Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Compte rendu de mon premier PBP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tandem clic clac
Débutant(e)
avatar

Messages : 16
Âge : 61
Localisation : AMIENS (somme-80)
VPH : tandem M 5 et VK 2
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Compte rendu de mon premier PBP   Sam 25 Aoû 2007, 22:33

Nous avons participé au PARIS - BREST - PARIS le plus difficile depuis sa création ! ! ! Quelle aventure e - x - t - r – a – o – r - d - i - n – a - i - r - e pour une première.
Les conditions ont été extrêmes : pas une seule journée sans pluie, des températures anormalement basses pour ce mois d'août, des vents forts, majoritairement défavorables, les kil efféctués la nuit dans des conditions souvent difficiles surtout avec la pluie ; en moyenne plus d'un abandon par kil au troisième jour, sans compter les 500 « perdus » dans la nature ! ! !
Quand j'étais à l'approche de Brest ( à 150 kil quand même), et que j'ai vu fondre sur moi dans la nuit un essaim de lampes, un seul mot m'est venu à l'esprit : R E S P E C T ; chapeau bas à tous ces gens au courage incroyable. Je ne savais pas encore que je finirai l'aventure. J'étais un peu seul sur mon vélo couché, Dominique ayant zappé deux étapes à cause du froid et de la pluie qui ont eu raison de lui.
Une fois arrivé à Brest, je me dis « ce n'est pas possible, il ne me reste pas autant à faire, je n'y arriverai pas ». Mais on ne se pose pas trop de questions, de toutes façons il faut y aller, maintenant que l'on est au point le plus éloigné il faut rentrer....et puis les tampons sur le carnet de route s'accumulent, ça fait du bien quand même.
L'étape la plus éprouvante aura été pour moi Carhaix-Loudéac, avec une arrivée de nuit, une fatigue importante, des trombes d'eau (encore), un revêtement de route très mauvais occasionnant des secousses interminables, une visibilité plus que moyenne avec des freins qui ne répondent pas du tout à la demande, la prise d'un beau nid de poule qui vous secoue un bon coup et que l'on n'a pas demandé du tout ; à plusieurs reprises j'irai droit dans les bas-côtés lors des montées à trop faible vitesse et n'ayant pas de point de repère ; il faut savoir que dans le noir il est difficile de garder une trajectoire imaginaire, on guidonne dans tous les sens et on finit par être complètement désorienté. A l'arrivée de cette terrible étape j'étais un peu blessé : échauffement « coucougnal » et début de tendinite. Dans le couloir de l'arrivée, je chute à l'arrêt contre une barrière et un grand grincement me fait craindre l'abandon, je jure dans tous les sens et des spectateurs me relèvent, mais le vélo n'a rien... Je rejoindrai Dominique qui a réussi à trouver un routier car les dortoirs mis en place par l'organisation sont plus que complets par tous les cyclos épuisés voulant dormir sur place.
Une chose incroyable : sur un parcours de plus de 1200 kil, vous ne roulez j a m a i s seul ; toujours des vélos, des vélos et des vélos devant et derrière vous, de jour comme de nuit. Aux contrôles (une quinzaine environ), là où vous obtenez vos fameux tampons, ce sont des fourmilières à chaque fois : les nombreux spectateurs-admirateurs-encourageurs tout le long des couloirs d'arrivée, des « monts » de vélos sur les parkings, du monde au pointage, des goinfres au ravito, des « dortoirs » bondés de zombies et de ronfleurs plus que bruyants.
Les kil s'accumulent, il ne reste « plus que » quelques centaines de kil (!) on commence à sentir l'écurie malgrè tout, on commence à penser que l'on va y arriver. Ce ne sera pas le cas pour tout le monde, combien de vélos encore arrêtés un peu partout ! ! ! Beaucoup roulent jusqu'à l'épuisement, ne sachant pas gérer leurs arrêts pour récupérer afin de mieux repartir. J'ai vu un japonais zigzaguer dans la nuit, partir dans le bas-côté puis revenir à plusieurs reprises sur la route, lutter et lutter encore contre la fatigue. Des cyclistes épuisés, on en voit partout : des qui dorment sur les bas-côtés de la route, à l'abri d'une porte cochère, sous une benne de camion, sur les bancs publics, dans les abri-bus et pour ceux qui aiment le « confort » dans les cabines téléphoniques, dans les sas de banque...bref toujours des spectacles étonnants. Moi-même j'ai connu un coup de fatigue au point de m'endormir au guidon et me suis arrêté sur une place de village ; l'abri-bus étant déjà squatté je me suis rabattu sur....un banc de pierre au pied de l'église ; et bien j'ai dormi, emmitoufflé dans ma couverture de survie.
Mais grâce à ça on repart pour les kil suivants....et encore un tampon de plus.....et quelques gouttes bien sûr ! On commence à faire des calculs pour voir si on arrivera dans les temps : ça doit le faire, mais soyons prudents, nous n'avons rien de trop et une panne est toujours possible.
L'arrivée sur Paris se fera de jour pour nous, mais avec la pluie qui nous accompagnera une fois de plus à partir du panneau « arrivée15 kil » . Je roule près d'un danois qui me domine de ses 1,90 m au moins mais qui « barloque » de tous les côtés, épuisé ; je l'observe, il a une plaquette de comprimés à la main, se tient les yeux ouverts avec le pouce et l'index ou son menton pour que la tête ne bascule pas ! ! ! je le vois lutter pour ne pas abandonner. Il n'ira pas au bout et finira par s'endormir vraiment ; je pense un moment lui envoyer de l'eau de ma gourde pour le faire réagir et en fin de compte l'aider aussi mais......il fait 1,90 m. J' imagine sa déception de rater son brevet, son premier aussi comme moi et de devoir réattendre la prochaine édition en 2011 en sachant qu'elle ne sera peut-être pas aussi méritante après tant de souffrances ! ! ! Il faut que je l'aide, je m'approche de lui et lui lance en franco-anglais « don't sleep, talk me, don't sleep / ne dors pas, parles moi ». Trop content de trouver un soutien, il ne s'arrêtera plus de volubiler, nous irons jusqu'au bout ensemble et j'avais sincèrement une joie qui m'habitait à ce moment-là ; c'est aussi ça mon Paris-Brest-Paris.

Partis le lundi 20 août à 21 h, nous bouclerons ce Paris-Brest-Paris le vendredi 24 à 14 h 49 officiel (à 11 minutes du temps imparti)
en 89 h 49 pour 1248 kil
moyenne totale 13, 9
moyenne roulée 20, 8
heures de selle....ou de siège plutôt 60 h pile

Quelques chiffres :
5300 inscrits dont plus de 56% d'étrangers
102 vélos couchés
42 nationalités représentées dont au moins le danemark ! ! !
49,7 ans de moyenne d'âge
6,6 % des inscrits sont des femmes
15000 bénévoles
des milliers d'admirateurs le long des routes
en pièce jointe une photo prise par un anonyme pour un anonyme à qui j'ai eu le temps (dans une montée très raide) de donner mon e-mail.

Amitiés sportives et encore très humides.


Phil n° 7 0 5 8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ly masse
Accro du forum
avatar

Messages : 4913
Âge : 110
Localisation : Perpignan*66
VPH : gecko au soleil POLSKA// VK1
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Compte rendu de mon premier PBP   Sam 25 Aoû 2007, 23:13

très beau récit, j'ai bcp aimé le final, avoir encore l'energie de regarder autour de soi c'est en effet un très beau PBP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tchaidalh.wifeo.com/
isard09
Accro du forum
avatar

Messages : 1168
Âge : 56
Localisation : Mas d Azil 09
VPH : Baron orange ,krolann2,TD carbobambou
Date d'inscription : 08/01/2007

MessageSujet: Re: Compte rendu de mon premier PBP   Dim 26 Aoû 2007, 16:00

ton récit est extra , dans la cruauté de l'effort comme ds l'amitié ,on adore;
mais la photo , d'ou qu'elle est ?
Bravo et vive la Picardie... (ben oui l'ariege n'est pas peuplé que d'Ariegeois!)

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Compte rendu de mon premier PBP   

Revenir en haut Aller en bas
 
Compte rendu de mon premier PBP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compte rendu de mon premier PBP
» mon premier compte rendu envoyé comme secrétaire
» C.R compte rendu de premier cours de krav
» Compte-rendu d'un entretien avec Roger Garcia
» COMPTE RENDU du TELETHON à SERRIERES en CHAUTAGNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Les Activités du Vélorizontal :: Longue Distance-
Sauter vers: