Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 49
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Ven 20 Juin 2008, 09:22

mon premier essai... je l'ai fait... en skiff!!!
avec les deux cartouches
les AEBK plus la P3 par dessus, jointes avec du scotch d'amballage; ça fait un groin qui fait très peur.

voir
http://thevenet.jean.free.fr/20080402.html

j'avais attrapé une sévère irritation respiratoire suite à une exposition à la pollution et je n'en finissait plus de tousser, et puis, pour ramener le bateau, j'ai pu remonter chez moi à 140-150 pulses, donc en zone normale d'endurance et sans les quintes de toux que me provoquaient alors la respiration dans l'air ambiant sur ce canal sans masque. (il y a une route avec 1000 à 3000 voitures par heure entre deux carrefours juchés en haut de côtes de franchissement de point (moteurs HDI = catastrophe en régime transitoire, sous régime ou côtes: une voiture en côte ou dans un rond point, ou qui double un vélo = la pollution de 30 camions, sous une forme invisible)
pour le canal ça va un peu mieux: GIVAUDAN ne lâche plus ces résidus dans le RHÔNE ça fait une pollution de moins depuis février, pourvu que ça dure. par contre, ils lâchent encore dans l'air, vu ce que ça sentait sur la parcours de la classique genevoise.



Avec le masque à gaz, la respiration est certes moins facile, mais cela reste acceptable pour un effort qui correspond à 145 pulses environ, et même avec la gorge encore très irritée d'une bonne crève à peine guérie, je peux en toute liberté longer le bord de la route sans quintes de toux. Ceux qui sont sur la route doivent se demander si ils ont bien vu...

Masque à gaz pour la pollution routière? il est ILLUSOIRE de se contenter de ces masque que vous voyez chez certains cyclistes, quoique certains arrivent quand même à filtrer les particules, mais seulement ça. Pour être tranquille, j'ai mis deux cartouches à la suite, pour filtrer les particules (cartouches P3) et les gazs (cartouche ABEK ). Cette combinaison à l'air de marcher.


de tels entraînements pourraient profiter: non seulement on se protège de la pollution, mais on force un peu plus sur les muscles respiratoires, comme certains athlètes font avec, justement des appareils de résistance respiratoires concu dans ce but. Cette musculation respiratoire ce qui devrait aider, en air sain, et lors de course à respirer plus efficacement, les muscles s'étant forcis en respiration contrariée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
mtauss
Accro du forum
avatar

Messages : 1430
Âge : 52
Localisation : Genève / Suisse
VPH : variés
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Ven 20 Juin 2008, 09:44

Jean Thevenet a écrit:
mon premier essai... je l'ai fait... en skiff!!!
avec les deux cartouches
les AEBK plus la P3 par dessus, jointes avec du scotch d'amballage; ça fait un groin qui fait très peur.

---> T'as une photo du groin ?

A+

Marc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.biketothefuture.ch
vluisant
Posteur de bronze
avatar

Messages : 302
Âge : 49
Localisation : Clermont fd
VPH : Steintrike tricycle tandem + nombreux engins persos dont tricycle 3 places..
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Ven 20 Juin 2008, 11:02

je ne suis pas anormalement hypersensible si je suis au repos, mis à part que en raison de l'hygiène de vie et du yoga (Jean T)

Je suis moi aussi bien persuadé que toutes les cochonneries que nous respirons et ingérons sont terribles pour notre santé pour autant je ne peux me résoudre... à cesser de respirer!
Comme Jean je pratique le yoga et l'enseigne même aux étudiants de Clermont fd. Certains écrits de yoga proposent de considérer que la durée de vie d'un individu est déterminée en nombre de respiration pour sa vie. Comme souvent une considération simpliste, litérale (aveuglée) de ces écrits mène à une confusion. Ce n'est pas en devenant le neveux apnéiste d'Astérix que vous deviendrez centenaire! Bien au contraire. En témoignent les difficultés à vivre des gens qui font des apnées du sommeil. Cependant on peut interpréter l'idée du nombre limite de respiration pour la vie comme une incitation à soigner sa respiration ( tout particulièrement diaphragmatique) et s'éloigner des respirations superficielles ( sous clavières, celles des sanglots d'enfant) auxquelles nous conduisent tous les pantalons qui serrent le ventre. Le yoga n'est pas une activité passive et lassive! En tout cas pas exclusivement.
En Hata yoga on inclue aussi des respirations trés actives et à haute fréquence (bastrika par ex). D'autre part le travail postural (asanas) est souvent en contraction aussi! (Bien souvent mes étudiants de 20 ans craignent de manquer de souplesse..... et manquent de force)


Aprés des études en Staps (5 ans...) c'est seulement mon travail sur le yoga et la respiration qui m'ont par ex permi de faire une expérience sportive que je vous invite à expérimenter :
A vélo quand arrive Le "coup de cul" celui qui fait tout mettre a gauche, martyrise les quadriceps et affole la toquante.... et bien je surventile volontairement une dizaine de seconde avant que l'effort ne me l'impose. Au long de la grimpée j'alterne hyperventilation ( 10 à 12 respirations) et 3 ou 4 respirations lentes et amples.
Avec cette technique les difficultés sont avalées avec plus d'aisance et apparait rapidement ce profond soupir (souvent qualifié de deuxième souffle) que l'on connait tous et qui n'arrive jamais assez tôt....
J'en termine pour vous dire que je crois qu'il y a aussi des aspect psychologiques liés au déclenchement des cancers. Ceci n'est pas une insulte aux malades et j'ai été frappé par les travaux d'un chercheur anglais qui chatouillait et caressait les rats de son labos et finit par se rendre compte que ceux ci résistaient mieux (que les autres) aux substances cancerigènes qu'il leur innoculait.
Ce constat, j'y crois. Et beaucoup de réalités sont affaires de croyance en ce bas monde... Dans le même ordre d'idée ue ce chercheur je pense que le yoga et son travail respiratoire sont bons pour le corps mais au dela pour le moral! Et le vélo aussi d'ailleur!
Un peu une démarche contraire à la sommatisation!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 49
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Ven 20 Juin 2008, 17:34

moi aussi j'avais cette technique d'hyperventilation préventive...
moi aussi pense que les cancers ou allergies ont une composante psychlogique, et même les accidents qui n'arrivent pas par hasard. il y a toujours un conflit à la clé. mais en raison de la "fusion" entre l'environnement, l'esprit ou le corps qui ne sont que partie d'un tout, tout est en interraction avec des tensions plus ou moins grandes (donc du stress). mais le conflit psychlogique avec le stress non avoué entraîne l'accident ou la maladie.
...

autre chose. je vais très rarement en ville. là je viens de faire un aller retour à aix les bains.
et bien à propos des Horribles Diesels Irritants (moteurs HDI)
- En pleine ville alors qu'il y'a des files et des files de voitures, le polluant "monoxyde d'azote" n'est pas un problème flagrant: rien d'anormal ça pue "normalement" vu le nombre de voitures.
il ne semble donc pas que la pollution soit augmentée catastrophiquement en ville.
Mais des que le flot de voitures peut se libérer et associer régime moteur transitoire et vitesse, ou bien régime transitoire ou montée, ou bien pour résumer régime transitoire sur une grande variation de régime et avec emploi de fortes puissance; le gaz scandaleux est dégagé... mais cela se produit surtout sur les routes de campagnes qui ne permettent pas une allure régulière... donc sur des routes peu ou moyennement fréquentée, les HDI polluent quelques dizaines de fois plus que "normalement" à chaque passage de 50km/h à 90, ou après avoir dépassé un cycliste. C'est sur ces routes que l'on prend en vélo pour des laisons longues distance que c'est le pire, et mis à part quelques cyclistes assez rares, il n'y presque personne hors d'une caisse à roue à moteur pour le constater. Le fait d'être clo dans la caisse à roues autopropulsée fait la moyenne des polluants: l'automobiliste ne se rend donc pas compte des très forte concentrations de polluants, et de plus il ne provoque pas, comme les cycliste des ralentissements suivi du petit coup d'accélérateur rageur qui suit....
- le degré d'humidité de l'air semble dramatiquement augmenter le dysfontionnement des HDI (ou DCI ou SDI ou autre mairde du genre).
en ville, il y a moins présence de végétation marécageuse pour entretenir cette humidité.

voilà pourquoi la prise de conscience de ce problème de moteur qui foirrent est si lente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
pasteque
Accro du forum
avatar

Messages : 2961
Âge : 43
Localisation : catalogne 66-tourner a gauche au deuxième sanglier
VPH : ça change....
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Ven 20 Juin 2008, 17:40

une experience interressante a proposer a tous les zotomobilistes....rouler un peu avec la malle arriere ouverte , surtout si c'est un break ou genre malle "verticale"(kangoo, quat quat , suv...)
il se produit une aspiration d'air qui renvoie une bonne partie des gaz d'echappements dans l'habitacle , effet garantie!

la premiere fois que cela m'est arrivé je transportais un encombrant malle ouverte...j'ai pris peur et conscience!!
....et décidé de vendre ma bagnole!
thierry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyclolibrius.fr/
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 49
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Ven 20 Juin 2008, 23:30

tenez, aujourd'hui j'ai senti une réaction cardiaque: quand il y a de l'ozone j'ai remarqué une tendance à la bradycardie avec une sensation différente du battement cardiaque. la bradycardie ne se voit qu'au repos.
vers 13h solaire j'ai remarqué ces effets, que en 2003 je croyais au au sur entraînement: je sais maintenant, c'est l'ozone, il y avait plus de 400 microgrammes l'été 2003 dans le beaufortin et j'avais eu des arythmie. ce n'était pas la chaleur il fais bon en montagne, mais une concentration d'ozone encore plus forte qu'en plaine (maximale en fait à 2000m d'altitude).

effectivement, aujourd'hui 20 juin j'ai commencé à y sentir à une concentration de 120 midrogrammes (je m'était entrainé l'apres midi sans me méfier et la douleur de poitrine ma rapellé cette histoire d'ozone)

j'essaie de mesurer le seuil de détection des différents seuils suivant les réactions du corps, une fois éttalonné, je pourrais "sniffer" les concentration à peu près.

chambéry 14h 22 juin, ozone 130, mais dans un climat qui semble trouver de comparaison qu'avec les climats tropicaux, ce qui est marquant est le dew point au dessus de 60.

Few clouds at 6000 feet
Temperature:
89.6°F
Dew Point:
64.4°F
Air Pressure:
30.03" Hg
Rel. Humidity:
43.5%
Wind Speed:
3 MPH
Heat Index:
91.3°F
Sunrise:
4:47 am
Sunset:
8:29 pm
maintenant que je sais que c'est l'ozone je ne m'affolle pas, mais ça contraint quand même à se tenir tranquille l'après midi.
effectivement pas de mauvaise sensation le laindemain et le surlaindemain de la douleur à la poitrine: c'était ça: il suffit d'y gérer et ce à partir d'une concentration qui est d'environ 80 (sur la base des mauvaise sensations notées l'année précédente: 80 signifie comme 800 à 1000 au repos en raison de la ventilation

contrôle de la respiration: si plus lente mais plus ample les pulses baissent (de presque 7 pulses/minute), mais la sensibilité à la pollution augmente. Je repense à mon hypersensibilité anormale en aviron qui s'expliquait par le controle de la respiration avec une forte amplitude et une synchronisation sur les coups de rame: en endurance 1 cycle par coup de rame, 10 cycles de 6 litres environ par minute= 60 litres/minutes
en compétition ou entraînements intenses 2 cycles par coup de rame, 60 cycles par minute et donc 360 litres/minute, un cycle sur deux étant écourté (celui fait durant le retour de coulisse), 300 litre/minutes serait plus proche de la réalité..
à comparer avec le repos 8 litre par minute: compétition 300/8 = 37 fois plus, entraînement autour de 8 à 10 fois plus.
6 litre par cycle car je ne force pas systématiquement au bout des réserves inspiratoires et expiratoires, ce qui ferait alors, en tel cas 8 litres/cycle.


Dernière édition par Jean Thevenet le Dim 22 Juin 2008, 17:44, édité 3 fois (Raison : ajout de copié collé pour que la prise de chou soit de type chou fleur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
mutzinet
**


Messages : 89
Âge : 38
Localisation : Reykjavik
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Dim 22 Juin 2008, 11:46

J'ai un peu de peine à comprendre qu'on puisse dépenser autant d'énergie à penser à la manière dont on va mourir. Profiter de la vie simplement, n'est-ce pas le meilleur moyen de faire de vieux os?
Prenons tous nos vélos (moins de voitures) et mangeons bio, et surtout essayons de convaincre les autres de faire la même chose!
En vous lisant, on en viendrait à prendre la voiture pour éviter de mourir dans de terribles souffrances.

Alerter sur les dangers de la pollution: nécessaire
Inciter les gens à arrêter le vélo: mauvaise idée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pbase.com/nielsgi
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 49
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Dim 22 Juin 2008, 17:10

Vous avez raison... il ne faut pas se prendre la tête... mais il faut cependant lancer l'alerte et je suis bien décider à le faire. Si on s'en fait pas et qu'on laisse faire ça part en couille de plus en plus. Si on peut louvoyer en connaissance de cause et que l'on évite ainsi un gros problème de santé et évieller la conscience de ceux qui se prennent des merdes sans savoir d'où ça vient, ça vaut le coup.

le mieux c'est de savoir...

j'évite autant que possible de prendre le vélo lors d'un pic d'ozone, ou connaissant le risque, je limite mon effort...
ça évite 3 jours de baisse de forme!

Inciter les gens à arrêter le vélo: mauvaise idée c'est vrai, mais si pour cause d'ennuis de santé (du genre sang dans les voies respiratoires) on l'abandonne APRÈS S'ÊTRE FAIT MAL je pense que prendre la voiture pour éviter l'abandon du vélo par dégoût définitif ou dégâts irréparables est aussi une solution.. ce qui me révolte est que ça semble parfois, souvent même, la seule solution... c'est d'être acculé à cette alternative qui me fait lancer les alertes, justement!
n'aimant pas la voiture, et étant contre ce type de véhicule j'ai en fait abandonné certaines destinations tout simplement ou réduit les voyages vers certains lieux ou j'irait sinon souvent à vélo pour le plaisir à un ou deux par an; . et je m'en porte mieux.

pour ma part j'ai échappé de justesse à des arrêts cardiaque en 2003... (ayant le sommeil léger, je me réveillais à temps pour taper sur la poitrine) comme je sais que c'était due à la pollution par l'ozone (400 microgrammes environ à 2000m d'altitude dans les alpes, mais pas de chaleur dangereuse, c'était bien l'ozone), je m'en suis préservé, mon coeur marche mainenant très bien, je ne suis pas inetrdit de sport et j'ai évité l'hopilat, l'arrêt du sport et autre touin touin. Certes, il a fallu 3 ans pour savoir la cause de ces arythmie alors que j'étais en excellente forme le reste de l'année, mais c'était bien ça.
Sinon, si je m'était pas préoccupé de savoir pourquoi et faire de l'endurance aérobie aux heures qui me plaisent là où ça me plait... ça se serair peut être renouvellé, et pas pardonné...

les humains sur cette planète s'occupent du présent justement. ils ignorent l'avenir. ils prennent du bon temps, ils en profite, mais du coup on fonce dans le mur de la crise écologique, sans mettre les freins...
non, je ne suis pas tout à fait d'accord, je connais bien le coté zen d'apprécier le temps présent et ne pas se poser de question, mais je crois que ça ne suffit pas.
je vois ce que vous voulez dire par le coté prise de chou, qui entré, non avoué, martellé en tête peut effectivement faire beaucoup de mal aussi..; ça je sait également. je me pose sans cesse la question si je dois aller nager au lac tranquille, aller méditer, ou perdre du temps à écrire les prises de chou écologiques sur un ordinateur dont le fonftionnement m'énerve (bruyant, mal adapté)
je pense que c'est un devoir de l'exprimer.
quand on a mal c'est utile, c'est l'alarme. quelqu'un qui ne connaît pas la douleur abîme son corps en ne le protégeant pas, une maladie qui existe d'ailleurs pour ceux qui n'ont pas le sens du toucher normal.
l'analogie de cette maladie dans le collectif et le mental collectif est l'insousciance de notre peuple sur la planète alors que celleci hurle de douleur.
plus que quelques années avant la RÉVÉLATION de je ne sait pas quoi: cette prise de chou puissance 1000 pour ceux qui ne veulent pas la voir peut être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
ALagrange (Alex)
Accro du forum
avatar

Messages : 5633
Âge : 48
Localisation : Grenoble-Eybens
VPH : Sokol05 & Bacchetta Corsa & Catrike Road
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Dim 22 Juin 2008, 18:06

Jean Thevenet a écrit:
pour ma part j'ai échappé de justesse à des arrêts cardiaque en 2003... (ayant le sommeil léger, je me réveillais à temps pour taper sur la poitrine) comme je sais que c'était due à la pollution par l'ozone (400 microgrammes environ à 2000m d'altitude dans les alpes, mais pas de chaleur dangereuse, c'était bien l'ozone), je m'en suis préservé, mon coeur marche mainenant très bien, je ne suis pas inetrdit de sport et j'ai évité l'hopilat, l'arrêt du sport et autre touin touin. Certes, il a fallu 3 ans pour savoir la cause de ces arythmie alors que j'étais en excellente forme le reste de l'année, mais c'était bien ça.
Tu connais bien le fonctionnement du coeur. J'ai aussi fait une douleur de poitrine inexpliquée alors que je n'ai jamais été aussi entraîné et en forme qu'au moment du malaise. La seule explication serait un coup de froid, comme en subissent parfois des alpinistes. Or je n'ai pas eu de coup de froid. Comment as-tu finalement su les causes de ton arythmie? Y a-t-il des publications des études sur les effets de la pollution sur le fonctionnement cardio-vasculaire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jpl83
Accro du forum
avatar

Messages : 7089
Âge : 73
Localisation : St Raphael
VPH : Windcheetah compact, Sprint fs2. Ex VC : Fiero, Agenda, Lynxx, Strada, grassHopper, Cruzbike. Ex trike : Zoomer, kett
Date d'inscription : 17/12/2006

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Dim 22 Juin 2008, 20:13

Trouver le bon équilibre entre confiance, insouciance d'une part et analyse, recherche d'autre part est plus facile quand on n'a pas de pb.

J'ai fait aussi un sérieuse arythmie (fibrilation auriculaire) il y a 3 ans aprés avoir monté le stelvio, le gavia. 4 jours d'hosto ; c'est pas revenu
Mais il y a 2 ans, à la fin d'un 200, je ressens une douleur à la poitrine ; j'ai les jetons, je me dis ça y est c'est bon, c'est l'infarctus (en fait c'était une douleur intercostale)
Je respire bcp pensant améliorer l'oxygénation générale, ... et je tombe ds les pommes pour la première fois de ma vie. A l'hopital, tout était parfait. Il s'agirait d'un phénomène d'hyper ventilation
Je m'écoutais trop ...

Mais quand on a des soupçons justifiés (mes coronaires ne sont pas en bon état), c'est plus sûr que traiter par le mépris

Pour ce qui est des études sur le coeur, bien sûr qu'il y en a bcp, mais y a encore des phénoménes mal connus ou qu'on ne sait pas traiter

On dit que pour le coeur, il y a l'électronique (les pb de rythme) et la plomberie (les artères, les valves)
Pour les pb de rythme on commence à repérer certaines terminaisons nerveuses mal positionnées ; en les brulant ça guérit pas mal de gens
Pour la plomberie il faudrait faire bcp plus d'examens préventifs. Avant d'en arriver aux pontages, on met des stents pour dilater les artères et laisser passer le sang. Mais le pb qui reste, c'est que ces obstructions sont souvent dues à des plaques d'athéromes, qui si elles pêtent, vont libérer une sorte de poudre qui va boucher plein de trucs ; c'est l'une des causes de mort subite. Pour minimiser ce risque, on rend des médicaments tout le restant de ses jours, pour conserver la souplesse des artères, limiter le cholesthérol (une des causes de la formations de ces plaques)

Bon tout ça, c'est surtout à partir "d'un certain age"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 49
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Dim 22 Juin 2008, 22:33

j'ai observé une corrélation entre les concentration d'ozone et la sensation. il suffit donc d'éviter des échanges gazeux intenses car l'intoxication à l'ozone est proportionelle à la ventilation pulmonaire.
ayant estimé mon débit respiratoire à 15 fois environ la valeur de repos
ayant discuté avec une scientifique du centre de mesure de la qualité de l'air qui m'avait appris qu'ils considéraient que l'effort physique augmentait la dose de 10%

j'ai repris les calculs pour moi, et j'ai découvert que la dose était, dans mon cas augmenté de 100 à 200%; la moitié de l'air voir les 2 tiers de l'air, respiré sur 24 heure l'étant durant la pratique sportive. d'où des problèmes si cet air est respiré près d'une route (cas de la pratique de l'aviron, j'ai du changer l'embarquement de place pour faire une saison)

alors je leur ait écrit le courrier copié collé quelque part en amont de ce poste et ils ent ont tenu compte dans leur publications en ajoutant le titre
"vélos à vos masques"...

en effet, le seuil d'information est calculé sur la reccomandation de ne pas faire de sport en estimant que le sportif moyen consomme par activité environ 300 kcal et le seuil est 260. de plus ils pratique rarement tous les jours. ET pourtant on conseille d'éviter la pratique sportive à ces gens.

or, un entraînement intensif avec mon niveau d'entraînement correspond à 2000kcal soit une méfiance à avoir pour une concentration plus faible... c'est finalement très peu et c'est ce qui explique que des taux d'ozone de l'ordre de 130 sont déjà, en fait comme 6 fois supérieur au seuil d'informayion et 3 fois le seuil d'alerte.
il n'ets pas surprenant donc d'avoir des "angine de poitrines" pour des telles valeurs.
en se connectant bien aux perceptions je peut ressentir très taux les prémices, et alors me retirer du contexte...
le fait que je peut me donner à fond en évitant la pollution: exemple, la classique genevoise je me suis pas privé de monter à 188 pulses, les courses d'aviron en zone non polluée, les montée de col... aucun problème. alors que faire la même chose si je ressent de la pollution est... je le sait, carrément dangereux et pourrait mener à l'accident, ce qui a bien failli me tuer en 2003: je faisait 3000m de dénivelé par jour durant des marches de 4 à 6h alors qu'il y avait plus de 360 microgrammes d'ozone et donc respirait la dose multipliée par la ventilation... j'ai rejjeté l'hyptothèse de la chaleur ou de l'altitude. si il n'y a pas effectivement des taux élevés d'ozone, je peux marcher sans limitation. (quand je marche je précise que je monte les pentes d'alapage en gagnant 1200m/h d'altitude ce qui correspond à faire 37km/h avec un bon vélo droit de course, donc des échanges gazeux de l'ordre de 100 litres d'air par minute

dans la famille on a certains membres une cage thoracique sur développée, moi et mon neveu on fait des très fort sonneurs de conque. mon neveu, très jeune aussi ressentait en relation avec les concentration d'ozone ces douleurs de poitrines qu'il attribuait à une crampe, ou douleur musculaire...


autrement ce qui m'a mit la puce à l'oreille sont les textes que l'on trouve dans les coulisses des gouvernement ou les articles "timbres poste" du journal le monde.

"extraits de texte trouvé dans senat.fr-rap-r05-125-r05-12558.html (archive sur le site du senat à retrouver)

On peut dire que c'est dans les vingt-quatre heures qui précèdent l'infarctus du myocarde que les choses se sont passé. C'est une association spécifique. Jusqu'à présent, on avait travaillé sur des maladies cardio-vasculaires, des hospitalisations, des données hospitalières, de mortalité, mais jamais sur une pathologie spécifique, comme l'infarctus du myocarde. C'est une association robuste car quelles que soient les décisions que l'on prend, on retrouve toujours les mêmes relations. Cela affecte la population jeune (35-64 ans). Les plus âgés sont les plus sensibles, mais cela affecte également les personnes qui n'avaient aucun précédent vasculaire et les jeunes. Enfin, c'est une relation linéaire, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de seuil. A chaque fois que l'on augmente la concentration de l'ozone, on augmente d'autant plus la survenue de l'infarctus du myocarde.On a également montré que l'ozone avait un rôle sur la fréquence cardiaque, en la diminuant, à l'inverse des autres marqueurs (NO2 et SO2), qui sont cardio-accélérateurs.
Pour l'ozone, on constate que le risque le même jour est de 1,05. Cela signifie que pour chaque augmentation dans l'atmosphère de 5 microgrammes par mètre cube d'ozone, il y a une augmentation de 5% du risque de faire un infarctus du myocarde. Ces relations sont très significatives et concernent à la fois le même jour et le jour précédent.

3 novembre 2007
article dans le journal le monde dans la rubrique "environnement et sciences"
extraits
"la pollution a un effet vasculaire immédiat"
c'est ce que a démontré l'équipe de Pierre Boutouryrie (inserm UMR 872) hôpital européen Georges Pompidou et publié dans le numéro de novembre de la revue américaine "Hypertension". l'étude porte sur la fonction endothéliale c'est à dire la capacité des vaisseaux à se dilater ou se contracter selon le débit sanguin, ainsi que les modifications de la partie interne de la paroi vasculaire. Les données ont été croisée avec les mesures d'Air Parif, les patients sont quarante jeunes gens en bonne santé de 18 à 35 ans.

"il apparaît que la fonction endothéliale est modifiée par les niveaux ordinaires de pollution atmosphérique en ville, la fonction peut baisser de moitié entre le jour le moins pollué et le jour le plus pollué, "les polluants gazeux affectent la fonction endothéliale des grosses artères tandis que les particules exagèrent la dilatation des petites artères" en une réponse à une diminution du débit sanguin notent les auteurs.
Soulignant en particulier l'effet négatif des dioxydes d'azote et surtout de souffre, Pierre Boutouryrie et ses collaborateurs remarquent que cette altération importante a été observée pour des niveaux relativement bas de pollution"


Dernière édition par Jean Thevenet le Dim 22 Juin 2008, 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 49
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Dim 22 Juin 2008, 22:39

réponse d'un cardiologue... (le cardiologue qui soigne couque, je crois)...

"Cher Jean
Comme bien souvent, vous avez raison, et en réalité le problème est bien plus sérieux que ce que l'on pense généralement.
Les nouveaux diesels produisent beaucoup plus de NO2 que les anciens diesels, et le NO2 a une action très inflammatoire sur les voies respiratoires, de plus ils produisent des nano particules en très grandes quantités, on ne les sent pas et elles passent la barrière alvéolo-capillaire."

en fait ils produisent du NO qui devient NO2 en hiver ou ozone en été.

en fait tout ça ça évite d'avoir le temps d'attraper un cancer...

le NO2 est t'il cardioaccélérateur?
avoir de la haine au deux (vis à vis de l'automobiliste et de sa bagnole) devrait l'être... à cause de l'adrénaline qui prépare à mieux lui mettre un coup de sabre...
mais qu'en est t'il du NO2 j'ai alors relevé après coup mes mesures de puissances.

sur un ergo rameur 200 watts (correspondant à 250 watts vélo donnent... suivant les jours toujours les mêmes pulses... sauf... quand c'est pollué. conclusion hative?



à en croire ce graphe les pulses grimpent de 10 à 15 p/mn pour le même effort environ 1jour et demi après le début de l'épisode de pollution.
quand l'air est propre on a bien toujours les même pulses reliées à une puissance mais quand l'air est pollué c'est une valeur aléatoire puisque le taux de pollution variant, la dérive de pulses varie aussi...

TROUVÉ ENCORE UN BOUT DE TEXTE... BON, JE COLLE. PUISQUE C'EST TAPÉ
Il apparaît aussi que c'est le lendemain du début de la période de pollution que la fréquence cardiaque monte.
Perdre 20 seconde au test 2000 ou pronostic de ce test est vraiment énorme, c'est la différence entre une intersaison avec une coupure d'entraînement et la préparation optimale qui permet de réaliser le pronostic. J'ai pas fait particulièrement de zèle qui aurait pu expliquer cette dérive telle que l'auraient fait de musculation, des fractionnés ou une épreuve violente. Il ne semble pas non plus y avoir maladie infectieuse genre grippe ou rhume, comme c'est arrivé la période du 2001117 à 2001121, j'avais récupéré de cette période (retour à 140 pulses @ 200 watts le 20071129 au matin)

Cette hausse de fréquence cardiaque pourrait être due à l'augmentation de l'humidité de l'air et aux crobes, mais serait surtout du au dioxyde d'azote émis par les moteurs diesels, surtout les modernes, et aussi par la diminution de la fonction endothéliale (dioxydes d'azote et souffre, et particules). C'est en saison hivernale que les taux sont les plus forts (équivalents à ceux de Bruxelles), par confinement de l'air dans la couche où passe plusieurs routes de gros gabarit (canal bordé d'une route), ou encore par proximité de parking ou routes où les moteurs tournent en sous régime ou au ralentit (cas de la salle de musculation).
il se peut peu être que étant incommodé par la pollution je baisse la ventilation pulmonaire lors des efforts, et que le coeur rattrape cela par une forte augmentation. Mais en situation de repos, la fréquence monte aussi, alors que la ventilation joue beaucoup moins.

il est à noter que avoir une pulse de plus pour une même puissance signifie perdre entre 1 et 2 secondes sur une course d'aviron... 10 pulses de plus correspondent à passer d'un niveau international à régional. Se protéger de la pollution avant un championnat devrait donc être considéré comme aussi important qu'une année d'entraînement. L'ozone au contraire ferait baisser la fréquence cardiaque, mais cela ne dope pas pour autant, il est alors impossible de monter haut dans les pulsations, c'est ce qui semble s'être passé cet été (fréquence cardiaque descendant en dessous de 40 pulses au repos). les taux d'ozone les plus élevées sont observés en montagne. cet été c'est le massif de la Vanoise qui avait le record de la région. Je n'ai pas de mesures précises cette année car je me suis préservé en évitant de sortir l'après midi, mais chaque fois que j'ai eu à le faire j'ai eu plus de fatigue le lendemain, même en évitant la chaleur et les efforts physique.

Tignes n'est pas exempte de pollution (du 20071203 à 20071205 et même les jours suivant), c'est un environnement urbain avec comme en ville des diesels qui tournent entre des immeubles, des fraises à neige, des camions qui raclent, des dameuses, mais aussi et surtout des diesels bien plus puants, vu que c'est plus riche, des gros quatre quatres hdi et des véhicules style C4 ou X-trail, et du fait de la montagne des moteurs qui carburent moins bien (25% de moins d'oxygène, route en pente), qui sont utilisés à l'arrêt pour dégivrer les pare brise..


Dernière édition par Jean Thevenet le Mar 24 Juin 2008, 14:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
Jean Thevenet
Accro du forum
avatar

Messages : 1486
Âge : 49
Localisation : N45.7637290 E005.7722780
VPH : VTT à guidon de course
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Mar 24 Juin 2008, 14:16

ça commence à devenir hors sujet... ici l'on parle maintenant des trucs qui nous tuent avant même d'avoir eu le temps de faire un cancer...

on trouve souvent dans les littérature.
il faut 2 sur 3 ingrédients suivant pour un cancer

la pollution mentale (confilt psychologique profond et caché de la conscience)
la pollution physique (des voitures de la catégorie KIPULPIR ou un verger près de chez soi)
la pollution génétique (le fait d'avoir des gênes gênants).

comme on est tous touchés par une certaine dose de conflit psychologique, nous avons tous plus ou moins de la pollution mentale. alors il suffit d'être prédisposé génétiquement pour avoir un risque.

les animaux ont ils de la pollution mentale? sans doute le stress due à la dégradation de leur condition de vie par quoi que ce soit, l'attachement à un maitre, une femelle?
en tout cas la pollution réussi à leur donner des cancers aussi à eux.
..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thevenet.jean.free.fr/journal-activite_physique-rubriques
herve
Accro du forum
avatar

Messages : 1763
Âge : 50
Localisation : Bouguenais (44)
VPH : scorpion, trets, cat expe
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Mar 24 Juin 2008, 14:47

J'avais lu que tout le monde développait le cancer, mais pour la plupart des gens, les défenses immunolgiques se mettaient en branle et que du coup, le corps éliminait les cellules malignes. Je ne suis pas médecin et même eux ne savent pas, encore, tout mais cela vous semble-t-il sensé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aragomax
Pilier du forum
avatar

Messages : 950
Localisation : Pyrénées-Orientales (66)
VPH : Fujin SL2 et Fujin SL1
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Mer 03 Déc 2008, 16:46

Sur ce site une video intéressante à propos d'une enquête établissant un lien entre cancer du poumon et pollution atmosphérique.

http://video.planet.fr/video/iLyROoafYTTb.html

Aragomax
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixel-Man
Accro du forum
avatar

Messages : 1068
Âge : 50
Localisation : Lille (59)
VPH : Raleigh Freedom :)))
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Mar 16 Déc 2008, 21:12

Un copié-collé, avant disparition de l’article sur www.alterinfo.net


Le corps médical censure la méthode avérée de guérison et de prévention du cancer


Natural News, Barbara Minton, 13 décembre 2008

Cet article porte sur comment prévenir et guérir le cancer avec une bouteille d'huile de lin et un pot de fromage blanc (lait caillé). Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est une vérité prouvée et bien documentée. C’est aussi une vérité résolument étouffée, car l'industrie du cancer est un gros business dans ce que cela a de pire.

Vous ou l’un de vos êtres chers peut avoir été diagnostiqué avec le cancer, et vous avez très peur. L’establishment médical vous a appris que votre vie est menacée, et que vous feriez bien d’entreprendre des traitements de soins standards avant qu'il ne soit trop tard. Vos médecins ont balancé toutes sortes de statistiques effrayantes sur ce qui vous arrivera sans intervention chirurgicale immédiate, suivie de rayons, de chimiothérapie, et vraisemblablement d’une vie entière de pratique de drogues débilitantes. Vous faites l'objet de pressions pour vous faire inscrire tout de suite à ces dangereux traitements.

Votre esprit est dans un tourbillon, vous ne pouvez penser correctement, et vous avez une trouille bleue. Désormais, l’industrie du cancer vous a amené exactement là où elle le désirait. Vous n’êtes plus en état de rechercher une solution de rechange. Si vous pouviez rassembler assez vos esprits pour commencer à étudier ce qu’est vraiment le cancer et comment il devrait être soigné, votre médecin sait que vous vous passeriez de lui et de ses poisons. C'est pourquoi la pression sur vous est si intense.

En fait, qu’est-ce donc que le cancer ? Quelqu’un attrape-t-il le cancer par manque de chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie ou médicaments ? En réalisant que la réponse à cette question est bien évidemment « non, » vous voyez que les méthodes des « soins standards, » même dispensées dans des cliniques de cancérologie ultramodernes, ne vous apportent aucune guérison. Il n'y a donc pas à se précipiter pour vous inscrire à ces traitements. Vous pouvez vraiment vous permettre de prendre le temps de vous détendre et de retrouver votre calme, et trancher ensuite pour une approche rationnelle, basée sur une solution de rechange qui vous offre une probabilité d’une guérison complète. Que vous ayez ou non beaucoup d'argent, et même si vous n'avez pas d'assurance maladie, vous pouvez vraiment guérir complètement du cancer.

Le cancer indique que vous exposez votre corps à une chose absolument inappropriée. Si votre famille a une incidence élevée de cancer, peut-être pensez-vous que cette maladie est dans vos gènes, et que vous ne pouvez pas vraiment y faire grand chose. Ce n'est pas vrai. Quel que soit votre patrimoine génétique, ce sont les choix que vous faites qui déterminent l’activation des gènes à l’origine du cancer. Le cancer n'est pas une maladie mortelle. Le cancer prévient d’un danger mortel. De cette manière, avec tout ça en tête, nous allons revenir à l'huile de lin et au fromage blanc.

Johanna Budwig

La doctoresse Johanna Budwig naquit en Allemagne en 1908 et décéda 95 ans plus tard. Elle consacra sa vie à la recherche en cancérologie et fut souvent citée comme une sommité scientifique de la recherche dans ce domaine en Europe. Aussi biochimiste et physicienne, elle fut l'une des autorités éminentes dans le domaine des matières grasses, des huiles et de la nutrition. Après des recherches originales et exhaustives, comportant des années d'essais cliniques, Johanna prouva au-delà de toute contestation que l’huile de lin non chauffée et non traitée peut fournir à l'organisme des acides gras essentiels, et reconstituer le manque de phospholipides et de lipoprotéines de première nécessité, qui étaient absentes dans l'alimentation de nombreuses personnes de son temps, et le sont à un degré encore plus grand dans la malbouffe d’aujourd'hui.

Grâce à l’analyse sanguine de nombreux patients cancéreux, Johanna diagnostiqua toujours un net déficit en substances nutritives essentielles. Les échantillons sanguins de tout cancéreux à un stade avancé laissaient voir une substance jaune verdâtre, au lieu de l’hémoglobine saine porteuse d’oxygène naturellement rouge, ce qui révèle l’incapacité du sang à amener l'oxygène aux cellules. Après avoir traité ces patients pendant quelques mois avec des doses quotidiennes d'huile de lin, leurs tumeurs cancéreuses diminuèrent peu à peu, et la couleur malsaine du sang fut remplacée par celle des globules rouges saines. Ce changement de couleur du sang signale la hausse du niveau des phospholipides et des lipoprotéines.

Sa découverte de la manière de rendre les graisses solubles dans l'eau fut son apothéose. Elle comprit que les graisses deviennent solubles dans l'eau et capables de traverser la membrane cellulaire uniquement quand elles sont liées à des protéines. C'est là que le fromage blanc entre en jeu. C’est en agglomérant les matières grasses riches en électrons de l’huile de lin avec les protéines sulfurées du fromage blanc qu’on permet le passage de ces électrons à travers les membranes cellulaires et dans les parois cellulaires.

Johanna était catégoriquement contre l’usage des graisses hydrogénées, partiellement hydrogénées, et polyinsaturées. Elle considérait ces matières grasses transformées chimiquement comme préjudiciables envers tout organe du corps. Le cœur rejette ces graisses et elles finissent en dépôts de gras inorganique sur le muscle cardiaque, bloquant la circulation, lésant la fonction cardiaque, inhibant le renouvellement cellulaire, et perturbant le flux naturel sanguin et lymphatique.

Les patients de Johanna étaient des malades en phase terminale, abandonnés par la médecine moderne, dont la survie de beaucoup était estimée à quelques jours ou heures. Elle traita ces patients avec un simple régime à base d’un mélange d'huile de lin et de fromage blanc, la version européenne du lait caillé. Ses recherches rendues publiques sont bourrées de témoignages de gens des quatre coins du monde, diagnostiqués avec un cancer en phase terminale et complètement guéris par la crème Budwig. Les bienfaits des recherches de Johanna s’étendent à la guérison des personnes atteintes de l'une des principales maladies débilitantes.

Il existe des milliers de cas certifiés de guérison du cancer grâce au protocole Budwig. Pour ses recherches et sa pratique, Johanna fut nominée à sept prix Nobel, mais fut empêchée de les obtenir par l’industrie pharmaceutiques et médicale d'Allemagne, qui lui firent subir un dénigrement et un harcèlement perpétuel et bloquèrent la publication de ses écrits et de ses études cliniques. [*]

Notre organisme est électrique

En plus de compromettre l'intégrité des membranes cellulaires, les huiles traitées et cuites abaissent la tension dans les cellules de notre organisme, nous rendant très sensibles aux maladies chroniques et incurables. Le champ électronique des huiles insaturées cuites et traitées est altéré et détruit, ce qui rend les cellules incapables de s’alimenter correctement. L’aptitude des graisses à se lier aux protéines et à devenir solubles dans l'eau est détruite dans l’organisme. Quand les graisses sont aptes à se lier aux protéines, acquérant ainsi la solubilité dans l'eau, elles peuvent pénétrer les cellules, leur fournir de l'oxygène, et rétablir le niveau électrique adéquat. Rappelez-vous : ce n'est que dans un environnement déficient en oxygène que les cellules cancéreuses peuvent s’épanouir.

Le métabolisme correct des graisses affecte chaque fonction vitale et organe du corps, y compris la régénération et la mort cellulaire. Quand de nouvelles cellules se développent, il y a une bipolarité entre la charge positive du noyau et la charge négative de la membrane cellulaire. Au cours de la phase de division du cycle cellulaire, la nouvelle cellule ou cellule la fille doit avoir assez d'énergie pour se séparer complètement de l'ancienne cellule. Ce sont les acides gras riches en électrons qui facilitent ce processus. Quand ce processus est interrompu par absence de bipolarité, par manque d’acides gras insaturés très riches en électrons, les cellules ne se séparent pas complètement les unes des autres.

Ce processus peut être inversé en fournissant à l'organisme de la nourriture qui redonne les ingrédients nécessaires au retour de la bipolarité et à la résolution de la paralysie du cycle cellulaire. La configuration moléculaire de l'huile de lin, avec ses deux composantes d’acides gras insaturés, formées de trois électrons à doubles liaisons entre les atomes de la molécule, est capable de transférer une immense quantité d'énergie, permettant à l'organisme une plus grande assimilation et la capacité de transporter l'oxygène. Cela fait que toute tumeur présente se dissout, et l’assortiment de symptômes signalant l'absence de bipolarité disparaît. Voici un extrait des recherches de Johanna :
Au moment où deux doubles liaisons non saturées se trouvent ensemble dans une chaîne d'acides gras, les effets sont multipliés et dans les acides gras hautement insaturés, les fameux acides « linoléiques, » est généré un champ d'électrons, une véritable charge électrique qui peut être rapidement dirigée ailleurs dans le corps, provoquant ainsi la recharge de la matière vivante, en particulier du cerveau et des nerfs. Ce sont précisément les acides gras insaturés qui jouent un rôle décisif dans le fonctionnement de l'appareil respiratoire de l'organisme. Sans ces acides gras, les enzymes de la respiration ne peuvent pas agir et nous nous asphyxions, même en apportant de l'oxygène supplémentaire, comme par exemple dans les hôpitaux. L'absence de ces acides gras hautement insaturés paralyse de nombreuses fonctions vitales. À l’origine, cela limite l'air que nous respirons.

S’exposer à la lumière du Soleil

Johanna a aussi étudié la relation entre les graisses, les électrons, les photons, l'énergie provenant du Soleil. Elle n’ignorait pas les bienfaits de l'énergie solaire et ses effets sur l'organisme. Cette énergie est due en partie aux photons de la lumière solaire, qui sont la forme d'énergie la plus pure. Les gens sont censés être en relation avec le Soleil comme le montre leur niveau élevé de photons. La concentration de l'énergie solaire s’améliore quand nous mangeons des aliments riches en électrons, comme l'huile de lin mélangée au fromage blanc qui attire les ondes électromagnétiques des rayons du Soleil.

Selon Johanna, « La matière a toujours ses propres vibrations, et aussi, bien sûr, le corps vivant. L'absorption de l'énergie doit correspondre à sa propre longueur d'onde. » C'est ce qui rend le Soleil et le corps humain si compatibles quand l’organisme est en condition appropriée pour le recevoir. Dès que les patients de Johanna se sentaient mieux, ils étaient enjoints de s'asseoir au Soleil et ils constataient qu’ils le supportaient aisément.

Johanna voyait dans les électrons des aliments que nous mangeons un système en résonance avec l'énergie du Soleil. Elle voyait dans le corps humain une antenne solaire et dans l'interaction du Soleil avec les électrons de notre alimentation l’acteur régissant toutes les fonctions vitales de l’organisme.

Ce que signifie pour nous cette recherche

Dans l’alimentation moderne, la plupart des aliments et la quasi-totalité des encas contiennent des huiles bouillies ou cuites autrement, des huiles qui ont perdu leur intégrité et sont incapables de fournir la vie procurant l’énergie et le transport de l'oxygène indispensable au bon fonctionnement cellulaire. Que vous ayez un cancer aujourd'hui, l’avez eu dans le passé, ou désirez l’éviter à l'avenir, vous devez prendre en compte ce fait. Votre médecin peut vous raconter que ce que vous mangez n'a rien à voir avec le fait que vous soyez ou non victime d'un cancer. Mais rien n’est plus éloigné de la vérité.

Original : http://www.naturalnews.com/025079.html
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info

* NDT : La crème Budwig est connue en France surtout grâce à la doctoresse Catherine Kousmine, dont les travaux ont aussi montré le problème des graisses alimentaires dénaturées par raffinage, chauffage et hydrogénation (margarines) dans la cause de maladies.
La médecine moderne qualifiait les guérisons inespérées de Kousmine d’« anecdotiques. » C’est très révélateur du fait que le but de l’establishment médical n’est pas de soigner ni de comprendre la maladie, mais de faire du fric en « traitant » ad infinitum des symptômes.
Il faut bien se rendre compte que Johanna Budwig a mis en évidence l’origine véritable du cancer et de beaucoup de maladies : la civilisation de la malbouffe, la nourriture dénaturée, dont les carences en éléments essentiels empêchent l’organisme de fonctionner normalement (avec en plus aujourd’hui les additifs de toutes sortes). Elle a mis au point une méthode de guérison véritable et non pas un palliatif (comme, par exemple, les protocoles très efficaces d’André Gernez, eux aussi censurés). Il faut cependant savoir qu’il ne suffit pas de consommer de la crème Budwig le matin sans éliminer entièrement ses mauvaises habitudes alimentaires… L’huile de lin est interdite dans la consommation en France car, étant très réactive, elle s’oxyde rapidement en formant des radicaux libres. On peut cependant en trouver en Suisse, à Genève en particulier, dans les magasins de diététique et en pharmacie. Cependant, pour garder la santé, il suffit, comme le dit depuis des années le mouvement Hygiéniste (Mosseri, Shelton,…), de ne rien manger de dénaturé : transformé, trop cuit, ou préparé industriellement, et de ne s’en tenir qu’à ce que donne gratuitement la nature, en préférant les fruits oléagineux naturels (ni grillés ni salés) à la viande (ce point est désormais une priorité avec les trafics soulevés par l’actualité et les contaminations diverses).
Les vitamines sont aussi très importantes puisque leur carence a été mise en évidence dans beaucoup de maladies. Ne pas oublier que certaines des maladies cardiaques les plus courantes et mortelles sont des formes avérées de scorbut (Dr Matthias Rath et Alain Scohy). Cependant, préconisées seules sans les acides gras insaturés essentiels et les oligo-éléments, les vitamines ne resteront qu’un utile palliatif à la malbouffe.
La base énergétique de l’organisme est démontrée en particulier par l’existence avérée des méridiens d’acupuncture. Cela permet d’expliquer les guérison par correction de l’énergie corporelle que sont sensées faire, par exemple, l’acupuncture, la machine de Prioré, l’eau énergisée découverte dans les années 60 par l’ingénieur Marcel Violet ou l’homéopathie. La nature énergétique de l’organisme est aussi déductible des extraordinaires travaux du Dr Tsiang Kan Zheng et des découvertes censurées presque aussi extraordinaires du Dr Jacques Benveniste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/velomobiledesign
nostradamus
Posteur d'or
avatar

Messages : 556
Âge : 41
Localisation : hendaye
VPH : performer highracer caliper en 26
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   Mar 16 Déc 2008, 22:58

LoRan(s) a écrit:
l'asthme est un effet collatéral de l'entrainement de haut niveau. Très bien décrit par J.P de Mondenard dans l'excellllent "Sport et Vie".

c clair. Tous dopés aux corticoïdes donc tous asthmatiques Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Risques de cancers pour les vélos couchés (et les autres)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Diffusion - Vidéos publicitaires pour le Vélo couché
» Quel vélo couché pour le voyage ?
» Périscope pour vélo très couché
» mon vélo pour le PBP 2011
» C’est pas gagné ! (pour le vélo couché)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Les Points spécifiques :: Santé et Alimentation du Cycliste-
Sauter vers: