule polluant...
» Presentez vous
» Accrochez vous!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Ravito :: Le Coin écolo-
Sauter vers: