Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Didier33
Modo
avatar

Messages : 9173
Âge : 59
Localisation : Marcheprime
VPH : Metabike 20X26 bleu rolhoffisé - Catrike Trail jaune Rohloffisé et électrifié
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 20 Jan 2018, 15:16

Citation :
J'emprunte cette piste chaque été,

Ben l'été prochain, ce serait bien que tu signales ta venue sur le post des girondins, par exemple.
J'aimerais bien rouler une fois, moi,  avec coxi24, histoire de voir de quoi il a l'air.
Spoiler:
 

Edit: Heu, remarque que si tu viens avec ton zockra dans le cadre de la ronde d'Aliénor d'Aquitaine,
c'est vrai que je serais peut-être un peu court en performances pour te suivre... scratch

__________________________________
"C'est déjà dur d'être pauvre, si en plus il faut se priver..." - Coluche -
"Y'a pas de grands, y'a pas de petits: La bonne longueur pour les jambes c'est quand les pieds touchent bien par terre" - Coluche aussi -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coxi24
Posteur de bronze
avatar

Messages : 259
Âge : 46
VPH : Pioneer, Azub Max, trets, sinner trike, explorer, zockra LR
Date d'inscription : 17/03/2014

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 20 Jan 2018, 15:30

😀😀c'est vrai ce serait cool. Le problème c'est que je n'ai pas internet en voyage, compliqué donc de prévoir l'exact moment d'un rendez-vous... Peut-être vais je bientôt entrer dans le monde des connectés 😃
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coxi24
Posteur de bronze
avatar

Messages : 259
Âge : 46
VPH : Pioneer, Azub Max, trets, sinner trike, explorer, zockra LR
Date d'inscription : 17/03/2014

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 20 Jan 2018, 15:33

En fait si, je pense faire la BTR en "candidat libre" en juin. Bretagne -san Sébastian. Je pourrais peut-être faire une petite halte chez toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Didier33
Modo
avatar

Messages : 9173
Âge : 59
Localisation : Marcheprime
VPH : Metabike 20X26 bleu rolhoffisé - Catrike Trail jaune Rohloffisé et électrifié
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 20 Jan 2018, 16:15

Why not si je suis là? Wink

__________________________________
"C'est déjà dur d'être pauvre, si en plus il faut se priver..." - Coluche -
"Y'a pas de grands, y'a pas de petits: La bonne longueur pour les jambes c'est quand les pieds touchent bien par terre" - Coluche aussi -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
papou53
Posteur de bronze
avatar

Messages : 318
Âge : 64
Localisation : mayenne
VPH : TD Letrange - Zockra HR650
Date d'inscription : 01/12/2007

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Mar 10 Juil 2018, 18:11

RAA 2018 encore un échec....  
Arrivé vers 10h30 le matin, contrôle du vélo, pose de la plaque de cadre, tout va bien  (le vélo a pris de l'embonpoint mais ça ne se sent pas trop et ainsi équipé des sacoches de siège, il serait même plus stable et toujours équilibré)
Pas beaucoup de VC, 3 plus 1 vélomobile  au départ du dimanche et 1 le lundi matin
Les 4 partiront le dimanche soir dans le dernier groupe (vers 20h15)
J'ai fais connaissance de Rémi (du Tarn et Garonne en Troytec)   A l'origine un 26*700 qu'il a modifié en 20*26 se sentant mieux sur le vélo dans cette configuration malgré sa taille  :cheers:)
On a décidé de faire route ensemble (j'aurai du me méfier de la différence d'âge Twisted Evil  ) Remi semble assez novice en LD, je me voyais le chaperonner  Rolling Eyes
Dès la sortie de l'agglomération bordelaise, après une quinzaine de km de piste cyclable et passage du pont d'aquitaine tranquille, Rémi me prévient qu'il préfèrait un rythme plus élevé sur la première centaine de km à priori faciles pour le VC. Qu'à cela ne tienne, on embraye et c'est parti pour une partie de manivelles (27,5 de moyenne au km100) qui me sera en définitive fatale  pale (ah! il est beau le chaperon  king)
On rattrape (et on dépose) 1 puis deux puis trois des groupes partis avant nous. On se grise sur ce terrain il est vrai favorable pour nous à 30/35 km/h presque tout le temps. Je sentais bien que ce n'était pas forcément "raisonnable" mais comme souvent, je me dit qu'on va forcément lever le pied et puis ce qui est pris...  Rolling Eyes
Alors je roule, prend des relais appuyés, depuis quelques semaines j'ai d'excellentes jambes et ce soir c'est tip-top (d'autant qu'il fait frais et peu de vent)
Quelques menus arrêts (pipi, lumières ou vêtements) n'altèrent pas notre rythme.
Le jour est maintenant parti, les 2 VC s'enfoncent dans la nuit plein pot à la lumière des phares (faut absolument que je peaufine le réglage du mien  cyclops)
km100, depuis 1h on est accompagné de 2VD du dernier groupe doublé. A la faveur d'une petite erreur de navigation, je me retrouve derrière et j'ai un peu de mal à recoller (première alerte) on fait une pause le temps de se soulager la vessie et pour ma part j'avale une yaourt nature/vanille.
On repart après 5' et comme souvent, j'ai besoin de quelques km pour retrouver le rythme. Remi est devant et petit à petit s'éloigne, je ne recolle pas et laisse faire (je ne le reverrai plus) prend mon rythme mais j'ai un peu de mal quand même. J'ai une envie de dormir qui vient maintenant, je zigzague pas mal je trouve.
Il y a à peine 20km qu'on s'est arrêté et l'idée d'une nouvelle pause me trotte dans la tête.
"Peut-être qu'un petit somme de quelques mn dans un abribus..." me dis-je "et de toute façon je ne vois plus Rémi ... et je le retrouverai au premier contrôle de Vaunac" (km167).
Je finis par me convaincre et à St Astier j'entrevois un abribus ....  Sleep
La suite est limpide (je connais bien les symptômes), je ne m'explique pas pourquoi mais je gamberge  scratch (une constante cette année  No)
je mange un de mes 2 sandwichs, bois correctement, regarde passer les groupes que l'on avait dépassé avec une belle dépense d'énergie et qui n'étaient pas si loin derrière  Rolling Eyes et m'allonge un peu sur le banc sans trouver le sommeil bien sûr.
Je ne vais plus bien, qu'est-ce que je fais? poursuivre me "prend la tête" et arrêter là le brevet ... j'ai du mal à m'y résoudre.
Je me désespère de cette situation qui se répète cette année. L'envie n'y est plus trop en fait et vouloir absolument faire ces très longues distances, je vois bien que c'est comme une fuite en avant, et peut-être que je m'entête trop...
Alors que je ne travaille plus, que je peux consacrer au vélo tout le temps que je veux et bien non, c'est là que ça coince, allez comprendre!
Le temps passe, faut que je prenne une décision  confused  
Ce sera celle du demi-tour (et 120km pour rentrer Neutral )
L'objectif de l'année est passé et je le sens, mon avenir en LD est hypothétique, du moins je n'ai pas l'intention d'insister si l'envie ne revient pas.
2019, année de PBP, y serai-je? rien n'est moins sûr même si je ne ferme pas totalement la porte.
Va falloir peut-être m'intéresser à d'autres types de sorties longues  study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rasleboldeceblog
Posteur d'argent


Messages : 377
Âge : 59
Localisation : Mundolsheim (67)
VPH : Velokraft VKII / Zockra HR700
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Mar 10 Juil 2018, 23:04

Bon... la c'est forcément dans la tête que ca se passe! A te lire tu n'y étais tout simplement pas. Je n'en connais pas les raisons. Le tout me rappelle un peu mon dernier PBP. Entre le décès de mon père 1,5 mois avant, le travail, les formalités liées au décès, le décès lui-même à corriger quand je suis arrivé au départ, indépendamment d'un ennui tendineux au tendon d'achille pas vraiment remis c'était surtout dans la tête que je n'y étais pas. EN fait une seule envie: 15 jours de repos sans boulot, sans vélo, sans rien juste à ne plus me prendre la tête avec rien. Tu as tout le temps de faire du vélo, mais tu n'en ferais pas un peu trop d'un coup? Autre point de ce dernier PBP: j'ai essayé pour la première fois un départ le soir en roulant toute la nuit et à partir de 7 heures le lendemain juste une grosse envie de dormir... Arrêt trois fois et jamais trouvé le sommeil. Les départs le soir ce n'est pas pour moi. Parti töt le matin vers 24:00 ou un peu plus tard j'ai ma dose et je m'endors comme un bébé à mon heure normale.
Fais un bilan avec un peu plus de recul et je suis sûr que tu trouveras les raisons. Et si la conclusion devait être que la longue distance ne te motive réellement plus (je n'en suis pas convaincu: là tu es surtout sous le coup de la déception), il y a plein d'autres façons de se faire plaisir sur un vélo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fabien
Admin
avatar

Messages : 1324
Âge : 33
Localisation : A l' Ouest !!!
VPH : Trop ? Vélo pliant, TD et vélos normaux
Date d'inscription : 18/02/2010

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Mer 11 Juil 2018, 11:37

Je profite de ce fil pour pointer que kmkaplan diffuse de ces nouvelles ici : https://framapiaf.org/@kmk

C'est son fil Mastodon, bref un outil de diffusion de nouvelles rapides et c'est passionnant.

Ne t'inquiète pas papou, un échec n'est jamais définitif et encore moins honteux. J'admire tous ceux qui se présente à l'épreuve.

__________________________________
Quelques photos et les nouveautés (mais sans vélo ou presque)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fabienphoto.eu/
Tijojo
Modo sortant
avatar

Messages : 1723
Âge : 53
Localisation : Blois
VPH : Tempête & Tornade
Date d'inscription : 01/06/2009

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Jeu 12 Juil 2018, 12:38

Kim est arrivé à 11h30 (vu sur le suivi en ligne) !!! Il est Champion, il est Champion !!!    

CHAPEAU BAS car les fortes chaleurs n'ont pas du rendre le périple confortable !!!    

Yapluka te souhaiter une bonne récupération et attendre le récit de ton aventure !  study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
breizh44
Posteur de bronze
avatar

Messages : 270
Âge : 65
Localisation : Guérande
VPH : baron - catrike 700
Date d'inscription : 19/01/2010

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 14 Juil 2018, 13:36

bon souvenir pour moi la première ronde Alienor, mais hélas cette année après un accident en janvier et des douleurs aux pieds et genou pédales douce en 2018 plus de longue distance .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
veloblan
Posteur de bronze
avatar

Messages : 304
Âge : 68
Localisation : Clermont Ferrand
VPH : Pelso Brevet
Date d'inscription : 01/06/2015

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Dim 15 Juil 2018, 18:07

Oui, trop fort Kim, BRAVOOOOOOOOOOO, je t'ai suivi sur le site des RAA
Quant à moi un souci de santé m'a empêcher de prendre le départ Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.veloblan.com/
kmkaplan
Posteur de bronze
avatar

Messages : 308
Localisation : Paris
VPH : Nazca Pioneer, Bacchetta Corsa 700c
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Lun 16 Juil 2018, 23:27

BRM 1200 Ronde Aliénor d'Aquitaine
du 8 au 12 juillet 2018

lien vers la version complête et maintenue à jours

Cette année 2018, les Randonneurs Autonomes Aquitains (les RAA) organisaient, pour la seconde fois, la Ronde Aliénor d'Aquitaine (la RAA). La première édition était en 2014. À ce moment là je débutais encore dans la longue distance à vélo avec pour objectif le Paris-Brest-Paris de 2015. Et j'échouais justement à boucler mon premier BRM 400, celui des RAA. Il n'était donc pas encore question de rouler la RAA. Mais je l'avais bien notée et cette année j'y participe.

Dimanche 8 juillet 2018

Alors ce dimanche nous sommes quatre vélos couchés alignés au départ : Gervais avec son Zockra, plaque 041, Rémi qui roule en Troytec, plaque 083 et Michel qui roule en vélomobile plaque 117. Mon Bacchetta porte la plaque 107. J'ai aussi croisé Yvon sur son Metabike, plaque 127, qui partira le lendemain matin. Et la liste des inscrits en montre deux autre que je ne connais pas qui partent le lundi. Soit au total sept vélos couchés. Seuls trois boucleront cette RAA.

C'est Anne-Mathilde et Pierre qui m'ont amené au départ. Après le retrait des dossiers nous sommes aller dîner à la cantine du coin, le seul restaurant ouvert. Pas très bon mais au moins il était climatisé. On y a vu passer Camille Deligny record de France d'ironman, et ses amis qui avaient eus la même idée que nous. Quand l'heure approche on retourne  au point de départ. Il y a maintenant du monde.

Premier jour (nuit du dimanche puis lundi)

Au départ la record de France d'ironman ne peut échapper aux projecteurs, le monsieur loyal la fait partir devant dans le premier groupe, à 20h00.

Comme c'est un peu la cohue au départ, les trois couchés attendent tranquillement pour partir dans le dernier groupe, 20h20. Rythme tranquille, à la queue leu-leu sur la piste cyclable. Puis la route, où le rythme commence à s'emballer. La fraîcheur du soir puis de la nuit me conduit à quelques excès et je prend la roue de quelques groupes un peu trop rapides. À cette occasion je roule un peu avec Myrna, cycliste Vénézuélienne qui habite dans le Nord. Elle est descendue presque complètement de là bas à vélo. Pour économiser ses piles elles profite de l'éclairage et du GPS des autres… Technique un peu particulière. Reste qu'elle sera très forte sur cette randonnée, bravo Myrna !

Quand le soleil se lève je profite de jolis paysages, c'est la Dordogne puis la Corrèze. Un chevreuil passe mais je ne suis pas suffisamment rapide pour dégainer l'appareil photo. Première montée raide pour arriver au contrôle de Chartrier-Ferrière. Là je prend un petit déjeuner « Anglais. » À la réflexion j'aurais dû prendre un déjeuner complet. La journée va être longue.

La route commence à être sérieusement vallonnée, le soleil tape. Même s'il est encore tôt au contrôle libre des Eyzies le restaurant veut finalement bien servir un plat de pâtes à l'arrabiata malgré l'heure matinale. C'est parfait. D'autres participants m'imitent. Un randonneur états-unien s'attable aussi et m'annonce la triste nouvelle : un grave accident qui vient de survenir, un des participants aurait manqué de prudence à un stop. Je lui souhaite de se remettre au mieux du choc. De mon côté je vais redoubler de prudence, je sais que la fatigue entame la lucidité.

La Dordogne est très belle, mais le relief exigeant. Avec cette chaleur je compte rouler un maximum de nuit en faisant des grosses siestes aux heures chaudes. Ça tombe bien, un peu après 13 heures j'arrive au contrôle de Monpazier. Manque de chance c'est en plein milieu de la place touristique de la ville et il n'y a pas de solution de couchage ici.

Du coups je me retrouve à rouler en plein cagnard sur les routes du Lot-et-Garonne. Et ça monte, et ça descend. Ça monte surtout ! Ici je commence à reconnaitre les paysages, on est sur les terres de mes beaux parents. À Villeneuve-sur-Lot je photographie une tour que ma belle ne manquera pas de reconnaitre avant d'enquiller la côte de Pujols.

En arrivant à Nérac, je suis cuit. J'ai plus de jambes, je suis vidé, je songe à abandonner. Mais faisons les choses dans l'ordre, il est 20h, c'est l'heure de manger. Et ça permet de se remettre les idées en place. Finalement je suis à plat mais j'ai aussi six heures d'avance sur la limite. Mon état est somme toute assez normal vu que je viens de faire une nuit blanche complête, 430 kilomètres et qu'en plus je suis parti trop vite. Je me décide donc pour quatre heures de sommeil dans le gymnase. Là j'y voit le vélo de Rémi. Ça me conforte dans l'idée que je suis pas si à la masse que ça.

Mardi, deuxième jour

Je me fait donc réveiller à 1h du matin., encore fatigué et les jambes molles. Je repars, le prochain contrôle est dans 70 kilomètres, je devrais y arriver et on verra là bas. C'est donc de nuit que je fais cette portion. Et j'y vais lentement pour m'économiser. Surtout qu'il y a quelques kilomètres de route fraichement gravillonnée, l'horreur.

J'arrive ainsi lentement avant le levé du soleil au Houga. Toujours très fatigué, après avoir mangé un plat de pâtes je sombre dans une somnolence, avachi sur la table. Quand je réouvre les yeux le jours est levé. Il y a du brouillard dehors. C'est un peu déprimant. J'arrive à me motiver et je repars.

Au début le brouillard est vraiment épais et bloque sérieusement la vue et je roules bien une heure avant de commencer à voir le paysage. On est maintenant dans les Pyrénées-Atlantiques. Le paysage est sans doute beau, mais je commence à cogiter. Imaginer comment va se passer l’ascension du Col. Je profite du menu complet proposé par le contrôle de Soumoulou. Il y a même une garbure… Un délice. Ça redonne la foi. Il y a même quelqu'un avec une pompe qui vérifie les pneus et les regonfle pour éviter les déconvenues dans la descente. Enfin bref, une équipe bien sympathique, alliée au beau temps pas encore trop chaud, ça me remet en selle.

Maintenant les paysages sont plus verdoyant et on voit des montagnes droit devant. Je ne connais presque pas les Pyrénées et je profite de la découverte. Arrivé à Asson je roule en essayant de repérer le contrôle pour y déposer mes bagages afin de m'alléger pour l'ascension du col du Soulor. Quand je sors de la ville sans l'avoir vu j'ai une hésitation. Finalement je continue avec mon barda. En route je croise pleins d'autres participants qui redescendent. J'en profite pour prendre des photos… Quand je ne me laisse pas surprendre par la vitesse à laquelle ils déboulent.

Ça commence doucement en suivant la vallée de l'Ouzom. C'est à Ferrières que la route se met à monter sérieusement. Un panneau indique d'ailleurs aux cyclistes dans quoi ils s'engagent.

Et le début est effectivement très raide. Heureusement que j'ai changé ma cassette pour y mettre un pignon de 36. Il me servira presque tout au long de la montée. Comme le temps est nuageux je ne souffre pas autant de la chaleur que je le craignais au départ. C'est donc lentement, mais surement que je gravi les 12 kilomètres, sous le regard blasé de quelques vaches.

Quand j'arrive au col j'ai encore du mal à croire que ça s'est passé aussi bien. Photo de rigueur. Puis une glace au bar du coin pour fêter ça. Sans oublier le coups de tampon de rigueur ;-)

À l'origine la route devait continuer après le col du Soulor par le col d'Aubisque avant de redescendre par Eaux-Bonnes. Malheureusement les orages du mois précédent ont causés des effondrements de la route.  C'est triste : c'était probablement la partie la plus majestueuse du parcours. Les réparations devraient être finies pour les coureurs du Tour de France mais pour le moment la route est fermée. Je devrais donc revenir dans quatre ans pour la prochaine édition si je veux en profiter.

Bien entendu la descente retour sur Asson se fait sans aucune difficulté et c'est à mon tour d'encourager mes compagnons de randonnée que je croise. Arrivé en fin d'après midi au contrôle, je savoure des manchons de canard, je les ai bien mérités.

Maintenant j'ai la pêche et roule les quelques bosses jusque Louvie-Juzons sans soucis. À partir de là c'est une grande descente douce de plusieurs dizaines de kilomètres, le pied. Je passe juste derrière un gros nuage de pluie isolé. Devant moi le soleil descend tranquillement sur l'horizon et peu après la nuit tombée j'arrive à Sauveterre-de-Béarn, kilomètre 725. Sur l'écran de télévision je vois les Champs-Élysées envahis de monde.

Leçon apprise sur l'étape précédente, après un solide dîner je profite là aussi d'un bon sommeil de quatre heures.

Mercredi, troisième jour

Quand je me lève, il n'y a plus rien pour le petit déjeuner. Il faudra que je trouve à manger en route car le prochain contrôle est dans 90 kilomètres. Pour le moment tout est fermé, il n'y a qu'à rouler. On est dans le Pays Basque, le relief recommence à être joueur. La route est nickel et à cette heure ci il y a très peu de circulation. En passant à Hasparren je regarde bien autour moi voir si Benoit et Géraldine ont eu le courage de se lever pour faire un petit coucou. Mais il n'est pas encore 6h du matin et il fait encore nuit. Alors je ne peux pas leur en vouloir de préférer profiter de leurs vacances et dormir à cette heures où seuls quelques doux allumés sont sur la route.

À 7h, juste avant d'arriver à Saint-Pée-sur-Nivelle, le jour s'est levé et j'aperçois une épicerie ouverte avec des tables en terrasse sur le bord de la route. Je m'y arrête pour un café, un gâteau basque et une chocolatine. D'autres randonneurs y sont déjà installés. Et c'est reparti vers Hendaye.

Pendant une dizaine de kilomètres le parcours recoupe celui du retour et je croise des randonneurs qui eux reviennent d'Hendaye. Maintenant qu'il fait grand jour, la circulation devient franchement chargée, les véhicules roulent vites. Si le paysage est franchement beau et la route bonne, cette pression constante rend cette partie du parcours assez désagréable. Arrivé au contrôle, je ne traine pas : il ne servent pas de repas. Dans ma précipitation j'oublie mes bidons au contrôle. Demi tour pour aller les chercher. Heureusement que je m'en suis aperçu rapidement.

Cette fois on longe la côte jusqu'à Saint-Jean-de-Luz. Parcours côtier très beau mais toujours une circulation automobile très importante. Encore un peu de relief et j'arrive à Saint-Pierre-d'Irube. Et là, suprise ! Je vois Benoit et Géraldine qui m'accueillent avec des grands sourires. C'est super, ils sont venus me faire coucou. Pendant que je pointe et que je mange on discute. Je leur raconte un peu la route, eux leurs vacances. Allez, quelques photos avant que je ne reprenne la route.

Ça commence par la piste cyclable au bord de l'Adour, très agréable. Mais la rive droite de Bayonne nous emmène sur des grosses routes à *très* forte circulation. C'est assez infernal. Et ça durera pendant plusieurs kilomètres. Ça n'est qu'une dizaine de kilomètres plus loin, à Labenne, qu'on quitte cette grosse route pour rouler dans un cadre plus appaisé.

On sent bien que c'est les vacances estivales, beaucoups de touristes. Et bientôt on emprunte la fameuse piste cyclable des Landes. La difficulté c'est bien entendu le vent de face et le soleil. D'ailleur arrivé à Léon je m'arrête dans une boulangerie et pour mon gouter je me prend une salade de pâtes et une glace. Et c'est reparti pour du soleil, du vent et des lignes droites dans les forêts de pins… Ou sans pins. Je finis par arriver au contrôle de Mimizan. Là, sous une grande tente bien aéré je me pose un peu et mange. Il faut bien ça : le prochain contrôle où je peux espérer manger est dans 100 kilomètres.

La route jusqu'au Muret est particulièrement morne et monotone. Tout comme la ville. Je tamponne à l'hôtel. Là Christophe me rejoint. On roulera ensemble jusqu'à Andernos. La piste cyclable au nord du bassin d'Arcachon est assez délicate. Si c'est bien agréable de circuler hors de la circulation motorisée, les STOP à chaque intersection sont usants. Et la nuit nombreux sont les usagers qui mal voir pas du tout éclairés. Arrivé à Andernos à 23h, kilomètre 1 065, l'ambiance est chaude ici. Comme je commence à avoir l'habitude, je dine et pars pour dormir quatre heures. Mais après trois heures je suis réveillé et n'arrive plus à m'endormir.

Jeudi, quatrième jour

Ça ne sert à rien de se retourner sur le matelas, je m'habille et je repars. La route est plutôt facile et à Lacanau-Océan j'avise un hôtel pour faire tamponner mon carnet de route. Le réceptionniste est particulièrement sympathique. Il m'offre un café et on discute cinq minutes. Il habite à Bordeaux et travaille à Paris. Autant dire que la ligne TGV en deux heures lui a changé la vie.

Je repars entre les pins et les dunes. On emprunte une route fermée aux automobiles. Le jour se lève. Ça fait toujours partie des moments agréables. Surtout comme ça, au milieu de la forêt de pins.

Dernier contrôle avant l'arrivée, Lesparre-Médoc. Ça commence à sentir l'écurie, je mange tranquillement mon plateau repas. Je suis dans les temps, ça va passer confortablement.

Même si les jambes sont fatiguées, j'arrive à soutenir un rythme correct sur la dernière soixantaine de kilomètres jusqu'à Saint-Médard-en-Jalles. C'est à 11h30 que j'arrive au bout de la Ronde Aliénor d'Aquitaine, après près de 88 heures de route.

C'était un superbe parcours avec bien entendu le petit regret de ne pas être passé par le col d'Aubisque. Toute l'organisation était hyper sympathique. Aussi bien l'équipe des RAA que tous les clubs mobilisés pour les points de contrôles. Merci d'avoir pris soins de nous.

Notes diverses

Délais

Tout au long du parcours j'étais proche de la limite de temps. Ça n'est pas réellement un problème à partir du moment où je l'accepte. Il n'aurait pas été sage de forcer plus pour essayer de gagner de la marge : je sens que j'étais relativement limite en terme de sommeil. Et j'ai déjà appris qu'il ne faillait pas rigoler avec ça.

Électricité

Côté autonomie électrique je commence enfin à arriver à quelque chose de potable. Pour rappel, je dois alimenter :

• un feu arrière,
• un phare avant,
• un GPS Garmin Edge 820,
• un ordiphone.

Pour le feu arrière, cette fois ci j'avais un *Blackburn Local 10*. Il a tenu sans problème avec 4 batteries AA de 2 100 mAh. Vu que je ne roulais pas toute la nuit, peut-être aurait-il tenu avec seulement 2 batteries, mais je n'ai pas voulu tenter le diable.

Mais le gros de la consommation électrique c'est les trois autres points. Afin d'optimiser le poids et l'encombrement j'ai opté, tant que possible pour des équipements alimentés par des batteries Li-ion de type 18650. Ce type de batteries se trouve aujourd'hui facilement dans le commerce grace aux vapoteurs. Je n'ai pas trouvé ni GPS ni ordiphone qui fonctionne avec ce type de batterie. En revanche j'ai un phare Fenix BC21R et une batterie externe Soshine E3S (power bank) qui eux fonctionnent avec. Le tout couplé avec un chargeur USB deux ports (Ugreen CD104).

J'ai fonctionné avec 7 batteries 3 000 mAh. Mais je pense que j'aurais pu fonctionner avec seulement 6.

Je note avec tristesse que Fenix semble prendre la même voie que les autres fabricants : leur dernier phare le BC25R fonctionne désormais avec une batterie intégrée.

Expérience randonnée connecté

Pour ce brevet j'avais décidé d'envoyer des messages courts agrémentés d'images sur un réseau social fédéré. On pouvait suivre ça sur mon compte https://framapiaf.org/@kmk/with_replies ou avec https://framapiaf.org/tags/raa. C'est sympa et ça a sucité quelques commentaires. Mais c'est autant de temps perdu à chaque contrôle qui vient s'ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kim-minh.com
papou53
Posteur de bronze
avatar

Messages : 318
Âge : 64
Localisation : mayenne
VPH : TD Letrange - Zockra HR650
Date d'inscription : 01/12/2007

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Mar 17 Juil 2018, 09:22

Super CR Kim, heureux de t'avoir rencontré sur le début de la RAA. J'aurai sûrement dû rester avec toi, cela m'aurait évité la déconvenue du retour après 120km.
Décidément, l'expérience n'éclaire que le chemin parcouru
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
remi82
Nouveau / nouvelle


Messages : 6
Âge : 53
Localisation : Tarn et Garonne
VPH : Optima Baron
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: BRM 1200 Ronde Aliénor d'Aquitaine du 8 au 12 juillet 2018   Mar 17 Juil 2018, 10:25

Voici le récit de mon parcours:
Le dimanche matin , avant le départ , je fais la connaissance de Gervais que je trouve très sympathique et qui a une grande expérience des grandes distances contrairement a moi, a la cafet' du coin , je me présente a Kim histoire de fraterniser avec mes collègues couchés. malheureusement je n'aurais pas le temps de parler avec le pilote du vélomobile et juste le temps de dire bonjours avec un autre participant qui prendra le départ de 5h du mat.

A 20h18 nous partons tous les trois dans la sixième vague (et avant dernière), après une dizaine de kilomètre en file indienne sur les pistes cyclable et la traversé du pont d'aquitaine (je me demande toujours comment le velomobile a fait pour effectuer cette traversé tant elle était étroite et tortueuse au droit des piliers) nous  nous retrouvons enfin sur route ouverte.
Je propose a Gervais d’accélérer le rythme car celui de notre groupe n’était pas adapté au vélo couché , d'autant que la première partie du circuit était relativement plate sur 170 Kms.
Gervais a alors commencé accélérer jusqu’à atteindre une vitesse de croisière autour des 30 km/h doublant les vélo droit en monté!, enfin bref il avait des jambes de feu! on formait une bonne équipe et nous avons pu remonter jusqu’à la vague numéro 2 accompagné de 2 cyclistes droit qui profitaient de l'aspiration.
Mon but était de remonter jusqu'a un groupe roulant autour de 25 km/h pour me mettre a l'abris .
Malheureusement la forme de Gervais n'a pas durée et malgré une collation il a lâché ma roue.
Merci a toi Gervais pour l'effort que tu as fournis pendant les 100 premiers kilomètres, tu m'a donné l'impulsion nécessaire pour la première partie du circuit.
Je me retrouve donc seul dans la nuit pendant 70 km jusqu'au premier contrôle de Vaunac (KM 170) et j'ai bien le temps de me rendre compte que mon Eclairage avant est minable , 10 m de visibilité au plus , ce n'est pas assez pour anticiper d'autant que les routes n'ont pas de bande blanche .
A Vaunac, Kim me rattrape, il n'a pas doublé Gervais, bizarre , il aurait du!
Je reprends la route jusqu'a C2 Chartrier, ou Kim me rattrape a nouveau , on roule au même rythme a 1/4h de décalage, puis  C3 Montpazier, grosse halte de 1h30, fait chaud , très chaud! trop chaud!
Je repars jusqu'a Nerac ou j'arrive vers les 15h30 (Km 430) , au moment de me relever de mon vélo , je sens mes jambes se dérober sous moi , ma vue se troubler enfin bref je suis victime d'une hypovolémie/glycémie du fait de ne pas avoir assez bu sur la dernière étape. il me faudra 11h d’arrêt pour récupérer.
Je repars a 3h du mat , Kim est devant moi, je me sens en bonne forme et franchis de nuit les 150 premier kilomètre en 6h .
je rattrape Kim a  Le houga , il m'explique cette histoire de porte horaire, nous n'avons que 3 heures d'avance sur la fermeture, pas trop le temps de se reposer! et encore moins de dormir...
Ça me stresse du coup je repars a fond! C5 Soumoulou, C6 col du soulor (heureusement je m’étais entrainné en montagne), C7 Asson, gros repas et repos 1h30 puis C7 Sauveterre de bearn a 19h je me sens encore des forces pour atteindre Hendaye a 00h10 . Il faut que je dorme et me repose , je viens de parcourir la plus difficile étape  de toute ma carrière de cycliste :390km et 4850 m de dénivelé.
Le plus dur est derrière moi maintenant, je repars a 6h du mat avec la ligne d'arrivé en tète, a partir de st pierre d'irube le circuit est presque plat et le vélo couché va pouvoir exprimer ces qualités routiére .
Sur ce terrain a mon avantage je double de nombreux participants qui ont l'air de souffrir sur leurs vélo droit ; il se mettent fréquemment en danseuse sur le plat, lâche le guidon main droite puis mains gauche, d'autres sont au bord de la route et se massent les pieds . Il est vrai  que les routes Landaise sont particulièrement défoncées au point d’être parfois dangereuses, y compris les pistes cyclable fréquenté par des piétons "tète en l'air" et pas respectueux des autres usagés, il faudra que je m’achète un filet , la sonnette de guidons n'est pas efficace a 25km/h...
Personnellement les vibrations sont telle que mon feux arrière fini par se détaché de sont support (je finirais de nuit avec mon feux de secours) tandis que l'avant commence a prendre du jeu...heureusement il tiendra jusqu'a l'arrivé.
A plusieurs reprises, Pendant cette remonté de la cote Landaise j’étais a la limite de l'hypoglycémie, heureusement j'avais pris de quoi m'alimenter pendant le parcours (des chips de bananes bio; léger et énergétique), ceci m'ont permis de franchir la distance jusqu’à l'arrivé a 00h03 le 12/07 ; paris perdu je voulais finir le 11/07!
Bilan:
Mon Eclairage avant est nul, l’arrière n'a pas résisté aux vibrations.
Difficile de s'alimenter sur une telle distance , malgré mes précautions de boire en quantité suffisante a partir de Nerac, je n'ai plus assez de salive dans la bouche pour déglutir correctement, impossible par exemple de manger un sandwich car c'est trop sec, la soupe passe bien mieux!
Franchement même avec un peu plus de 10000m de dénivelé , je suis persuadé que l'usage d'un vélo couché et préférable sur ce type de parcours plutôt qu'un vélo droit, même si je suis arrivé épuisé physiquement , je n'ai pas souffert dans ma chair comme les VD.  
Prochain RDV: le PBP de 2019
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
papou53
Posteur de bronze
avatar

Messages : 318
Âge : 64
Localisation : mayenne
VPH : TD Letrange - Zockra HR650
Date d'inscription : 01/12/2007

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Mar 17 Juil 2018, 10:27

Super CR Kim, heureux de t'avoir rencontré sur le début de la RAA. J'aurai sûrement dû rester avec toi, cela m'aurait évité la déconvenue du retour après 120km.
Décidément, l'expérience n'éclaire que le chemin parcouru
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pimprenelle
Accro du forum
avatar

Messages : 1923
Localisation : Nyons - 26
VPH : Roadster Performer Dragon noir - Metabike La cigogne
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 21 Juil 2018, 09:21

Bravo à vous tous, se lancer dans ces aventures est déjà une victoire. C’est toujours avoir des envies, des rêves, des objectifs et cela fait briller cette petite lumière dans les yeux. Très heureux pour toi Kim, je me rappelle cette mini nuit 🌙 passée dans l’étable avec les vaches lors du 1200 du Massif Central. Et pour Papou, t’inquiète, c’ était pas le bon jour, tu te rattraperas au PBP 💪
Bon été à tous.

Nico ⭐️⭐️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kmkaplan
Posteur de bronze
avatar

Messages : 308
Localisation : Paris
VPH : Nazca Pioneer, Bacchetta Corsa 700c
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 21 Juil 2018, 10:27

Centre année aussi elles m'ont soutenues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kim-minh.com
papou53
Posteur de bronze
avatar

Messages : 318
Âge : 64
Localisation : mayenne
VPH : TD Letrange - Zockra HR650
Date d'inscription : 01/12/2007

MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    Sam 21 Juil 2018, 15:23

Avec ta sonnette elles t'on pris pour une des leurs Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ronde Alienor d'Aquitaine 2018 (BRM 1200km)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 6-10 juil2014-BRM 1200km Ronde Aliénor d'Aquitaine
» Inscription
» BRM 1200 : Ronde Aliénor d'Aquitaine en Juillet 2018
» BRM 1200 Alienor d'Aquitaine
» Résultat Ronde Robion 04/03/2018

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Les Activités du Vélorizontal :: Longue Distance-
Sauter vers: