Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Enseignement du sport, avis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
1nvité
Accro du forum


Messages : 4002
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Enseignement du sport, avis   Dim 12 Avr 2015, 09:29

dadou a écrit:
(oui je sais jsuis hyper fier de la meilleure prof du monde )  

Malheureusement  Suspect  je ne peux pas en dire autant de mes profs qui ont tout fait pour me dégoutter de l'école.
le seul point positif, c'est que cela m'aura appris à me démerder et a tiré des leçons de la connerie des autres!
mais bon je ne suis parfait non plus.
Sinon Pô de problème tes propos sont très clairs  Wink
même si je ne suis pas d'accord sur tout ce que tu dis, cela ne m'empêchera pas de boire un coup avec toi prof ou pas prof.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
reflets de vert
Pilier du forum


Messages : 772
Âge : 34
Localisation : Strasbourg
VPH : Baron vert, Rainbow Longo jaune, courses Peugeot, Centurion Cross Line 700 trafiqué
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: Enseignement du sport, avis   Mar 14 Avr 2015, 01:01

Je suis tellement d'accord avec les cours comme moyen et non pas comme finalité.

J'ai eu quelques profs et quelques cours qui m'ont tellement aidé à aller plus loin dans mes perceptions, ma tolérance, mes rêveries, etc… Par exemple je remercie tellement cette prof de français de nous avoir fait voir "La Rose pourpre du Caire", en troisième, alors que dans la classe personne ne savait ce que c'était, à part que c'était un film vieillot (j'ai plein d'autres exemples…).

Mais quand même je ne comprends toujours pas pourquoi il n'y a pas de grammaire comparée (il faudrait déjà comprendre les moyens d'organisation des langues en général avant de parler de COD à des enfants…), pas plus de poésie, pourquoi il n'y a pas la philosophie beaucoup plus tôt, de l'improvisation en cours de musique, pourquoi j'ai pas fait de tricot, de vannerie et de couture en cours de technologie, et pourquoi en biologie on nous a pas parlé des articulations un peu mieux (après on se retrouve avec une entorse grave et on est démuni devant son propre corps, à avoir des séquelles qui auraient pû être évitées, à devoir apprendre devant l'ordi la différence entre un tendon et un ligament - c'est tellement absurde, et pourtant j'ai été très bon en biologie, longtemps le meilleur…)… et… pourquoi en cours de sport on n'a pas fait de lutte (ça m'aurait bien aidé!).

Je ne pense pas que l'ordinateur et les nouvelles technologies ont tellement changé de choses. C'est un peu pessimiste, je fais mon "vieux" et je me trompe peut-être… mais la facilité d'accéder aux infos s'est terriblement améliorée sans que pour autant cet accès à des infos plus variées et plus "rares" se fasse…

On diffuse par internet des infos déjà rabâchées maintes et maintes fois, et certaines connaissances ne progressent pas dans la société… en plus, souvent il faut de la réflexion pour ça… et pour ça des cours ou des contacts avec des gens sont tellement mieux… et puis, il faut pratiquer et faire et être actif et créateur, et pas seulement voir et voir et revoir…

Pour parler de sport, c'est pas parce que je regarde des vidéos sur le vélo trial que je vais progresser… mais il y a plein d'exemples de ce type. Récemment j'ai demandé à un pote de m'apprendre à grimper sur les lampadaires…
C'est pareil pour l'art et des domaines intellectuels, c'est bien de faire avec d'autres personnes…

Autre chose, trop souvent on parle d'utilité et d'inutilité par rapport à un métier.

On m'a cassé les oreilles depuis tout petit en me demandant quel métier j'allais faire plus tard. J'ai préféré toujours suivre mes centres d'intérêt, mes fascinations et mes passions, en repoussant à plus tard la recherche d'un métier ou d'une filière professionnalisante. Je ne regretterai jamais ce choix, je regrette seulement d'avoir été trop pantouflard et pas assez aventurier. J'aurais dû encore plus faire dans l'inutilité, aller plus facilement vers les gens, et aller plus loin dans certaines passions.

Donc j'encourage tout le monde à apprendre quelque chose en le pensant comme moyen et non comme fin, et de demander à la fac une convention de stage pour aller travailler chez un charpentier l'été (ça leur fera les pieds à la fac).

Maintenant j'ai choisi d'avoir plus de temps libre au détriment du travail salarié que j'ai réduit au maximum.
Je continue dans l'inutilité, découvrant de nouvelles choses… c'est un compromis qui a ses désavantages, je dois souvent me justifier c'est drôle, mais j'en suis content de mon compromis

Pour le sport, j'ai encore une question.
Je ne pense pas que l'apprentissage de la compétition soit une bonne chose. Ou du moins c'est pas adapté à certains enfants, ça les écrase et les culpabilise, les met dans une position de dévalorisation de soi. Les jeux coopératifs ou d'autres approches des sports habituels ne devraient pas être privilégiés?
C'est ce que j'ai observé avec le basket du lundi, le contexte psychologique joue beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dadou
Posteur d'or
avatar

Messages : 637
Âge : 43
Localisation : aunay sur odon CALVADOS
VPH : ZOCKRA HR n°12,scorpion HP adapté hémiplégie gauche
Date d'inscription : 07/02/2011

MessageSujet: Re: Enseignement du sport, avis   Dim 19 Avr 2015, 22:15

Bonsoir,
@ millepattes, ok pour boire un coup merci et bonne reprise à toi.

En ce qui concerne l'apprentissage de la compétition, moi je suis pour.
Il est vrai qu'en France, on a une fâcheuse tendance, depuis la fin des années 60 à tenir un discours plutôt défavorable à l'encontre de la compétition en général et à l'encontre du haut niveau en particulier.
Hors, la compétition est partout depuis la nuit des temps et même chez les animaux car seuls les meilleurs survivent (c'est la sélection naturelle) dans la nature. En ce qui concerne les hommes, la compétition au sens large que ce soit au travail, dans les études etc... n'est pas que néfaste. Elle permet cette émulation nécessaire à l'évolution, à l'amélioration des connaissances, des techniques etc...
Bien évidemment, il y a toujours des petits malins qui utilisent les lois et les règlements afin de tirer la couverture à eux et même à empêcher toute  concurrence (lobby divers).

La compétition est l'essence même de toute activité sportive sinon elle n'est "que" physique.
Alors pourquoi pratiquer la compétition?
- l'envie de se dépasser
- un moteur puissant de motivation pour les uns
- envie de surclasser les autres
- pour être avec les copains
- parce qu'elle est indissociable de certaines activités physiques (divers concours de sauts et lancers en athlétisme, sports de combat, sports collectifs etc... qui n'ont de sens si l'on n'est pas mis en opposition ou jugé)
- cette liste n'est pas exhaustive bien évidemment

De nombreux pratiquants se sont mis à la compétition par hasard, en suivant les copains ou bien parce que cela les sort de chez eux, de leur quartier, de leur quotidien. Pour eux l'envie de gagner n'est donc pas forcément le moteur principal. Et il faut admettre que tous les compétiteurs ne sont pas assoiffés de victoires au détriment de leur santé ou de celle des autres, ils ne sont pas tous prêts à écraser leurs concurrents.

On peut donc aborder la compétition selon différents angles (sources de motivation), mais il appartient à l'éducateur sportif (le terme est choisit bien évidemment), l'entraîneur et l'entourage du sportif de bien choisir le niveau de compétition (ça ne sert à rien de courir contre Usain Bolt si on vaut 14" au 100m) en fonction de ses:
- capacités (génétique, nombre d'entraînement, récupération etc...)
- niveau d'entraînement
- motivations à concourir
- etc...

Que peut apporter la compétition?
- la régularité et l'assiduité à s'entraîner pour progresser
- des notions de physiologie
- des notions en terme d'alimentation et d'hygiène de vie
- se surpasser pour soi ou pour ses équipiers
- se découvrir un talent
- se projeter dans le futur en préparant un projet sportif et une échelle de progression
- apprendre à bien se connaître pour se fixer de bons objectifs (ni trop élevés ni pas assez)
- l'autonomie de l'échauffement, du choix du matériel
- la compréhension de phénomènes physiques et donc un esprit scientifique pour mieux se préparer
- tout simplement utiliser un potentiel permettant de réaliser une épreuve hors norme
- aller au bout de ce que l'on est capable de réaliser etc....
la liste n'est pas non plus exhaustive et elle dépend à la fois de la qualité de l'encadrement (savoir motiver ses athlètes, leur choisir des compétitions adaptées, leur inculquer les valeurs nécessaires à l'épanouissement,etc...), mais aussi du sport pratiqué (certains sports sont bien plus riches que d'autres en terme d'expérience, de compréhension du monde... comme l'alpinisme par exemple).

Un exemple sympa; je suis entraîneur en 2005 au club d'Auxerre de kayak et nous nous rendons aux championnats de France à Vichy. 2 de mes athlètes remportent le titre de champion de France au nez et à la barbe de certains concurrents qu'ils n'avaient jamais battu auparavant dans les diverses courses de préparation et de sélection. Et ceci grâce à leur intelligence. On avait pris l'habitude de choisir l'embarcation en fonction du niveau des pagayeurs et des conditions climatiques pour que tous les compétiteurs puissent s'exprimer pleinement sur les compétitions. Le bassin de Vichy est constamment agité dès le départ des premières courses (format aviron ou natation: 9 couloirs, le premier arrivé gagne et il y a tout un tas de séries, demi-finales en monoplace, biplace et quatre places, en canoë ou en kayak), on avait emmené 2 kayaks biplace pour eux; un récent fibre de carbon nouvelle génération à peine plus rapide et plus instable et un autre vieux de 20 ans en bois, mais bien plus stable. Ils ont choisis ce dernier après avoir concouru sur leur demi-finale. Résultat; ils ont gagné car ils ont pu exprimer tout leur potentiel sur l'intégralité de leur course (si les autres concurrents avaient réalisé la même réflexion, l'équipage auxerrois aurait pu tout juste atteindre la 3ème place au mieux). Ils ont donc appris à être objectifs dans le choix du matériel (entre autres choses). Ils avaient 15 ans et c'était le seul kayak en bois de la finale.

Bien évidemment, on ne peut passer sous silence toutes les dérives liées au sport (dopage, tricherie, souder les arbitres etc...) pour autant on ne peut résumer la compétition à ses seules dérives, cela dépend si l'on voit le verre à moitié vide ou à moitié plein. Et ces mêmes dérives existent dans le monde professionnel. Mais OUI, la pratique de la compétition peut être TRES intéressante et permettre à plein de personnes de trouver à s'épanouir, mais aussi à apprendre tout un tas de choses intéressantes et utiles dans la vie (hygiène de vie, capacité d'analyse en conditions dégradées de stress, etc...).

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2tccestdanslatet.canalblog.com
reflets de vert
Pilier du forum


Messages : 772
Âge : 34
Localisation : Strasbourg
VPH : Baron vert, Rainbow Longo jaune, courses Peugeot, Centurion Cross Line 700 trafiqué
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: Enseignement du sport, avis   Lun 20 Avr 2015, 09:54

Un pote s'amusait à me proposer le bras de fer.

Je savais que j'avais aucune chance (un gars qui arrive à grimper uniquement avec ses bras et qui fait une traction avec un bras c'était pas trop la peine pour moi… c'est comme courir contre Usain Bolt).
Je me suis marré et j'ai dit que c'était pas la peine.

Il a insisté quand même. Alors j'ai essayé. J'ai perdu, mais il m'a parlé de la stratégie, de la psychologie, et a insisté sur ma force qu'il a trouvé importante par rapport à d'autres gens.

Je sais pas ce que je mets derrière le mot "compétition", mais pour moi ce qu'il a fait c'est pas de la compétition, et je trouve que ça a été bien mieux pour moi que certaines réactions de compétiteurs.

Souvent quand je propose à des potes de rouler en vélo avec eux, ils me disent que c'est pas la peine… pensent que soit je vais m'ennuyer grave à les suivre, ou que je vais les semer.
Pourtant, je pense que c'est nécessaire que je roule avec eux et que je m'adapte, que je leur donne des conseils. Je l'ai déjà fait à de nombreuses reprises.

Pareil, j'ai déjà testé le tandem (Hase Pino), et j'ai observé que c'est très bien pour des gens qui n'ont pas confiance. Sur une première montée j'ai dû porter tout le poids, l'autre pédalait dans la choucroute, mais après on avait réussi à trouver un bon rythme, et du coup à une autre montée j'étais pas obligé de fournir 90% du pédalage, on avancait beaucoup mieux…

Je continue à penser que c'est pas vraiment adapté la compétition, au moins pour certaines personnes.
J'ai l'impression que ça marche pour une minorité de gens qui aiment bien ça, peut-être une sorte d'élite sportive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
1nvité
Accro du forum


Messages : 4002
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Enseignement du sport, avis   Lun 20 Avr 2015, 18:44

La compétition ça apprend le dépassement de soi dans le sport.
Après quand on y baigne depuis un certain temps, on est forcément confronté au gros bras et aux chevilles qui enflent!
Mais bon.. personne n'est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bergische Ziege
**
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: competition   Mar 21 Avr 2015, 10:58

pour les "finances" de toute asso sportive, les résultats en compétitions ouvrent la porte des subventions et du matériel...
Si on demande des crêneaux horaires dans les équipements sportifs, il est indispensable de présenter les palmarès de quelques adhérents. De même pour utiliser les moyens de transport, pour acheter et maintenir du matos...L'office municipal des sports trouve plus facilement des fonds, si on fait du résultat et du chiffre!!! Il oublie que tout club ne peut pas avoir "la Crack" dans ses rangs. Et que le chiffre, c'est aussi le nombre d'adhérents qui viennent assidus aux entraînements et qui ont besoin de beaucoup de confiance en soi avant de participer à des compétitions. L'émulation et la compétition, je trouve cela très bien...mettre partout la pression, non!!! on a besoin de continuité s, on a besoin de longues années pour acquérir de la technique avant d' avoir des "résultats" et les mairies sont pas très patientes ni prêtes à piger que si on va à l'extérieur en compete, on organise aussi des compétitions, il faut des équipements sportifs entretenus avec des vestiaires et des sanitaires propres et chauffés, même le week-end!! Et dans un club, pour 50 adhérents, il y en a 1 qui a envie de ramener des médailles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
reflets de vert
Pilier du forum


Messages : 772
Âge : 34
Localisation : Strasbourg
VPH : Baron vert, Rainbow Longo jaune, courses Peugeot, Centurion Cross Line 700 trafiqué
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: Enseignement du sport, avis   Sam 25 Avr 2015, 16:14

J'aime pas la compétition, mais en plus je pense que c'est un non-sens pédagogique dans beaucoup de cas.

Qui est concerné par la compétition en France, en pourcentage de la population? Pas grand monde… il s'agit bien pour moi d'une sorte d'élite.

Est-ce qu'il est mieux d'avoir 5% de la population entraînée jusqu'aux dents, quelques % en plus avec un niveau correct et le reste avec un niveau ras-de-bitume (et je suis gentil), ou alors beaucoup plus de monde avec un niveau correct, qui fait du sport pour le plaisir et sans se prendre la tête?

Il faut se demander si ce modèle peut être généralisé. Donc. Est-ce que tous les français peuvent faire de la compétition? Certainement pas, il y a la pression du travail, de la société, etc… ça demande trop de discipline et de régularité.

Par contre est-ce que tous les français pourraient faire du sport régulièrement et sans se prendre la tête… ? C'est ce que beaucoup essayent de faire, mais je me demande si la compétition n'engendre pas une conception "perfectionniste" du sport… alors que les efforts physiques on peut en faire à plein d'occasions: en aidant des amis à déménager en courant dans les escaliers, en ayant un moulin à farine à manivelle, en faisant des déplacements à vélo, etc, etc…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enseignement du sport, avis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enseignement du sport, avis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» votre ressenti, votre avis sur le chassis sport
» Photos VESPA 300 SUPER SPORT 2010
» [2L16V - Liaison au sol] Vos avis sur différentes marques d''amortisseurs ?
» [Hankook] Votre avis sur ces pneus ?
» Mégane 2 1.9 DCI 130 : Dunlop SP Sport Maxx ou Pirelli P Zero Rosso ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Ravito :: Le Bar-
Sauter vers: