Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le citadin est un parasite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
besuch
Posteur de bronze
avatar

Messages : 237
Âge : 39
Localisation : lausanne-suisse
VPH : Catrike Musashi
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 09:29

Pierre Gentelle a écrit:



Le courrier de Cassandre n°74 pour une carte du Monde nouvelle, pour une géographie "curieuse" vous est offert ce 08.06.08 par les cafés-géo.

En février 2008, le jumeau de Cassandre, libraire, a été invité à une réunion de géographes sur « la perception de la ville grâce au Vélib’ ». Le texte préparatoire l’a mis hors de lui, tant il était bobo-gnangnan et politiquement correct. Il a donc décliné l’invitation et envoyé cette contribution qui n’a pas été lue au colloque, bien entendu. Cassandre alertée se doit de laisser la parole à son jumeau, qui subira l’opprobre pendant qu’elle se lavera les mains. Peut-on espérer que la lettre de Cassandre, dont les lecteurs sont très majoritairement des citadins, sera mieux comprise aux Cafés-géo que par un panel de géographes en quête de modes à colloquer ?

Il est temps de le dire clairement face à la dérive de la raison. Le citadin est un parasite. Il ne produit rien, de l’argent seulement, ce qui n’est pas si mal mais reste insuffisant pour construire une société juste. Par ses modes de vie, ses modes de pensée, son arrogance, le citadin, et le Parisien plus que tout autre, est un destructeur. Coupé du monde, le vrai monde, le monde où il fait froid l’hiver et chaud l’été, le monde où les arbres fleurissent au printemps et où Pâques voit naître les agneaux, le citadin n’a même plus conscience qu’il agit en destructeur. Enfant gâté, il veut tout, tout de suite et affirme bien haut qu’il est prêt à en payer le prix. Rien n’est plus faux, bien entendu.

Le citadin ne paye pas le prix de ce qu’il consomme. Il le fait supporter aux autres, les bouseux, les cul-terreux, les provinciaux aux accents insupportables, au vocabulaire exotique. Pour qu’il consomme ses laitues en janvier, il n’est pas gêné que des milliers de camions passent quotidiennement dans les vallées basques et catalanes, venant du sud. Le coût de cette pollution n’est pas à sa charge. Pas plus que le coût de la climatisation et du chauffage qui lui servent à annihiler cette horreur : la succession des saisons.

Le citadin ne paye pas. Il est malin : il a des copains, les distributeurs, qui savent acheter du poisson au Chili ou des haricots verts au Kenya pour tout avoir à sa disposition, toute l’année, au meilleur prix. Le maraîcher local qui ne peut survivre, le pêcheur breton acculé à la faillite, ce n’est pas le problème du citadin, qui peut même aller jusqu’à compatir. Mais enfin... Après tout, ces gens-là n’ont qu’à vivre en ville. Comme tout le monde.

Ils n’ont qu’à avoir les problèmes de tout le monde. Par exemple, comment voir la ville du haut de son Vélib’. C’est bien le Vélib’, c’est écologique, ça évite de polluer Paris avec sa voiture. Ça permet de savourer pleinement les groseilles de février, venues par avion d’Afrique du Sud. C’est pas polluant, le Velib’, sauf - qui sait ? - peut-être, éventuellement, lors de sa construction en Chine dans une usine qui ne respecte pas « tout à fait » les normes du Protocole de Kyoto. C’est pas polluant, le Velib’. Et les gros camions qui sillonnent la ville toute la journée et remontent le soir en ahanant vers Montmartre, pour aller remettre dans les parcs à Vélib’ tous les Vélib’ descendus à l’Opéra le matin ? C’est la faute au relief, dira négligemment le géographe pur sciences sociales.

Le citadin a la fibre verte. Il aime le grand air au point qu’il préfère vivre dans un pavillon avec jardin à deux heures du centre ville, où il travaille. Il cajole un buron en Aubrac, retape une vieille maison dans le Beaujolais pour profiter du bon air, de ce bon air qu’il ensemence de fumées pour rejoindre son pavillon, son buron ou sa fermette. L’ensemble du monde peut ainsi profiter du CO2 qu’il émet.

Le citadin est soucieux de sa santé. Il porte une attention réelle et soutenue à ce qu’il mange. Il lui faut des légumes frais cueillis ou ramassés, qui lui paraissent gorgés de vitamines, des pommes rubicondes et sans tache, des brocolis au vert tendre pommelé. Il se fout que les pommes viennent de Nouvelle-Zélande, les brocolis du Kenya et les légumes de Ouarzazate et mourir. Ne rions pas : le 9 février 2008, pour être précis, à l’angle de la rue des Martyrs, sur les étals du plus grand cours des halles du quartier, moins de 10% des produits venaient de France et on ne pouvait pas jurer que ceux qui en venaient n’avaient pas été cultivés soit sous serre, soit dans la France d’outre-mer (melons de la Guadeloupe, arrivés droit par les airs à travers l’Atlantique). Bons pour la santé du citoyen, peut-être (qui connaît vraiment le détail des pratiques culturales ?). Bons pour la santé de la Terre ? Sûrement pas. Mais ce n’est pas grave : le « bon » citadin compensera en utilisant le Vélib’ et en votant pour les Verts. Ça, c’est de la conscience politique !

Dans les sociétés traditionnelles, la production sur place est la règle, le transport l’exception, à l’inverse des sociétés modernes. La première fonction du transport n’est pas de transporter des marchandises mais de transporter des hommes. Dans les sociétés modernes, des centaines de millions d’êtres humains commencent par se transporter de leur lieu d’origine vers les mégapoles, puis, chaque jour, ils se transportent de leur lieu de vie à leur lieu de travail (car le travail ce n’est pas la vie, air connu), noria incessante et quotidiennement renouvelée. Ils se transportent de leurs lieux de vie à leurs lieux de loisirs, de leurs lieux de vie aux lieux de vie des autres. Ils n’en ont même plus conscience, tant la mobilité est devenue la règle et même un mode de vie que les citadins publicitaires, depuis leur cabanon de luxe au Lubéron, ressassent en boucle : soyons modernes, soyons mobiles..., soyons mobiles, nous serons modernes.

Le citadin est, en effet, moderne. Il est persuadé que le « progrès » apportera toujours des solutions à tout. Ne vous inquiétez pas, les enfants ! Il ignore que le progrès n’est qu’un faisceau de technologies qui apportent des réponses immédiates à des problèmes immédiats. Il n’y aura pas de réponse immédiate aux nuisances engendrées par un siècle et demi de transport échevelé. Trop de retard, trop d’habitudes, trop de CO2. Trop de camions, trop de bateaux, trop d’usines. Nos sociétés citadines sont incapables d’appliquer le Protocole de Kyoto qui ne prévoit pourtant qu’un ralentissement de la production de gaz à effet de serre, pas une décroissance. Mais le citadin a besoin de croire. Le Vélib’ aide à croire. Il est le symbole de sa bonne volonté, alors il l’aime. Le Velib’ est le crucifix d’une nouvelle foi, la Foi en un avenir radieux.

Quand le citadin va voir le cul-terreux, il y « descend » volontiers porteur de quelques signes de modernité, comme son gros 4 x 4, et colle à son oreille le portable dernier cri. Le cul-terreux, il aime moyen, il renifle un danger, même s’il tente de soustraire quelque argent au citadin. Il a pas de vraies connaissances en économie mais il voit bien que les choses ne vont pas dans le sens de sa vie. Forcément : il y a 50 ans, le citadin dépensait plus de 50% de ses revenus pour se nourrir. Normal : quand on ne produit pas, il faut payer ce qu’on ne produit pas. Depuis, la part de la nourriture dans le budget citadin n’a cessé de décroître, au même rythme que baissaient les revenus dans le budget du citoyen cul-terreux. Pour compenser, on a tissé des pansements : une politique européenne, des subventions mais, dans l’ensemble, ça n’a pas vraiment suffi. Le citadin, lui, économise sur sa bouffe et organise son budget pour acheter le plus de portables possible. Il se moque d’apprendre que l’argent investi dans le portable n’est rien d’autre que des économies faites sur le dos du cul-terreux. C’est la définition même du parasite : le citadin construit sa vie sur la perte des autres.

Le cul-terreux a quelques idées simples : il sait, parce qu’il les voit pousser, que les arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel. Il sait que la terre est basse et que les champs sont limités. Sa vie, c’est la limite, la borne qui délimite le champ, la route qui mène au village voisin. Le citadin, lui, a perdu le sens de la limite. Il bâtit sa vie sur la croissance infinie, sur le déplacement sans mesure, il a le monde pour domaine. Il a seulement oublié que la Terre mesure 40 075 kilomètres de circonférence à l’équateur, pas un de plus, et qu’il n‘y en aura jamais un de plus. Il oublie que la Terre vit. Surtout, s’il croit que le « progrès » le protège du chaud, du froid, du noir, il feint d’ignorer qu’il ne le protège pas de l’inconnu.

Le citadin a le monde pour domaine et il le traite donc comme tel. Il va dans les forêts des cul-terreux chercher des champignons ou des brins de muguet, le dimanche, pour ses loisirs. Il se balade dans les champs de trèfle qui sont pour lui comme un jardin. Il randonne en montagne avec son chien qui affole les brebis. Il hurle à l’assassinat de la nature quand il se trouve pris dans un écobuage. Dans sa fureur de protecteur des territoires, il va jusqu’à dénier au cul-terreux le droit de s’occuper des pâturages qui le font vivre. Il est vrai que ce n’est pas beau, la montagne, après un écobuage. Mais le citadin n’imagine pas que les champignons ou le muguet sont un revenu d’appoint, qu’un champ est beaucoup plus difficile à faucher quand il a été piétiné, qu’un troupeau de moutons qui fuit ce sont des brebis qui n’agnelleront pas. Et si le cul-terreux, excédé, sort son fusil, le citadin s’offusque et appelle le gendarme. Il s’offusquerait encore plus si le cul-terreux venait piétiner son jardin à lui.

Car le citadin veut le beurre et l’argent du beurre, l’éclairage public qui brûle toute la nuit, les espaces verts et les légumes de la même eau, la climatisation toute l’année et le surgelé, le bon air, le fric, les loisirs. Tout. Il a perdu tous les savoirs, celui du temps qui passe, celui des rythmes de la terre et n’en a acquis aucun : il confond savoir et information. Il croit dur comme fer que Poivre d’Arvor lui apprend des choses.

Alors le citadin, qui bouffe de l’information prédigérée et de la nourriture frelatée sauf quand il paie cher pour son marché bio, sent qu’il faudrait réfléchir à ce qu’il est et à ce qu’il fait. Terrible intuition qui lui fait enfourcher son Vélib’. Vive la liberté que donne le vélo ! Grâce aux règlements, autres bornes-frontières, le citadin n’a pas le droit de sortir son Vélib’ de Paris. Il n’aura donc jamais l’occasion d’aller rouler sur la branche de l’autoroute du Sud qui conduit à Rungis, vers trois ou quatre heures du matin. Là, il pourrait toucher du doigt les conséquences de son mode de vie. Quoique...il est tellement content d’être ce qu’il est qu’il ne pourrait s’empêcher d’admirer la puissance de la mécanique qui lui assurera le lendemain l’achat à contre-saison des avocats et des framboises pour son lardon, afin que celui-ci maigrisse en engraissant le citadin nutritionniste.

Voilà ce qu’on aurait pu entendre dans un colloque géographique sur le Vélib’ : le monde, les transports, c’est de la géographie. Et non pas un discours gnan gnan sur « la perception du monde du haut de son Vélib’ »... Géographes, laissez ces fariboles aux psychologues et aux pages bien-être des magazines qui se veulent féminins ! Revenez vers vos fondamentaux ! Il ne s’agit pas de savoir comment on vit, mais comment on devrait vivre. Pas comment on pense, mais comment on pourrait penser. Et non pas comment on « perçoit » la nature, le Vélib’ et le reste. Depuis Platon, on sait que la perception, c’est con.

Cassandre et son jumeau (p.gentelle@wanadoo.fr)

http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1330



Je trouve ce texte plein de bon sens.

Qu'en pensez-vous ?[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.velonomade.com
Simon
Posteur d'argent


Messages : 360
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 10:00

N'empêche, le fait de se réunir en aggloméras permet de mieux gérer les ressources et de facilité les échanges et de ce fait d'exploiter de manière efficace les ressources... Donc je ne trouve pas ce texte plein de bon sens, c'est juste un coup de gueule... non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calcoran
Accro du forum
avatar

Messages : 2836
Âge : 42
Localisation : Rennes, France, Europe, Terre, Voie Lactée
VPH : VH: Quest 317, Trice Q26->24. VD: Brompton
Date d'inscription : 19/02/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 10:08

A mon sens, il y a quelques bonnes idées, dans un article à charge, plein de généralisations à tout va.

Quitte à enfoncer les portes ouvertes déjà enfoncées par l'auteur(e), mais dans l'autre sens cette fois-ci, on peut noter que tous les urbains ne sont pas comme ça, que des non-urbains qui veulent leurs fraises en hivers, il y en a, qui ont des gros 4x4 pas justifiés, il y en a, etc. ad nauseam.

Sérieusement, j'ai du mal à saisir le pourquoi de cette charge anti-citadine (de la part de quelqu'un qui l'est probablement, les libraires c'est plus fréquent en ville qu'à la campagne). Le problème, il n'est pas à chercher du côté des citadins, il est bien plutôt dans notre société, dans notre mode de vie, et dans nos valeurs qui nous font oublier le prix des choses et vouloir toujours plus.

Après, effectivement, le citadin vivra toujours à la charge de ceux qui exploitent les ressources naturelles. Mais en général, c'est en échange d'un service. Effectivement, on a probablement un peu tendance actuellement à surévaluer les services et les produits finis par rapport aux produits de base. Mais même si on change complètement notre mode de vie, j'ai du mal à voir comment on pourra se passer de villes. On ne pourra pas tous redevenir agriculteurs. Et tout autant qu'au moyen age, il y aura toujours besoin de personnes pour réparer le soc de la charrue ou remettre la moissonneuse en état de marche, pour travailler le bois, le cuir, le tissus, le métal, pour organiser les quelques flux indispensables à une vie civilisée, etc. Ces artisans, ces gérants ou organisateurs, il faudra bien les mettre quelque part, et de fait la ville reste le moyen le plus efficace de maximiser les échanges tout en minimisant les transports inutiles. Pas forcément des villes de la taille de Paris, cela dit.

Enfin bon, tout ça pour dire que taper sur les bobos, pourquoi pas, mais faire des généralités au point qu'on retrouve dans cet article, bof, surtout si c'est (à mon avis) pour se tromper de cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mutzinet
**


Messages : 89
Âge : 38
Localisation : Reykjavik
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 10:14

Je suis d'accord sur un point: Beaucoup de citadins ignorent tout de la nature et ne savent pas voir dans le ciel s'il va pleuvoir dans une heure.
D'un autre côté, je connais de nombreux citadins sans voitures qui ne mangent que du bio, alors que de campagnard sans voiture ou moto pétaradante, je n'en connais point (ce qui rejoint l'intervention de Simon).
D'autre part les villes votent beaucoup plus vert que les campagnes. Lausanne a un syndic (maire) du parti écologiste, par exemple, mais ça m'étonnerait que tu trouves un syndic vert en Gruyère.

Alors le texte n'est peut-être pas tout faux, mais je n'utiliserais pas le terme de citadin, parce que des gens comme ça, les campagnes en sont remplies et ce ne sont pas forcément des citadins émigrés.

Non, je les appellerais plutôt... des malheureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pbase.com/nielsgi
pasteque
Accro du forum
avatar

Messages : 2961
Âge : 43
Localisation : catalogne 66-tourner a gauche au deuxième sanglier
VPH : ça change....
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 10:41

généralisation à outrance pour sûr
a coté de nos champs je peux vous en trouver des campagnards....très peu font un jardin , deux voire trois bagnoles par famille , allers retours incessants avec la ville (qui leur fournit travail , distraction , produits divers)

pour tout dire on les voit pas venir acheter sur place chez nous ni au marché
stop aux caricatures

la ville c'est monstrueux c'est clair et ingérable ecologiquement
l'avenir selon moi est aux gros villages de 10000 hab max , avec tous les corps de metiers representes autoproduction energetique et alimentaire , gestion locale des dechets générés(tri , methanisation , collecte selective) minimisation totale des trajets

un ensemble de petits bourgs autonomes et souverains reliés par un maillage de transports doux en commun
thierry

ps:je t'ai eu Sebastien , on peut editer et hop , ni vu ni connu Wink !


Dernière édition par pasteque le Ven 04 Juil 2008, 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyclolibrius.fr/
M
Accro du forum
avatar

Messages : 4165
Localisation : de retour à Lyon
VPH : divers rase-moquette
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 10:43

besuch a écrit:
Pierre Gentelle a écrit:
Le citadin a la fibre verte. Il aime le grand air au point qu’il préfère vivre dans un pavillon avec jardin à deux heures du centre ville, où il travaille. Il cajole un buron en Aubrac, retape une vieille maison dans le Beaujolais pour profiter du bon air, de ce bon air qu’il ensemence de fumées pour rejoindre son pavillon, son buron ou sa fermette. L’ensemble du monde peut ainsi profiter du CO2 qu’il émet.
Je trouve ce texte plein de bon sens.
Qu'en pensez-vous ?[b]

Je vais faire un jugement à l'emporte pièce, mais je trouve ce texte un ramassis de c... assénées sans beaucoup de liant. Un exemple criant: un citadin n'est pas quelqu'un vivant dans un pavillon à 2h du centre ville... une telle personne est pour moi une victime de notre société de consommation qui va perdre son temps dans les transports. Et sinon on retrouve dans la description des gens de la campagne presque une analogie avec le "bon sauvage" de Rousseau.

Peut être suis je particulièrement visé car vivant en ville? J'ai choisi de vivre en centre ville, pour me passer de voiture, pour vivre près d'une gare, car il y a des petits commerçants dans les rues à côté de chez moi. Je paie sans doute plus cher mes produits, il y a sans doute un peu de transport de ces marchandises, mais est ce plus que pour aller au super marché qui pousse aussi à la campagne?
Sinon, si vous venez, il fait chaud chez moi l'été, et plutôt frais l'hiver....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://velorizontalyon.blogspot.com/
Sébastien h
Pilier du forum
avatar

Messages : 993
Âge : 37
Localisation : (02)dans le bas de l'Aisne près d'Epieds
VPH : Condor, monocycle, kickbike, brouette, Métaphysic, Quest508
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 10:49

pasteque a écrit:

la vielle c'est monstrueux c'est clair et ingérable ecologiquement
Voilà une phrase qui va faire plaisir aux musiciens qui en jouent !
pasteque a écrit:
a coté de nos champs je peux vous en trouver des campagnards....très peu font un jardin , deux voire trois bagnoles par famille , allers retours incessants avec la ville (qui leur fournit travail , distraction , produits divers)

pour tout dire on les voit pas venir acheter sur place chez nous ni au marché

Idem chez moi, les meilleurs clients sont ceux de la ville. On a pas plus de 10 personnes du village qui viennent à la ferme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lagenevroye.com
laurent
Accro du forum
avatar

Messages : 1032
Localisation : Liege
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 10:56

complètement d'acc avec M y avait un moment que je n'avais pas lu un truc aussi longuement crétin. ... bon allez, disons naïf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-velos-de-laurent.skynetblogs.be/
sanjuro
Posteur d'argent
avatar

Messages : 478
Âge : 37
Localisation : Valence (26)
VPH : Optima Baron N&B
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 11:10

laurent a écrit:
complètement d'acc avec M y avait un moment que je n'avais pas lu un truc aussi longuement crétin. ... bon allez, disons naïf.

Complètement d'accord avec M et Laurent.

Gentelle ne pense pas, il s'invente une victime pour vomir sa haine.
C'est un ayatollah écolo. Un de ces connards obscurantistes qui désservent la cause...

edition suite message modérateur.


Dernière édition par sanjuro le Ven 04 Juil 2008, 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavallo pazzo
Accro du forum
avatar

Messages : 6820
Âge : 42
Localisation : Suisse, dans les montagnes du Jura
VPH : Catrike Speed 05, Cat 700, Biocycle, BMC 4 tuned
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 12:36

Message modo:
Euh... vous avez bien lu?
C'est une réponse à une conférence sur le Vélib' donc c'est censé viser les parisiens, utilisateurs de Vélib', et pas tous les citadins je crois.
Juste parce que en ce moment, ici, ça devient très agressif et franchement débile aussi, il serait bon de se relire avant de cliquer sur "envoyer".
Par respect, par honnêteté.
Et pour les insultes, il existe surement d'autres lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.biketothefuture.ch
Edlamouette
Accro du forum


Messages : 2806
VPH : Optima Rhino
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 12:46

Un texte bien maladroit quand on sait que ethnologiquement, c'est l'agriculture et ses paysans qui ont permis l'apparition des villes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavallo pazzo
Accro du forum
avatar

Messages : 6820
Âge : 42
Localisation : Suisse, dans les montagnes du Jura
VPH : Catrike Speed 05, Cat 700, Biocycle, BMC 4 tuned
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 12:55

En effet, et c'est aussi gênant de constater dans les faits que l'habitat isolé est source de nombreuses pollutions, du transport aux infrastructures.
En fait, comme toujours, l'excès est mauvais.
De petites villes seront toujours proches d'une exploitation agricole, les transports restent courts pour amener les marchandises, les gens gardent les pieds sur terre en ne travaillant pas dans une mégapole à 95 % dans le tertiaire.

C'est vrai que lorsque je vais à Paris, je ne peux y rester plus de quelques jours tant cette ville me déconnecte des réalités. Je n'y trouve pas mon compte: tout y est transformé, caissonné. Le béton, les puants, les bars/discothèques/cabarets/salle de jeux et autres ou les immenses cinémas tout comme les agences de voyages vantant des destinations lointaines me font me demander rapidement ce que ces gens produisent d'utile. D'accord pour ne pas trimer toute sa vie pour des clopinettes et se faire aussi plaisir, mais dans Paris je ressens tout de même de sacré excès dans l'autre sens, comme si certains ne voulaient que des loisirs, et après moi le déluge.

Alors que des villes à taille humaine, des gros villages en somme, permettent de mieux panacher les secteurs et ne pas tout laisser partir en tertiaire. Dans ce sens je vois une fond intéressant à cet article. Sur la forme il est très discutable, probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.biketothefuture.ch
laurent
Accro du forum
avatar

Messages : 1032
Localisation : Liege
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 13:00

?? ben hé kwé a la poubelle le vélib alors, parce que sur les vélib on ne trouverai que des bobos qui ne serait que des frimeurs se donnant bonne conscience, et qui n'ont jamais rien compris aux histoire de Maya l'abeille... voir mieux: le vrais des vrais combat de la lutte écolo ce serait d'écraser les vélibiste avec de bon tracteurs fermier sans ogm, voir a la moiss-bat pour faire du rendement... (mais là y faut faire une réunion pour évaluer si le rendement est suffisent, selon les phases de la lune)
Peut importe qu'il vise le citadin parisien ou non, vélibiste ou non, c'est un ramassit de racourcit et de ... naïvetés.
Moi j'aime les grandes villes!
Et de toute façon ils aussi naïf de croire qu'on va se passer de grandes villes que de villes tout court!
Et en plus j'aime pas (du tout) les petites villes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-velos-de-laurent.skynetblogs.be/
huskyrescue
Accro du forum
avatar

Messages : 1455
Âge : 39
Localisation : Grenoble (SMH)
VPH : Speculoos by Edelbikes, Cat' Speed orange, M5 Shockproof vélotaf...
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 14:19

Le con, c'est toujours l'Autre...

Même si partiellement il y a quelques vérités dans ce texte, c'est trop caricatural pour être crédible, et tout le monde sait qu'il vaut mieux trouver un bouc émissaire sur qui taper sans relâche plutôt que de bouger ses fesses et se serrer les coudes face aux enjeux qui nous attendent...


Historiquement venu de la cambrousse, un peu citadin de par le boulot, je ne préfère ni les ruraux ni les citadins, tout dépend la personne et surtout son comportement vis à vis des autres et de son environnement.

Pour détendre l'atmosphère;
Comme dit le grand DiDieR SuPeR: Y'a des cons partout ! et "Y'en a des biens" !

... je penche presque pour de l'ironie venant tout droit d'un citadin jocolor


Dernière édition par huskyrescue le Ven 04 Juil 2008, 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sanjuro
Posteur d'argent
avatar

Messages : 478
Âge : 37
Localisation : Valence (26)
VPH : Optima Baron N&B
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 14:25

cavallo pazzo a écrit:
Message modo:
Euh... vous avez bien lu?
C'est une réponse à une conférence sur le Vélib' donc c'est censé viser les parisiens, utilisateurs de Vélib', et pas tous les citadins je crois.
Juste parce que en ce moment, ici, ça devient très agressif et franchement débile aussi, il serait bon de se relire avant de cliquer sur "envoyer".
Par respect, par honnêteté.
Et pour les insultes, il existe surement d'autres lieux.

oups, oui... j'me suis enflammé là !!
quant à l'insulte, j'ai corrigé.

Mais vu la longueur du texte, c'est pas étonnant qu'on décroche trop tôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavallo pazzo
Accro du forum
avatar

Messages : 6820
Âge : 42
Localisation : Suisse, dans les montagnes du Jura
VPH : Catrike Speed 05, Cat 700, Biocycle, BMC 4 tuned
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 17:08

En fait, que l'on aime ou pas n'est pas forcément la question: ce n'est pas le fait d'aimer quelque chose qui va le rendre bon ou mauvais pour la collectivité.
Et j'ai l'intime conviction que trop loin du boulot c'est mauvais, et trop loin de ses ressources c'est mauvais aussi. Donc exit les pendulaires sur 90 km 2x/jour et exit aussi les mégapoles de fou qui importent de toujours plus loin et toujours plus pour une population qui se déconnecte tellement de certaines réalités que plus rien ne leur fait peur, y compris les soucis d'OGM, la pollution, la famine, les guerres...
Tant que la connection haut débit va, que le supermarché du coin fournit le matos et que le salaire tombe tout va bien. C'est un peu triste je trouve.
Et ce sont pourtant les amis et collègues des Suisses expatriés que je vais voir à Paris qui vivent de la sorte, alors que ce sont plutôt des érudits; la majorité sont profs, certains universitaires, tous ont étudiés pas mal d'années.
Je leur fait découvrir (parfois avec horreur) les équivalences pétrole/énergie musculaire, les ordre de grandeur des pollutions par les différents agents énergétiques, les rapports de conso voiture/mobilité douce... Certains semblent débarquer sur cette planète à l'instant, c'en est drôle.
L'un m'a dit qu'il aidait à sauver la planète grâce à tous ses efforts: ampoules économiques, ne plus laisser allumé lorsqu'il n'y est pas, prendre le vélib' plutôt que le scooter, achat d'un nouvel ordi à basse consommation et ne plus aller à l'autre bout du monde en avion pour les vacances.
Quand je lui ai chiffré les valeurs de ses différents efforts, on a bien rigolé... Mais en fait je ne sais pas si le "bon sens paysan" permet vraiment d'éviter ces dérives.

Une question pour les urbains (parce que je n'ai pas assez d'expérience pour les trouver par moi-même), quels avantages voyez-vous aux grosses villes, pas au niveau de l'individu mais au niveau de la gestion globale du pays? Et si possible au niveau écologique/énergétique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.biketothefuture.ch
herve
Accro du forum
avatar

Messages : 1763
Âge : 50
Localisation : Bouguenais (44)
VPH : scorpion, trets, cat expe
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 18:08

Moi, c'est un peu l'avis que j'avais avant d'arriver à Lyon ! Et puis je me suis rendu compte que finalement, les citadins sont tellement au contact de la M.... pollution que du coup, certains sont plus en avance que les ruraux ! Incroyable, les gens autour de nous, qui ont cru que nous allions racheter une boîte de conserve, par exemple, tout ça parce qu'il y a 800m au lieu de 50 jusqu'au tramway !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edlamouette
Accro du forum


Messages : 2806
VPH : Optima Rhino
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 18:50

cavallo pazzo a écrit:
Une question pour les urbains (parce que je n'ai pas assez d'expérience pour les trouver par moi-même), quels avantages voyez-vous aux grosses villes, pas au niveau de l'individu mais au niveau de la gestion globale du pays? Et si possible au niveau écologique/énergétique?
Une entreprise qui s'installe a tout intéret à le faire dans une grande ville : plus d'employés, plus de clients, accès routiers plus faciles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
teff
Posteur d'argent


Messages : 479
Âge : 45
Localisation : Lyon / Chalon-sur-Saone
VPH : Trice Q26 & Baron XS
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 20:42

... et plus d'embouteillages, donc accès pas forcément plus facile.

De plus en plus les zones d'activité sortent des centres-ville (dans mon domaine on peut citer Sophia-Antipolis et Les Ulis-Courtaboeuf) pour s'installer... à côté d'une autoroute bien sûr!

Autre exemple : mon employeur actuel est l'école Vétérinaire de Lyon. Jusqu'en 77 elle était dans Lyon. Aujourd'hui à Marcy l'étoile, et les transports en commun se résument à 2 lignes de bus (et encore, l'une d'elle s'arrête à 10 bonnes minutes de marche).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edlamouette
Accro du forum


Messages : 2806
VPH : Optima Rhino
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 20:47

Nan mais j'parlais pas des centres-villes : je parlais des industries, et des zones industrielles/commerciales en bordure de ville. Là, pas de problème d'embouteillage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chabizar
Accro du forum
avatar

Messages : 6594
Localisation : Villeurbanne
VPH : Giro 20 comme outil Leatherman - Stinger à l'hôpital - Baron en jachère
Date d'inscription : 26/03/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 22:19

pasteque a écrit:
généralisation à outrance pour sûr
a coté de nos champs je peux vous en trouver des campagnards....très peu font un jardin , deux voire trois bagnoles par famille , allers retours incessants avec la ville (qui leur fournit travail , distraction , produits divers)
les zones rurales ne sont plus autarciques depuis bien longtemps, et sont plutôt des villages-dortoirs dont les habitants prennent la bagnole pour aller au supermarché tout comme le citadin moyen


pasteque a écrit:

la ville c'est monstrueux c'est clair et ingérable ecologiquement
l'avenir selon moi est aux gros villages de 10000 hab max , avec tous les corps de metiers representes autoproduction energetique et alimentaire , gestion locale des dechets générés(tri , methanisation , collecte selective) minimisation totale des trajets

un ensemble de petits bourgs autonomes et souverains reliés par un maillage de transports doux en commun

cavallo pazzo a écrit:
En effet, et c'est aussi gênant de constater dans les faits que l'habitat isolé est source de nombreuses pollutions, du transport aux infrastructures.
En fait, comme toujours, l'excès est mauvais.
De petites villes seront toujours proches d'une exploitation agricole, les transports restent courts pour amener les marchandises, les gens gardent les pieds sur terre en ne travaillant pas dans une mégapole à 95 % dans le tertiaire.

haaaa, heureuse de lire ces questionnements, car ça fait longtemps que je me pose la question de la taille optimale des villes, de leur densité et de leur éloignement, optimum qui minimiserait les transports de biens et de personnes
et j'aimerais bien trouver un truc du style laboratoire d'économie et des transports, capable de calculer l'optimum d'une fonction "densité de population en chaque point (x,y) du territoire"

étant donné que, comme on l'a dit, plus les villes sont denses et plus les transports internes sont courts, mais plus une ville est étendue, et plus des transports longs sont nécessaires pour apporter les biens de consommation provenant des alentours (pour autant que le bassin d'approvisionnement puisse être local, ce qui n'est pas gagné)

en tout cas la préservation des ceintures maraîchères et agricoles est vitale autour des villes, c'est pour cela qu'il faut lutter contre l'étalement urbain et le mitage du territoire, toutes ces zones péri-urbaines, qu'elles soient autour des grosses villes ou autour des petits villages d'ailleurs, ne font que rogner sur les précieuses terres agricoles (et ce ne sont pas les 3 salades cultivées dans le jardinet qui peuvent remplacer la production des maraîchers professionnels)

donc quelle taille de villes en nombre d'habitants, et quelle densité pour ces villes, à mon avis l'équation est complexe et la solution non triviale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cyclociel.com
besuch
Posteur de bronze
avatar

Messages : 237
Âge : 39
Localisation : lausanne-suisse
VPH : Catrike Musashi
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Ven 04 Juil 2008, 23:39

Mais qu'est-ce donc que un PARASITE ?


Je vois l'ouvrier agraire qui oeuvre sur un terrain. Parmi les nombreuses tâches qu'impliquent sont activité, il retourne la terre, il l'aère, favorise sa respiration et lui procure finalement du bien (J'avoue mon penchant animiste). Une foule d'espèces vont profiter de son action.

La vie de cette homme, l'utilité de sa tâche prends son sens. Il trouve ainsi sa place auprès de tous les autres habitants de la planète, il intègre ce que je nommerais (peut-être maladroitement) le cercle de la vie dans le sens positif du terme.

Dans la mesure où travaillerait selon des méthodes respectants la terre, cette homme pratiquerait une sorte d'échange. Selon mon point de vue, il serait parfaitement déplacé de le traiter de parasite.

Cette homme là ne représente qu'une très forte minorité. Et cette minorité tend à disparaître aveuglée par les lumières des villes.



Comment nommerait-on un organisme a l'origine du réchauffement climatique, des déforestations, des marrées noires, annihilation de différentes espèces marines ou terrestres, pollution du ciel, de l'exploitation des bêtes, ... ?

Quels sont les effets positifs de la vie humaine sur la terre ?

J'arrive sur mes trente et un ans et n'ai toujours pas trouvé de réponse.

Ce n'est pas mon beau CONDOR qui me donne la conscience tranquille face à ces vilains conducteurs de 4x4. Tout comme lui, pour me faire plaisir, je profite aussi du sang de la terre. Selon mon point de vue, nous sommes tous deux des pollueurs. Sauf que moi, je pollue en silence.

Quelle autre habitant de la planète se plaindrait de notre disparition ?

Face à la question de l'utilité de l'espèce humaine auprès des autres, je ne vois que le moustique qui éprouverait un intérêt à nous côtoyer.

Regarder autour de vous. Tous ce que vous avez sous les yeux n'est pas venu du ciel. Tout ce que vous avez sous les yeux finira tôt ou tard à la poubelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.velonomade.com
chabizar
Accro du forum
avatar

Messages : 6594
Localisation : Villeurbanne
VPH : Giro 20 comme outil Leatherman - Stinger à l'hôpital - Baron en jachère
Date d'inscription : 26/03/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Sam 05 Juil 2008, 01:09

besuch a écrit:

Quels sont les effets positifs de la vie humaine sur la terre ?

J'arrive sur mes trente et un ans et n'ai toujours pas trouvé de réponse.

[...]

Quelle autre habitant de la planète se plaindrait de notre disparition ?

Face à la question de l'utilité de l'espèce humaine auprès des autres, je ne vois que le moustique qui éprouverait un intérêt à nous côtoyer.

encore un partisan de la disparition de l'humain, mais peu désireux de se l'appliquer d'abord à lui-même ?
"que l'humanité crève sauf que moi je ne suis pas candidat au suicide", c'est bien ça ?

c'est ce genre d'attitude que ton discours m'évoque ; désolée, mais pour être cohérent faut aller jusqu'au bout, donc si tu penses que l'humanité est sans espoir d'amélioration et n'est cause que de malheurs, alors assume ton humanité, assume ta situation de "profiteur du sang de la terre dont la disparition est souhaitable" et disparais de ce monde que tu n'apprécies sans doute guère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cyclociel.com
laurent
Accro du forum
avatar

Messages : 1032
Localisation : Liege
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Sam 05 Juil 2008, 01:15

Ce qui me fait vraiment réagir c'est l'idée du le citadin qui ne produit rien, c'est un parasite. J'ai l'impression que tout ce qui ne vas pas dans le ventre de notre pauvre abru(hum...) naïf, est égale a rien... Alors ne parlons pas de l'industrie (pas beau l'industrie pollue méchant méchant) tien, l'industrie qui produit des panneaux solaire méchant aussi? Alors disons je sais pas moi ... par exemple l'ensemble des cultures et des savoir qui nous ont permis de comprendre... ho allez, mettons... le réchauffement climatique.... on trouve tout ça où... hein? dans une bonne vielle terre sans pesticide?!!! dans les écovillages bio sans tondeuse a gazon? Je redit, autrement ce texte c'est du populisme rural! complètement débilitant BEURK!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-velos-de-laurent.skynetblogs.be/
pasteque
Accro du forum
avatar

Messages : 2961
Âge : 43
Localisation : catalogne 66-tourner a gauche au deuxième sanglier
VPH : ça change....
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   Sam 05 Juil 2008, 07:07

c'est très pertinent ta remarque laurent!

nous sommes effectivement dans un modèle social dans lequel tout ce qui ne "produit pas "(du materiel) est un parasite

il s'en suit que le poete , le chanteur pas encore ultra mediatisé , le "théatreux" et j'en passe, pour peut qu'en plus ils "vivent aux basques de la société"(je veux dire reçoive l'aumone d'un misérable petit RMI par mois) sont des parasites....et ce ne sont que des exemples caricaturaux

produire et consommer , bouffer et chier , c'est ça l'idéal véhiculé!

c'est marrant pour une société où la morale chrétienne est censée être encore dominante , ils ont mal lu la bible!il est dit clairement "voyez les lis des champs , ils ne travaillent ni ne filent et dieu les pourvois en tout ce qui est nécessaire" (de mémoire...)
mais ça c'est une aparté , pas la peine de rebondir là dessus par pitié!

et si dans ton garage tu te soudes un vélo pour aller te balader , t'es un parasite?
qui est parasite , celui qui ne fait rien et regarde passer les nuages ou les agriculteurs conventionnels qui bousillent les nappes phréatiques , nos bronches et au passage rendent leurs enfants stériles a force de balancer du poison sur cette douce terre
franchement y'a pas mal de cas où il vaut mieux un glandeur (citadin ou non) tranquille et heureux qu'un "actif" producteur de je ne sais encore quelle saloperie!

thierry
ps : je surenchéri avec Chabizar , mais c'est peut être parceque l'homme est potentiellement porteur de grandes destructions qu'il est d'autant plus enthousiasmant de s'évertuer à s'améliorer chacun dans le sens de "l'humanité"
peut être que l'humain est encore à naitre , nous en sommes à nos balbutiements , pourquoi renoncer , c'est pas pour des "erreurs de jeunesse" aussi lourdes soient elles qu'il faudrait jeter l'éponge
j'adore les défis et je considères que cette vie m'a été généreusement octroyée pour jouer tant et plus , expérimenter sans cesse et croitre , croitre en humanité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyclolibrius.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le citadin est un parasite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le citadin est un parasite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le citadin est un parasite
» probleme de parasite
» Conseil : Bobine complete ou anti-parasite ?
» Electricité - bobine et anti-parasite
» Consommation électrique parasite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Ravito :: Le Bar-
Sauter vers: