Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Jeu 08 Mar 2012, 14:28

comme suggéré gentiment par Philippe2982 (je le dénonce pour la bonne cause!),je vais tenter de retracer les grandes lignes de mon épopée de l'époque.

Il est possible que je fasse quelques erreurs de toponymie ou dans le temps (année 1977:......déjà 35 ans!....).
Je jette ici des bribes de souvenirs,pas toujours fidèlement retranscrits,qu'on m'en excuse d'emblée.
En tout cas, c'est sans prétention aucune.

Préambule:
Dans ma famille,courraient déjà les épopées cyclistes de mes grands frères ,qui me faisaient rêver:
-l'un qui avait fait le voyage de retour des Pays bas (nous apprîmes plus tard que c'était pour économiser sur le prix du train).
-les 3 autres pour avoir passé 1 mois de cyclo-camping en autonomie en vacances (en partie passées au bord d'un lac).

En ces temps là je faisais assez facilement 2 x 30 km dans la journée,souvent en partie très vallonnée,en roulant assez vite,sans gourde (=sans aucune boisson),et sans ravitaillement.
Je guettais déjà ici ou là les possibilités de camper en sauvage.
Le gestion de l'effort et du rythme cardio-vasculaire n'étaient pas encore des notions que j' appréhendais (le cardio n'existait pas).
J'avais par contre un compteur:un modèle luxe ultra-light qui remplaçait mon ancien compteur à câble (qui allait jusqu'au guidon,comme un câble de frein).
C'était le modèle qui était accroché à l'axe de roue avant et il fallait se pencher pour en lire la vitesse (ça ne faisait que ça,en plus de totaliser les kilomètres)

Jusqu'à mes 15 ans,la colonie de vacances m'était littéralement imposée (limite "punition" ,sur les dernières années).
Etre autonome semblait assez "normal" à cette époque (mai 68 était passé par là)?!


Pour mon anniversaire,mon grand frère m'avait offert sur ma demande expresse une paire de sacoches de cyclo-campeurs de grande qualité: Karrimor*
(très coûteuses à l'époque,car il n'y avait pas vraiment de choix ; il s'y était engagé sans avoir vérifié le prix d'achat.....je ne lui en serais jamais assez reconnaissant pour cela...).
(*:le nom vient d'un jeu de mot anglais:which carry more=qui porte plus).

Curieusement,rétrospectivement,je n'ai pas eu à fournir de grands efforts pour que mon projet soit accepté par les parents,
sachant que les "chouchous" de la famille furent littéralement ravis de me voir m'exiler.

Je devais partir pour tout le mois de juillet,
mais le temps était au beau,et en faisant systématiquement du camping sauvage (un peu comme un Scout),il me restait juste assez d'argent pour pousser jusqu'au 15 aout!
(sans la rentrée scolaire,j'aurais bien poussé jusqu'à fin aout!...).
Il n'est pas impossible que mes parents pensaient me voir revenir,la tête basse,mon caquet rabroué, au bout de 15 jours,voire d'1 seule semaine???

Partir SEUL faire un TDF fut somme toute une petite délivrance qui apaisa les tourments de mon adolescence,
sans avoir par exemple à m'occuper de mon petit frère,véritable boulet à l'époque.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ma préparation fût spartiate,puisque j'avais par exemple oublié d'emporter ....un matelas gonflable,hi!hi!hi!
-je roulais en pantalon de velours côtelé,rembourré d'un empiècement cuir pour en augmenter sa durabilité (ça donnait un certain look),
-slip en coton....
-chemisette en coton,
-pas de lunettes de soleil,ni de casquette,ni de crème solaire,....
-mais déjà avec une petite radio de poche,avec haut parleur incorporé (les casques audio nomades stéréo n'existaient pas).
-des gourdes de camping en plastique "au bout goût de plastique",comme on faisait avant:avec un bouchon peu étanche:1 x1L et 1 x 0.5L.
-avec un bidon extensible de 10L théorique (à 5L le bouchon commençait à fuir):je le remplissais de 1 à 4L avec une moyenne 3L.
La solution n'était pas idéale, d'autant que je n'avais pas pensé qu'il ferait si chaud.
En effet ce bidon était placé sur ma tente (elle même sur le porte-bagage arrière),et se réchauffait vite sous les rayons du soleil.
J'ai souvent vidé son contenu,en cours de journée pour le remplacer par de l'eau plus fraiche.
Excellentissime,pour ne pas dire indispensable si on campe sauvage tous les jours (on a ainsi assez d'eau pour bien se réhydrater,sans soucis d'économiser l'eau,pour la toilette,pour le petit déjeuner le lendemain.

Je n'avais pas de véritable porte-bagage devant ,mais un support (déjà fait maison) à partir d'un porte-bagage arrière de vélo hollandais qui me supportait mon duvet et ma radio (que je pouvais régler au fur et à mesure des kilomètres ,pas de bande Fm comme maintenant à l' époque!,le MP3 n'existait pas)
J'avais un porte-carte astucieux bricolé à partir un fil de cintre métallique souple,dans lequel venait se loger mes cartes Michelin.
-pas d'appareil photo:la pellicule argentique était trop onéreuse.(je n'avais pas retrouvé l'appareil photo en plastique de "Pif Gadjet!)


Le vélo:
-un "course de l'époque,délicatement repeint en vert-sapin au pinceau écolier (long à sécher et à durcir!):
-probablement 12 kgs sans les porte-bagages???
-1 seul plateau de 48 (?) dents
-5 vitesses derrière (12 à 25?????):....grand luxe par rapport aux 3 pignons,plus classiques à l'époque sur les vélos moins sportifs.
-pneus "course" de l'époque en 650 x28???? ou 700 x 25???
-dérailleur (non indexé) Simplex,bien sûr NON INDEXE,très dur à manoeuvrer:à en avoir des ampoules au mains,
-freins avec patins pas encore de marque Shimano (durée de vie des caoutchoucs::1 seule descente de Galibier ou 2 Aspin:il fallait s'arrêter en cours de descente pour en vérifier la gomme),une pince et 1 tournevis pour changer les patins et les portes-patins étaient nécessaires (non compatibles d'une marque à l'autre).
-une grosse pompe en plastique qu'on accrochait sous la barre horizontale du cadre,
-une boite de rustines placée dans la petite sacoche en plastique dur qu'on plaçait derrière la selle (je ne savais pas bien rustiner!car le matériel à l'époque était cher,et ne m'avait pas permis d'en utiliser assez pour faire des essais en guise d'entrainement).
-SANS cale pied comme maintenant (les cales automatiques n'existaient pas encore):j'avais les cale-pieds métalliques SANS leur sangle pour pouvoir déchausser très vite sans tomber,voir déchausser que du pied droit pour me servir de ma semelle de tennis comme frein supplémentaire! (ce qui m'a sauvé plus d'1 fois!)
-une paire de tennis au pied + sa paire de chaussettes (bonjour les odeurs!)
-une selle en cuir,à ressorts,relativement confortable.
-la popotte = LE Camping Gaz (bleuet) ,décapé et repeint (pas encore le tout mini Globe Trotteur!),un ouvre-boite,un couteau ,une fourchette et une petite cuillère.

Je m'étais entrainé à monter ma tente,en toute circonstance,en la montant dans l'herbe de notre jardin,par exemple à la tombée de la nuit,jusqu'à obtenir un automatisme.
Mais sans y dormir! ce qui est une erreur:ce qui m'a fait oublié le matelas gonflable. (même si je n'avais pas assez de place pour l'embarquer ,de toute manière!...)

-pas de tapis de sol.

Le duvet était un joli duvet d'été,tout synthétique,rectangulaire,très fin,absolument inadapté pour un temps simplement frais:il me semblait très spacieux,vu ma sveltesse relative de l'époque,et très plaisant pour les pieds (si je le compare à mon duvet 2011 type sarcophage).

Pour mes sacoches,je les avais largement testées avec un remplissage maximal et une charge double de celle qui serait utilisée (en employant des livres).
Une fois que j'avais entassé sur le sol toutes mes affaires à emporter (en gros,celles nécessaires pour mes dernières colonies de vacances),je dû faire un choix au prorata de la place disponible dans mes 2 sacoches,en pensant aussi à avoir du rab pour les emplettes de la journée.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LE DEPART:
Pour changer d'air du tout au tout,je décidais de commencer mon périple par un peu de train (SNCF),afin de débuter le vélo depuis la gare d'Auxerre ,
et d'être presque de suite dans la campagne que je connaissais déjà,sans risquer d'avoir trop chaud en ce début de juillet (routes souvent ombragées).
Avec 1 seul mois à ma disposition,il était évident que je ne pouvais pas faire "tout" un Tour de France complet.

En ce temps là,on pouvait faire convoyer son vélo par la SNCF......à l'avance,et pour pas cher (carton de protection fourni!) ,pour en disposer aussitôt à son arrivée.
-3 jours en moyenne étaient nécessaire,5 étaient conseillés par les agents,donc j'envoyais mon vélo ....10 jours avant (et oui,c'est pas la Suisse).
Bien sûr...le vélo n'était pas là au petit matin (merci la SNCF!)
et je dû faire plus que rouspéter pour l'avoir enfin ...enfin......en fin d'après midi.
Les jambes coupées, je n'ai pu rouler ce jour là que 40 km:ça commençait mal bien....

Mais le temps était au beau,les bas côtés gorgés de fleurs à ravir l'âme,et la région regorgeait d'endroits cools pour camper en sauvage.
Le sens de rotation prévu était celui des aiguilles d'une montre.
Je ne connaissais que peu la France profonde,en tout cas pour ses parcours cyclistes (Internet n'existait pas évidemment!),mais ça ne me faisait absolument pas peur.
Ce n'était pas de l'inconscience,mais plutôt le sens de la découverte et de l'exporation qui me motivaient.
Mic gyver ne m'avait pas encore influencé,.....et de toute manière j'étais déjà un bricoleur dans l'âme (Méccano et ses pièces en métal pour ceux qui connaissent) ,ce qui aide probablement psychiquement pour ce genre de périple.

--------------------------------
Le 2è jour :
-fut déjà un pur délice,une vraie délectation:
-pas de famille sur le dos,
-et une gestion totale de ma journée,à mon gré.
Je zappais le Nord-Est de la France (pour son climat réputé .....) pour prendre à l'est,au nord des ALPES.
Mon seul plateau m'interdisais les routes pentues avec 3 chevrons Michelin,et même parfois avec 2:je pouvais être à la peine.
Avec 1 seul:aucun problème pour tenir ma moyenne de 20 km/h.

Une fois tout séché et replié (mini tente canadienne),je partais régulièrement vers 10H00 pour rouler 2H environ (le temps d'avoir un peu mal au fesses).
Moyenne kilométrique d'au moins 20 km/h.
Grosse pause de 2H à midi pour laver le linge (séchage rapide au soleil d'été),déjeuner et faire une sieste en écoutant les "histoires extraordinaires" de Pierre Belmarre.
14H00:encore 2 H de vélo ou plus selon l'humeur,la fatigue,les paysages,.....

Dès le 3èm jour,j'avais pris mes habitudes:
-pour mon petit déjeuner :
je gardais le 1/3 de mon pain que j'engloutissais avec un demi pot de confiture (en alternant :fraise et abricot,et...prunes ,les jours fastes),souvent avec du beurre.
avec un thé sans lait,mais avec du sucre en poudre (sachet d'1 kg:très bien pour attirer les fourmis!).

A midi:
sandwich,à base de poisson (thon au naturel en boite;thon Saupiquet à la catalane ou autre;hareng fumé,maquereau au vin blanc;+ concombre ou salade (comme les anglais) agrémenté de jus de citron en guise de condiments et parfois de cornichons....rarement du poulet rôti déjà cuit,ou du jambon.
Par temps froid (2 jours en tout?):raviolis réchauffés.
Le soir,
je reprenais un thé chaud,ou 2,je mangeais une autre portion (1/3) de mon pain,
très souvent de la purée en flocons (pas lourd,pas cher,glucides lents),parfois agrémentée:
-de Vache qui rit,d'oeuf,
-et avec une part de légumes comme des petits pois,ou petit piods-carottes,ou lentilles,etc,etc.!?
Les protéines du soir était souvent constituées par les oeufs (qui se conservent mieux les nuits plus fraiches):2 le soir même,souvent à la coque.
Au matin je faisais des oeufs durs,pour le matin et midi,faciles à transporter sans soucis une fois durs.


-mon savon ,dans sa jolie boite plastique,devint complètement liquide et essaya de s'échapper du gant qui l'entourait,ce qui fut la cause de sa perte.
-ma serviette sentais le chien mouillé:inutilisable!
-mon pantalon aussi sentais mauvais,il me sembla nécessaire de le laver,tout comme mon slip coton ,ce que je n'avais pensé et oublié avant de partir.
(une môman fait beaucoup de choses ingrates et "invisibles" quand on est ado).....
Sans autre slip de rechange,ni de maillot de bain,ce n'était pas commode de faire cela à poil quand on est ado (si on se fait surprendre?!).
C'est ainsi que je compris l'intérêt de prévoir le bivouac près d'une rivière,d'un ruisseau ou d'un lac.

Je changeais déjà les patins de frein,usés jusqu'à la moëlle.
Dès le 4è jour,je compris l'intérêt gustatif ,glucidique et pratique du lait condensé-sucré en tube dont j'abusais gloutonnement au fil des kilomètres parcourus.
Tartiné sur mon pain,ça remplaçait avantageusement le Nutella.


Dernière édition par el sombrero le Ven 23 Mar 2012, 15:45, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zythum
Accro du forum
avatar

Messages : 1398
Âge : 53
Localisation : Bordeaux
VPH : HPV Street Machine GTe
Date d'inscription : 28/08/2009

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Jeu 08 Mar 2012, 18:11

el sombrero a écrit:

en cours d'édition,merci d'y revenir pour la suite.
S'il te plait, n'édites pas c'est particulièrement chiant, il vaut mieux que tu postes un nouveau message dans le fil, ça a le gros avantage de le refaire monter dans les messages non lus (beaucoup attaquent le forum par la fonction "derniers messages")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Jeu 08 Mar 2012, 18:24

Avec le recul,il faut voir ce périple comme anecdotique (entre autre par le manque de préparation évident),c'est ainsi que je veux le décrire.
Même s'il m'a finalement donner le goût de poursuivre le cyclo-camping au fil des années, en guise de vacances.


Dernière édition par el sombrero le Ven 09 Mar 2012, 20:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zythum
Accro du forum
avatar

Messages : 1398
Âge : 53
Localisation : Bordeaux
VPH : HPV Street Machine GTe
Date d'inscription : 28/08/2009

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Jeu 08 Mar 2012, 18:41

Je pense que l'on s'est mal compris. Que tu édites un message pour corriger des fautes, une tournure de phrase ambigüe ou autre choses de ce genre, je n'y vois pas l'ombre d'un problème (surtout sur un long post) car ça ne change pas fondamentalement le contenu du message.

En revanche là où je trouve que c'est particulièrement pénible, c'est quand tu rajoutes 20 ou 30 lignes à un message existant (et tu l'as déjà fait par ailleurs), parce que là ça change la nature du message.

Pour ce type de modification, créer un nouveau message ne te coutes rien si ce n'est de cliquer sur "Répondre" au lieu de "Editer".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ralevy
Modo
avatar

Messages : 2582
Âge : 62
Localisation : Près de Valence d'Agen (Tarn & Garonne)
VPH : MetaPhysic + Gekko FX
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Jeu 08 Mar 2012, 19:22

Eh El grand Chapeau, pourquoi ne prépares-tu pas tes textes à l'avance dans un éditeur de texte ? Tu peux prendre largement ton temps pour le fignoler et quand c'est prêt, tu fais un copier-coller dans un post du forum. Comme ça, on a tout d'un seul coup.

En tout cas, chapeau (sombrero) pour tes textes palpitants.

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.as3r.fr/
philippe2982
***
avatar

Messages : 145
Âge : 64
Localisation : Montauban - Tarn et Garonne
VPH : Trike ICE Q
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Jeu 08 Mar 2012, 20:50

Tu nous a mis l'eau à la bouche .J'ai hâte de lire la 2ème semaine de ton TDF .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
herve
Accro du forum
avatar

Messages : 1763
Âge : 50
Localisation : Bouguenais (44)
VPH : scorpion, trets, cat expe
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 09 Mar 2012, 17:17

J'allais le dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snickers
Accro du forum
avatar

Messages : 1393
Âge : 45
Localisation : Allemagne (Hanovre)
VPH : HPV StreetMachine GT (AE) + un GTE sans AE
Date d'inscription : 01/08/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 09 Mar 2012, 17:35

Excellent...il n'y a pas la rubrique souvenir souvenir.
J'ai aussi réalisé des vacances en vélo avec un demi course 5 vitesses chargé comme une mule. Cela ravive des souvenir. On se rappel souvent ce que l'on maongeait parce que la bouffe prends une importance certaine lorsque l'on fait un effort physique sur la durée. Et c'est quand même un souci journalier de prévoir ce que l'on va manger et boire sans trop se charger.

on attends la suite avec impatience !



Dernière édition par Snickers le Ven 09 Mar 2012, 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
discoveur700
Admin
avatar

Messages : 6663
Âge : 39
Localisation : Bayeux
VPH : Baron clowné en avatar, méta700 lightisé, catrike expédition électrifié, catrike speed (Challenge mistral USS, Orca Optima, Agenda performer jadis...)
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 09 Mar 2012, 17:41

Je confirme qu'un nouvel épisode sera plus agréable pour les lecteurs que l'édition du premier message qui prendrait un volume hors norme, par ailleurs le recours à un logiciel de traitement de texte permet des sauvegardes régulières lorsque l'on rédige un grand récit... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/discoveur1000
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 09 Mar 2012, 17:45

2èm partie!

Je fais un premier constat alarmant au bout du 5è jour,j'ai les muscles intercostaux qui me font mal,je n'avais pas envisagé qu'il me faudrait ventiler autant:
j'espère que ça ne durera pas.
Heureusement,je n'en ai aucune gêne pour dormir.
Et je dors d'ailleurs facilement et profondément,d'autant que maintenant je suis habitué aux bruits nocturnes de la nature (hiboux,chouettes,...).
Le bon côté :c'est que ça me fait aussi du bien,ma capacité respiratoire est nettement supérieure que le jour du départ.

Les élastiques de mon slip me font assez mal (frottements)!
Le couture médiane de mon pantalon me cisaille un peu les fesses,heureusement que je ne roule qu'environ 4H/j en pour le moment.
(je ne savais pas qu'il existaient des cuissards cyclistes...)

A la fin de la 1ère semaine,mon record du matin fût de 90 km sur 2 heures,en terrain très vallonné
(il ne me restait que 20 cts en poche au matin et je n'avais pu acheter de quoi déjeuner).
C'était un samedi matin,et je devais changer 1 de mes Traveller-chèques,impérativement ce samedi matin,(avant le mardi matin suivant:réouverture du guichet).
Il m'avait fallut 45 mn pour que le coeur s'apaise et 1 h entière pour que j'arrête ma transpiration dégoulinante.

En ce temps là j'aurais bien fait la course avec Daweed...


J'arrive enfin à Nantua,où je suis très satisfait de pouvoir en faire le tour à vélo ,même avec mon barda.
je me rappelle d'une soirée interminable où nous avions fait le tour du lac à pied.
Le tour se fait sans problème et j'opte pour mon 1er vrai camping depuis mon départ:j'ai hâte de voir si il y a toujours :
-à l'accueil des sucres-d'orge ,
-et des poissons dans le ruisseau longeant le camping
Les poissons sont bien là,mais pas les sucres d'orge.
La douche chaude est un pur délice,que j'aprécie.
j'en prend une autre le matin,juste pour le plaisir.
Bizarre,mon duvet ne semble pas sentir au fil des jours,ni moi-même d'ailleurs,ou bien est-ce que je ne sens pas ma propre odeur?????

J'en ai assez que les voitures me doublent sans précaution en me frôlant,je sort les 2 mâts de ma tente de son sachet plastique et les pose de travers sur mon porte-bagage:ils rutilent sous le soleil:l'effet est instantané! ....on ne me rase plus!++++
Du coup,le lendemain,je les déporte un peu plus sur la gauche,c'est encore plus efficace,
je ronchonne en moi-même de ne pas y avoir pensé plus tôt.

Un petit détour par Genève pour manger " les têtes de neg.." de l'époque,effectivement toujours aussi bonnes,mais couteuses pour mon maigre budget,
je fais une croix sur le chocolat que je pensais acheter..
Je reviens en France par économie,longe le lac Léman jusqu' à la ville frontière de St Gingolf ,où je retrouve des lieux fraichement fréquentés,je grimpe la rampe qui arrive à la colo:atroce comme ça monte (2 chevrons)!!!!!
Les énormes mûres bien juteuses et particulièrement savoureuses ont déjà été cueillies,comme je le faisais en descendant au lac.
Il en reste bien quelques unes attenantes à une maison,mais je suis trop timide pour les ramasser,d'autant que je me fais déjà bien remarquer avec mon barda.
La colo est quasiment vide,je le savais car j'ai vu les enfants au centre de voile sur le lac, juste avant.
Je n'ose pas entrer,pourtant,je connais le prunier sur le côté...je suis trop timide.....c'est con!
Je me console sur la vue du lac,en particulier sur la rive en face,qui me semblait si lointaine auparavant:Vevey.....

La descente se fait en quelques secondes,enfin pas si vite,car mon vélo ne freine pas bien sur cette route mal gravillonnée:la poussière faiblement ocre qui s'envole avec le vent quand je freine m'évoque des souvenirs.
Encore un petit tour au lac,histoire de voir l'embarcadère des bateaux à aube.
Il n'y a plus se sangsues.

Ensuite cap au sud vers le lac d'Annecy:toujours autant de monde,d'autant que le ciel beau se maintient sans faiblir.

Je n'ose pas délaisser mon vélo pour piquer une tête,j'ai trop peur du vol!
Au fait:je n'y avais pas pensé plus tôt ,mais puisque j'étais garé côté Suisse (à St Gingolf) ,j'aurais pu faire trempette dans le lac:personne n'aurais touché à mes affaires.
Quel idiot!...il faut que je pense plus à profiter du moment présent.
Quel monde!mais quel monde!
Après ces premiers jours assez calmes,ça me fait trop.

j'en profite toutefois pour faire des courses.
Je retrouve avec plaisir l'entrée de la plage privée ,familière où nous passions bon nombre d'après-midi.

Je suis maintenant embêté:le lac D'Annecy était une destination en soi.
Dans quelle direction me diriger maintenant,hé!hé!?
Aller vers la haute montagne???? avec mon seul plateau?
Je n'en ai pas trop le temps si il m'arrive une tuile et d'avoir le temps de revenir à la maison.

Je prend le temps de casse-crouter en compulsant mes cartes.
Bôf,j'ai le temps,je vais donc au bout du lac,j'en profite pour flâner un peu autour du bout du lac ou je tente de retrouver "notre camping".
Les tarifs des campings sont très chers:oups!,et souvent complets d'ailleurs.
Je repère un petit chemin qui se poursuit en sentier.
Je m'installe,je dine et je finis pas campe à la nuit tombante au départ de ce bon sentier,sur les hauteurs du lac.
Mauvaise idée,je suis réveillé très tôt par de nombreux randonneurs qui fréquentent le sentiers et que je fais bien rigoler:j'en suis un peu courroucé car,à vrai dire,je ne sais pas pourquoi.

Allez zou! je repars :pour pouf,pouf,pouf,ça sera ... le lac du Bourget.
je ne l'ai jamais vu ,mais on m'en a assez parlé pour désirer le voir et il me semble plus propice dans mon imaginaire à la natation?!.
Je rapasse par Annecy,sans comprendre l'attrait de cette ville chez mon grand-frère:c'est nul.
Puis Rumilly pour filer sur Ruffieux:je me suis fais avoir encore:sacrée grimpette que je n'avais pas vu sur la carte!
mais je sens que j'ai gangé en puissance et surtout en endurance.

Le lac du Bourget:
beurk,l'eau est très vaseuse:grise,ça ne me donne pas envie de me baigner,mais alors là pas du tout!
D'autant que ce matin le vent ride fortement sa surface,et j'arrive par le nord,du côté envahi par les roseaux.
Le lac est tout de même sympa,allongé comme une saucisse.
je le longe par la grosse nationale:pas bonne idée,je file très vite,mais les voitures font pareil,je serre les fesses.
Aix les Bains:tient j'aurais pu venir de là ,aussi....quel nom sur ma carte?...Mont Revard,houla!,ça doit monter comme ce matin dans ce secteur?!
La haute montagne n'est pas pour moi avec mon seul grand plateau:je vais éviter d'aller vers l'est.

Je passe par Chambéry:épouvantable,et combien de camions????J'ai failli me faire écrabouillé 5 ou 6 fois minimum!
Je guette une départementale alternative,à cette grosse nationale:aaah! la Chartreuse:un nom d'appéritif,il me semble (?),ça semble sympa et la route semble étroite sur la carte:cool!.
la route me semble à priori toute plate sur la carte (erreur!).
St Pierre d'Entremont,et St Pierre de Chartreuse:rigolo:2 villes qui commencent pareil.

1 seul chevron sur la carte,tu parles! saloperie de col de Granier,ça mériterait facile 2 chevrons par endroits.
Le descente,ça file!déjà à St Pierre d'Entremont???...facile! je suis un champion tout compte fait.

Bon le col du Cucheron à gravir,certainement pas plus dur que le Granier,j'en suis sûr.
Là au moins il y a 2 chevrons sur la fin sur la carte ,je suis prévenu.
je suis obligé par moment de zig-zaguer sur la route pour franchir les plus grosses pentes:c'est dangereux!
Une montée me demande un temps fou,car je suis obligé de poser pied à terre tout les 100 m dès que je suis à bout de souffle,mais ça me muscle bien.
Je fais ma première confiture maison (framboises,),mon sucre en poudre est bien meilleur comme ça?!
Je passe le col,sans une certaine satisfaction.

Par contre,je me fais avoir dans la descente:je reconnais de suite le bruit de frottement des supports des patins de freins avant qui arrivent en bout de course:c'est métal sur métal,je suis à 30km/h en descente :le frein avant ne freine plus du tout,je serre plus fort le frein arrière,
mais zut ,lui aussi est bouffé jusqu'à la moëlle (c'est vrai,j'ai oublié aujourd'hui de les vérifier),je freine du talon de ma tennis droite (je sais faire! c'est ça l'entrainement),
mais la pente est plus raide et le bitume pas bon,je ne ralentis pas, et au loin....se profile un virage en épingle.
Je donne un coup de guidon pour pousser mon vélo contre les rembardes de sécurité à droite,c'était de justesse pour ma main droite!
La guidoline de mon guidon n'aime pas ça,et je préfère ne pas penser à mes sacoches derrière qui font le plus gros en me freinant.
20....10....5 km/h,je finis au talon en revenant sur le bitume:je suis sauvé,ouf!
Je reprends mon souffle,change mes 4 patins,et prévois d'en acheter une grosse provision pour les jours à venir.
Les jantes chromées n'ont pas trop souffert:on voit bien encore le dessin des croisillons censés améliorer le freinage).

mais,...mais...c'est quoi encore ce col de Porte:zut,je ne l'avais pas vu!
Je n'ai pas assez de provisions,ni de calories pour tenir le coup,j'en bave dur!
Je cale!
Je suis obligé de m'arrêter en pleine ascension,ça tombe bien je recapte des stations de radio maintenant.
je plante rapidement ma tente dans le petit bois sur la gauche,c'est assez plat.
J'aurais dû emporter une montre,je sais qu'il est tard.
Plus d'eau,quelques Vache qui rit de reste à manger.
Le parcours du jour a été sacrément beau! (évidemment saud Chambéry:plus jamais!),et je me couche.

Tout compte fait j'ai bien dormi.
Je ne sais pas si des voitures sont passées cette nuit:j'ai dormi comme une masse.
Sous les bois:pas besoin d'attendre le soleil:il ne viendra pas sècher ma tente.
Je n'ai rien pour déjeuner:autant partir tôt.

Rrrraaaah:que les jambes sont lourdes.
je n'ai pas fait 100m que je sens mes jambes hyper-lourdes et je suis à fond.
Je m'arrête plusieurs fois et repars.
Ca semble allez mieux.
Je finis par passer le col qui fût une vraie torture.

Je descend donc sur Grenoble:pas de campings?,pas grave.


j'ai enfin un bon paquet de km dans les jambes,perdu au moins 2 kg et je tourne bien les jambes,j'évite le centre de Grenoble (il n'y a pas encore de rocade) qui n'a pas de logo "bon camping" dans mon guide Michelin camping-caravaning,
j'en profite pour changer déjà mon pneu arrière et prendre une chambre à air de rab :c'est pas bon pour le porte-feuille.
Le pneu avant doit pouvoir me faire encore 500 ou 600 km????.
Je lèche Vizille pour aller à Laffrey en évitant la nationale (qui a 1 chevron) pour préférer la Corniche du Drac.
Ooooh que c'est beau.
Le paysage est de toute beauté,mais très exposée au soleil.
Je regrette de ne pas avoir d'appareil photo.
Mon eau dans le bidon extensible est quasiment bouillante:impossible à boire tel que.

Dommage que la rivière soit si inaccessible,trop en contre-bas .
C'est nettement moins plat que prévu! ....que de la montée,le nom "corniche" aurait dû me faire tiquer,
décidément,il faut que je sois plus vigilent sur la toponymie!!!+++.

Grand raidillon....La Mure,...ça avance encore bien!..mais je commence à fatiguer.
j'ai assez de nourriture pour le soir:les 4 yaourts que je viens d'acheter sont vraiment bien,car même sous la canicule,ils ne peuvent pas plus fermenter,ils restent consommables ,même tièdes ou,mieux: refroidis par la fraicheur de la nuit.
Mais de suite,bien frais et avec les quelques mûres ramassées sur la montée,ça glisse tout seul dans l'estomac.
Je me dirige sur Mens,en cherchant un bon bivouac sans trop tarder:cette fois-ci je fais gaffe de ne pas trop monter le début du col.
Je commence à me faire de l'absence d'oreiller,mais ma sacoche se salit au fil des kilomètres et c'est moins agréable de s'en servir en guise d'oreiller.
Ca aussi,j'aurais dû y penser si j'avais pu faire un week-end entier de test,EN DORMANT dans la tente!!!
Mon duvet est bien mouillé ce matin,bizarre,car j'ai bien monter ma tente,comme d'habitude?
Il a dû pleuvoir un peu et mes fesses ont appuyé sur le sol ,juste à cet endroit,et mon duvet a fait papier buvard.
je décèle une petite coupure dans le sol PVC très épais .
Allez hop! une grosse rustine noire,côté intérieur (pour la contrôler dans les jours à venir) et ça semble tenir,......on verra ce soir.

Le lendemain matin il fait déjà chaud,et je pense que je pourrais partir encore de bonne heure ce matin .
Je constate que de monter un col de bon matin n'est pas un problème si on a bien récupéré dans la nuit ...en dormant,oui,mais aussi ...en mangeant!!!!++++

Le col Accarias ne me semble qu'une bosselette!...une simple formalité:même pas besoin de zig-zaguer pour monter le col.
Bon ,c'est vrai,il semble que maintenant,il y a nettement moins de chevrons sur les routes des cartes routières.
Un fois au col,je consulte un peu mieux ma carte et constate qu'il y a d'autres cols sur ma route:je me demande si....en roulant moins vite en montée....ça ne sera pas plus facile?
A condition que personne me voit rouler doucement,je ne voudrais pas passé pour une femmelette?!

Ca roule assez bien sur cette belle route,peu de circulation,j'enroule bien,malgré l'absence de courroie aux cale-pieds.
Mes chaussettes ruisellent dans mes tennis.
Les 4 km de route nationale sont vite avalés jusqu'au col de la Croix haute :y'a pas à dire,mais je roule bien plus vite sur un beau goudron (et...quand y'a pas de chevron!).

Il me semble que je passe plus facilement les cols de jour en jour:cool?!!!

Le temps m'est compté,hélas!!!:il me faut faire des choix en consultant ma carte Michelin 1cm/10km
j'évite donc Sisteron dont le nom ne me dit rien pour obliquer vers Orange que je connais au moins de nom.
-------------------------------------------------------------------------------
je ne me rappelle plus où je suis passé (Mont Ventoux et Carpentras??? probablement)
------------------------------------------------------------------------------
Orange me déçoit nettement:il y fait trop chaud,c'est venteux,trop de voitures,je regrette déjà la montagne et ses jolies fleurs.
Il est moins facile de trouver un bon coin paisible pour camper,le sol est sec,que de la caillasse.
Nimes,Montpellier,les routes ne sont pas fantastiques,j'e nen garde pas de souvenirs,mais je suis content de voir enfin la mer:elle semble bien tranquille,il n'y a pas de vagues,mais plein de touristes!!!!..trop!
Les campings sont hors de prix,la plupart affichent complets.
Le ravitaillement d'eau est maintenant problématique,mais je suis de plus en plus affûté pour dénicher les robinets.
Je remplis mon bidon extensible au maximum:5L dans la journée pour ne pas perdre son précieux bouchon-robinet.
C'est un peu plus lourd,mais comme j'ai perdu du poids....ça compense.
Je ne sais plus si il avait déjà des douches en bord de mer pour se rincer,si oui,j'ai dû y faire le plein d'eau?!

Sete:la ville de Geoges Brassens que je connais de nom:ma mère l'adorais.
Mais bôf,peut être à faire en juin ou en septembre?
Je n'ai qu'une envie:rouler plus au calme.
Le pont hydraulique sur la rivière est rigolo mais un peu longuet,je suis debout avec mon vélo coincé entre les jambes,je me languis.
Entre Sète et Agde,je profite du paysage:il y a la mer des 2 côtés,je suis souvent debout sur mes pédales pour en profiter,et je prend mon temps,je roule pépère.
Pas un brin d'ombre,pas de casquette,je plisse les yeux comme jamais,pour ne pas être aveuglé par ce damné soleil.
Les dunes ne me semblent pas un bon coin pour camper:elles servent de "caca-drome" pour les touristes.
Je fais 2 fois le tour d'Agde pour trouver "la sortie":impossible de suivre le littoral,ça ferait bien trop de détours à vélo.
Je traverse Béziers:mauvaise idée:trop de circulation estivale ,j'y perd un temps fou,mais
j'en profite pour acheter un autre pneu neuf que je place à l'arrière (celui de derrière pas encore à mi-usure,je le place devant).

Pas la peine de pousser jusqu'à Perpignan qui rime avec d'Artagnan,ça sonne bien,mais je suis mineur,et les espagnols m'interdiront le passage à la frontière.
Pas la peine de faire l'angle avec Narbonne,que je ne connais pas.


Dernière édition par el sombrero le Mar 13 Mar 2012, 19:49, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 09 Mar 2012, 19:03

3è partie

Et je ne me cache plus,je demande aux responsables des camping si je peux "prendre 1L d'eau":le fait de demander semble les surprendre et ils disent toujours oui:c'est le plan le plus simple que je découvre pour faire de l'eau.
Quand je ne suis pas surveillé,je remplis mon bidon extensible,au pire je le cache sous ma chemisette,en ne montrant qu'une de mes gourdes.
(il n'existait pas des bouteilles d'eau en plastique d'1.5L comme maintenant,et les soda et jus de fruits étaient vendus en bouteille de verre consigné...).

Je contourne Narbonne,pour passer par Olonzac puis Carcassonne:je mange des fruits bizarres,une grosse peau verdâtre dehors et des grains dedans ,les mêmes grains que dans une figue,on dirait bien?
Mais celles-ci ne sont pas tassées et toutes sèches dans une barquette?!.
En tout cas ces fruits sont savoureux,gratuits et rassasiants! .......(c'étaient des figues fraiches!)

La Cité de Carcassonne est très excentrée à gauche/Carcassonne (ville) et à cette époque,elle était délaissée et peu visitée,peu balisée,mais elle semble immense vue la distance à parcourir pour l'atteindre (je ne me rappelle plus si j'y suis arrivé).

Je ne savais pas encore que je ferais 6 semaines de vélo,au lieu de 4 initialement prévues,
et le temps encore disponible m'est limité.
Il me faut déjà penser au retour,snif!snif!

je pensais passer par Castelnaudary,dont le nom m'est sympathique et gastronomique (pour le cassoulet:miam!miam!).
Puis Cintegabelle (un nom pareil mérite le détour)....Auterive ,......Carbonne
Mais mon timing me fait obligatoirement remonter plus haut au nord: je passe par la montagne noire qui est merveilleuse,les côtes sont franchies avec facilité,mon kilométrage journalier augmente doucement mais sûrement car je roule un peu plus vite et plus longuement sans me fatiguer plus.
Au bivouac,je m'y fais des confitures de mûres délicieusement parfumées.
Mais c'est trop tôt pour les châtaignes.....

Montauban,...les pêchers me font de l'oeil et je fais des invasions dans les plantations pour en "récolter" deci delà:je découvre des pêches juteuses et mures à souhait.
je fais des étapes extraordinaires en terme de kilométrage!
Les jours raccourcissent nettement,le soleil se lève aussi plus tard au fur et à mesure que je roule vers l'ouest.
Mais grace au temps extrêmement sec,ma tente est plus sèche au matin,je lève le camp plus tôt:je peut donc rouler 6H/jour environ et quelquefois jusqu' 8H,soit 120 à 140 km/j.
Mais cela m'oblige à faire des arrêts pour soulager mes fesses:5mn/H le matin et 10mn/H l'après-midi.
J'en profite aussi pour rester à l'ombre plus longuement à midi.
Je compte maintenant en nombre de plis de ma carte régionale 1cm/2Km que je parcours par jour,ou en nombre de département que je traverse:c'est stimulant quand j'en dépasse 4.
Mon porte-carte fonctionne toujours aussi bien et est vraiment pratique,même si je dois replacer minutieusement ma carte à chaque changement de pli.
C'était plus simple quand je roulais du nord au sud (les plis sont rectangulaires:plus hauts que larges)

Sud Radio commence à me devenir insupportable tant il y a de publicité.
Autant entendre les cigales.
Les histoires extraordinaires me manquent un peu,au moment de la sieste.

Agen:pas de pruneaux en vue dans les arbres:ce n'est sans doute pas la saison?!
Après renseignements,on m'apprend qu'on fait les pruneaux avec.... des prunes ....et....qu'on sèche?:tiens donc?!

Je calcule combien il me reste en Traveller chèque.
Avec une règle de 3,je calcule combien j'ai déjà dépensé par jour,en tenant compte d'un autre jeu de pneus à acheter:...hé!hé!....je pourrais bien faire 2 semaines de plus!
et..... pourquoi pas!
On ne m'attend pas plus que ça chez moi....
Aussi je décide de redescendre au sud pour me faire un bon bout des Landes du Sud au Nord ,que je connais de réputation:c'est tout plat.
Je le sais car je me suis aperçu tout récemment qu'il y a des altitudes mentionnées ici et là;,comme par exemple quand on passe un pont sur une rivière qui toujours forcément en contre-bas.
Je sens que je vais y rouler comme une fusée.

Condom,...Eauze,...
....Mont de Marsan :la végétation change du tout au tout,le sable est là:pas bon pour la graisse de ma chaine,mais les pins:oooh que que ça sent bon!
Tiens! des pots en terre oubliés au pieds des arbres,tout sales ,remplis d'un truc tout collant:beurk,mais ça sent fort la résine.
Pendant un petit pissou,je remarque une pomme de pin très grosse qui tombe pas très loin de moi:j'aurais pu me la prendre sur la tête.
Le temps de me rendre compte qu'il y a des traces de dents,et voila une autre pomme qui me tombe presque dessus,elle aussi à moitié grignotée.
Je lève la tête,mais ne vois rien:il y a de l'écureuil là dessous,j'en suis sûr!.
Avec le pied j'écrase le reste de la pomme de pin et des graines en sortent,toutes marrons,comme des gros pépins,ça colle un peu au doigt et ça sent bon le résineux.
J'attrape une pierre par curiosité pour voir l'intérieur de ce "pépin",qui ne se laisse pas faire:3,4 coups vigoureux sont nécessaires pour l'écrabouiller:et j'en vois sortir .....un pignon de pin! tiens...le même principe qu'une amande!

Tartas,....Dax!
Aaaah,ça sent toujours bon le pin;plein de mûres sur les bas côtés,pas trop juteuses peut-être,mais très parfumées:la confiture n'en est que meilleure et plus épaisse.
sans doute meilleure à mon palais que la myrtille (très salissante!) et la framboise.
Je déniche quelques pistes cyclables ici ou là,je ne me fais pas prié,même si le balisage est incertain.

Soustons:j'entre-aperçois un tout petit bout du lac...c'est pas ici que je vais me baigner,je suis bien déçu d'avoir fais le détour.
Tout est cher,pas besoin de se ruiner en campings.
Et c'est quoi cette route:on ne voit jamais la mer!


Dernière édition par el sombrero le Mar 13 Mar 2012, 20:15, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 09 Mar 2012, 20:54

Je remonte sur Léon,en passant par Messanges;il y a maintenant pleins d'autres cyclo-campeurs sur les routes,j'en profite pour faire la course,plus que pour admirer le paysage.
...bizarre ...la route ne longe pas la côte,je ne vois pas la mer,c'est dommage,même si la route est belle.
Mes patins de freins me font plus de durée que lors de la descente des cols:ils durent au moins une semaine!...je fais des économies.

Je tente un peu de pistes cyclables très proche du littoral,grace à un panneau indicateur.
Pourquoi ai-je oublié de prendre du papier et un stylo pour noter tout ça et me faire une feuille de route,pour ne pas m'égarer???
Aaaah,ces touristes à rouler trop lentement,je reviens sur la départementale pour rouler plus vite.
Pas besoin de regarder mon compteur de roue pour savoir que je fonce.

Il y a peu de monde d'ailleurs sur ces routes ,dès que les vacanciers sont à la plage.
Je remonte jusqu'à Mimizan et tourne à gauche vers la plage de Mimizan-Plage:plus que 6 km.
Mais quel vent!je fais du sur-place soit je suis fatigué,soit c'est le vent.

Je m'offre un camping:.....gloups pour le prix!..je vais économiser sur les repas pendant 2 jours!
Je fais ultra-vite pour planter ma tente:je vais vite faire trempette dans la mer!Youpi!
Je sors du camping côté plage et j'arrive sur la dune,un petit coup d'oeil pour voir la plage et !!!!!...il y a urgence évidente pour me mettre à l'eau :c'est une plage naturiste...j'ai 16 ans....c'est réflexe.
Je descends en courant la dune ,muni de mon maillot de bain que j'étrenne,sous la nette désapprobation des nudistes,et je plonge de suite dans l'eau:ouf,ça fait du bien.
Je traine un peu dans l'eau,les vagues sont assez grosses et m'empêchent de faire la planche.
Je tourne la tête de temps en temps vers la plage,discrètement,il y a des jolies femmes!....le spectacle n'est pas désagréable (pour parler pudiquement).
La fatigue aidant,et....bien refroidi!,je décide enfin de regagner la plage.
Mais je suis surpris par une grosse vague qui m'aplatit sur le fond sableux.
Le temps d'essayer de m'en décoller,et une autre vague m'aplatit un peu plus,une 3è,4è ,5è...j'en suis déjà à plusieurs tasses.
Je tente de ramper sur le sable sous les vagues:c'est la bonne méthode,d'autant que personne vient à mon secours.
Je suis enfin sur la plage,j'ai failli me noyer.
Je remarque ,mais hélas trop tard,que la marrée baisse et que personne à part moi se baigne!....
Effectivement,les vagues sont grosses,il est évident que les seins avaient attiré mon attention plus que les vagues..
Je ne connaissais pas encore les baïnes et leur effets meurtriers.

Le lendemain,je remonte au nord,pas de pont disponible entre Arcachon et la pointe du Cap Ferret,bon,
je fais donc tout le tour par le ...bassin d'Arcachon....pour contourner l'obstacle.
C'est plus pareil,c'est moins sauvage:....plus de monde:je roule à fond,je double la plupart des autres cyclistes,la tête baissée comme un cycliste:sur le plat le barda n'est pas un problème, une fois lancé
Jusqu'à Lège cap Ferret,la route est trop urbanisée:aucun plaisir,ça me klaxonne souvent .

-Lacanau:où est donc le lac???? (bivouac?)

-Le lac d'Hourtin est aussi invisible depuis la route!...pays de sauvages?!
Mes pneus ne semblent pas trop s'user sur ces routes bien plates:tant mieux!


La ...pointe de Grave .
Je suis obligé de prendre le bateau,ça me retarde d'1/2 jour,j'arrive 10mn trop tard;le bateau n'acostait pas,il partait.
La traversée se fait rapidement.je reste en bas,pour surveiller mon vélo coincé entre les voitures.
ON m'empêche de descendre pour ne pas gêner les voitures,je dois attendre la sortie de toutes les voitures,grrrr.
Je débarque donc et traverse Royan de suite.
je file sur Rochefort,j'y fais mes courses et campe dans les environs:le bateau m'a coupé les jambes.
---------------------------------------------------------------------------------------------------
je ne rappelle plus le tracé précis,car j'y ai pas mal roulé depuis.
--------------------------------------------------------------------------------------------------
je suis obligé de délaisser les iles,faute de temps,snif!snif aux doux noms de .....Oléron,Ré,Noirmoutier.

Je passe au plus court par:Surgères?,...La Roche Sur Yons,....?Nantes?
j'avale les kilomètres.
Je dois changer un autre pneu arrière ,le vélociste est très aimable et me propose de monter mes 2 pneus GRATUITEMENT si j'en achète 2.
Une offre pareille,je saute dessus,allez zou,c'est parti pour les 2 (avec le porte bagage arrière et l'axe de roue arrière boulonnée:c'est pas facile).
Je suis content,le tout en 5mn:chapeau.
Puis Redon,...
Bizarre,mon pneu de devant change de....couleur,au bout de 50km????
je finis par m'arrêter:les pneus sont en plastique:du vrai plastique.
La bande de roulement est peinte en noire:du plastique noir.
Le pneu arrière est dans un sale état,il va éclater sous peu:je me suis fait en..lé.
Je suis hélas trop loin pour retourner chez le marchand pour lui taper dessus:les pneus ne feront pas 50 km dans l'autre sens:20 à tout casser pour l'arrière.
Je comprend mieux son empressement pour me les monter et vite remonter mes sacoches sur le vélo pour les cacher au regard.

je suis de mauvaise humeur,je n'ai plus beaucoup d'argent et de devoir acheter 2 autres pneus neufs...gloups.
je me défoule en roulant comme un fou.
Je rouspète plus contre moi-même que contre le vent pourtant bien présent.
A tout prendre,c'est sûr que je préfère plus luter contre un col ,qu' "inutilement" contre le vent!
Plus aucune fontaine à l'horizon!
j'ai fait quelques tentatives dans des fermes:soit ils sont au champ,soit ce sont des sauvages.

Je calcule au plus juste mes derniers jours de vélo,en tenant compte de mes tous derniers francs.
je suis obligé de couper la Bretagne pour pouvoir passer au moins par le Mont St Michel.
Je délaisse avec un chouilla de regret les rochers sculptés de Rotheneuf,que ma mère m'avait su faire apprécier,dont les sculptures étaient encore bien nettes (à l'époque),
mais bon,à 16 ans,c'est pas l'extase non plus,pour y rester des heures.

Je vois le Mont St Michel de loin (c'est un peu comme le Ventoux,qu'on voit de loin),mais il me semble que je ne m'en rapproche guère au fil des kilomètres,
je lutte contre le vent qui souffle terriblement fort sur ce paysage plat comme de la galette.

Il a plu dans la nuit,mais en ce moment j'ai le gosier en feu depuis ce matin sous ce soleil accablant:plus d'eau.
je vois une grosse flaque d'eau sur le côté de la route,pas de traces de bouses de vache pour la souiller,et personne pour me voir:je remplis ma gourde.
Enfin j'essaye car la flaque n'est pas assez profonde pour la remplir.
Je regarde encore à droite et à gauche pour pas me faire chopper et je suis à 4 pattes en train d'aspirer goulûment:que ça fait du bien:j'en bois un 1/2 L,et puis zou,encore un autre 1/2 L.

Par 2 fois,je pense rebrousser chemin,tant le vent souffle.

C'est toujours du plat,ça roule à fond,je passe... Avranches, c'est la grande forme.
Je me pèse dans une pharmacie:5 kg de perdu depuis mon départ!
j'en profite pour gouter des galettes au soir,ma tente déjà plantée au bivouac:la galette finale au Nutella était de trop,à la place j'aurais dû en prendre une autre au jambon/oeuf,mais.... je suis gourmand.

Granville:j'ai mal calculé,je pensais que c'était pas ici que......

Puis Coutances,Lessay,et Aaaaaah...La Hayes du Puit.
C'est nettement moins plat:je file sur un autre lieu de vacances:St Rémy des Landes.
Je pousse jusqu'à la plage et je retrouve les vieux coffres jaunes,à jouets de la colo:petit pincement nostalgique! (7 ans déjà!)

J'en profite pour passer devant la colo:les 2 lions qui trônent de par et d'autre de l'entrée sont défraichis,certes,mais ils sont toujours là.
Je suis hélas trop timide pour tenter d'entrer dans le château,et de visiter les lieux:trop bête!
---------------------------------------------------------------------------------------------

Il ne me reste que quelques jours pour terminer mon périple,et mes finances sont au plus bas!.
Je roule à 100 à l'heure,mais aussi avec facilité,et je rigole en pensant à mes 40 km de mon 1er jour et des jours où je n'avais pu rouler que 60 km!.
Le choix de l'emplacement du bivouac du soir n'est désormais plus qu'une formalité:les forêts ne manquent pas et j'ai assimilé une certaine routine.
Y'a pas à dire ,mais les forêts communales et mieux:les forêts domaniales sont le meilleur plan.


Plus de possibilités de jouer avec la carte routière et de tergiverser,je dois prendre au plus court! pour rentrer chez moi:.
Vais-je me faire gronder d'avoir fait 2 semaines de plus*????
En quelques jours je parcours les villes de :
St Lô,Falaise,Vimoutiers,Verneuil,Maintenon,Rambouillet(très belle forêt)...Fontainebleau (idem),les routes me sont à nouveau familières...
......et demain à la maison.

*:pour le timing,non;pour les finances:oui!

---------------------------------------------------


Dernière édition par el sombrero le Mar 13 Mar 2012, 21:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme d'Happy
Accro du forum


Messages : 1045
Âge : 45
Localisation : 38500
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Lun 12 Mar 2012, 19:51

Hé ! Ho !!! on veut la suite nous, avec + de détails Very Happy Very Happy Very Happy

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Lun 12 Mar 2012, 20:50

ça rouspète quand je ré-édite.......,j'ai donc ......abrégé......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
biroulet
Posteur de bronze


Messages : 308
Localisation : bordeaux
VPH : pino hase steel électrifié - cruzbike quest 451 - hollandais amsterdamer - pliant beixo - motoconfort 1960 - Cazenave homme luxe années 50 - bakfiets long - Routier artisanal 70'
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Lun 12 Mar 2012, 21:12

senor sombrero,

c'est pas juste, je le dis haut et fort
en effet je suis frustré de la déliquescence des ces dernières aventures

mais il y a plus grave :

je lis à voix haute à mon épouse certain passages anecdotiques qui la font sourire
ne nous prive pas de ce plaisir

en plus :

parfois un de mes enfants entends
et ils apprécient les bougres !

alors, non, définitivement non, n'écoute plus les commentaires
1°) tu dois reprendre la plume pour tes admirateurs et seulement pour eux,
2°) il y a matière à ouvrage de lecture,
3°) l'aventure est juste sur le pas de sa porte,

allez raconte, nous te lirons et nous sourirons

un peu de douceur dans ce monde de brutes

merci senor sombrero

biroulet

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philippe2982
***
avatar

Messages : 145
Âge : 64
Localisation : Montauban - Tarn et Garonne
VPH : Trike ICE Q
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: TDF   Lun 12 Mar 2012, 21:23

Tu as bien fait de nous parler de ton TDF .Du coup , tu as des admirateurs .Fait attention , on commence par écrire quelques lignes sur un forum de fanatiques de vélo couché et on termine avec le Goncourt .Amusant ......non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme d'Happy
Accro du forum


Messages : 1045
Âge : 45
Localisation : 38500
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Lun 12 Mar 2012, 21:26

Ha mais je confirme que j'etais bien content de te lire tous les soirs! j'ai pris de mauvaises habitudes. Certains regardent le 20H00, moi je lisais mon "El Sombrero" quotidien... Allez, continue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Mar 13 Mar 2012, 09:18

j'ai détaillé la fin de la: 2è partie et la suite,pour ceux qui apprécient ma prose.

Curieux comme les souvenirs s'associent et reviennent parfois l'un après l'autre,l'un appelant l'autre!...
Le plus dur étant d'essayer de me remettre dans la peau et l'état d'esprit du moment,ce qui permet de remettre en perspective les anecdotes.
A l'époque,par exemple,à cause de ma timidité,je me serais interdit de rouler en VD,encore plus en trike,pour ne pas affronter le regard des autres.

A mon âge,maintenant,il en est tout autrement,bien sûr.

-------------------------------------------------------------------------------------
Quelques anecdotes sont encore dans ma besace que je détaillerais au gré de ma santé.


Dernière édition par el sombrero le Mar 13 Mar 2012, 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Mar 13 Mar 2012, 21:25

Conclusions:

mon budget:
-600 francs de l'époque (91€) pour le mois,900 francs pour les 6 semaines (137€),.....TOUT compris (pneus,quelques trop rares campings (2?) ).

mon poids
-5 kg de perdu:un peu maigre à la fin (de 65 à 58kg,mais en reprenant de suite 2 kg dans la semaine de mon arrivée (changement de régime alimentaire)).

le poids de mon barda?
-probablement 15 kg ,sans le poids des sacoches (assez légères),avec ma tente canadienne de 3.5kg,mais sans matelas..

moyenne kilométrique générale:
-80 km/j*,(en tenant compte des jours de repos) soit environ 3360km minimum,mais sans tenir compte de la recherche du bivouac le soir (sans doute plus de 3500km?!).
(*:assez décevante à l'époque selon moi,en tenant compte des dernières semaines)
*:sachant que mes grandes sorties faisaient avant mon périple :60 km au maximum et....sans barda!

Sans doute parmi les meilleures vacances de ma vie.


point final.


Dernière édition par el sombrero le Mar 13 Mar 2012, 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme d'Happy
Accro du forum


Messages : 1045
Âge : 45
Localisation : 38500
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Mar 13 Mar 2012, 21:36

Point final ? non mais heu !!! T'as bien d'autres histoires à nous raconter....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Mar 13 Mar 2012, 21:42

tout n'est pas racontable sur un forum ouvert à tous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jagut
Modo sortant
avatar

Messages : 1724
Âge : 60
Localisation : nord Corrèze
VPH : trike à venir
Date d'inscription : 28/08/2010

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Mar 13 Mar 2012, 22:05

Eh ben çà y est, le forum a sa Madeleine (de Proust bien sûr, pas celle qui pleure).

Merci Oh Grand Chapeau. Tu ravives quelques bon souvenirs. Ma première grande escapade était en mobylette, moins sportif, quoique quand elle était en panne....

Continue à nous raconter tes pérégrinations.

__________________________________
Pour de belles balades à pied ou à VTT :
http://ladordognedevillagesenbarrages.e-monsite.com/
https://www.facebook.com/LaDordogneDeVillagesEnBarrages

Ouvrier, il te faut baisser la tête pour manger la soupe, certes, mais pas plus bas que la table.
En retraite on travaille 24h/24.....Bon, euh, souvent on passe 22 h à réfléchir!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gryphon
Posteur d'argent
avatar

Messages : 509
Âge : 49
Localisation : mayenne
VPH : trike Challenge + Crystallyte 400W
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Mar 13 Mar 2012, 22:36

vraiment un périple extraordinaire pour cet age!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 16 Mar 2012, 10:25

bon,que dire de ce périple:....il m'a permit :

-de me sentir libre (énormément),
-de partir à l'aventure,et à 16 ans,c'est plus que cool!
-de découvrir vraiment la France (hormis les cols de haute altitude)
-d'être parfaitement autonome (hormis l'aspect financier,car ça coute un minimum d'argent),
-d'être économe (toujours utile, quand la situation l'exige),
-de me muscler (appréciablement),
-de perdre un peu de ma timidité (c'est toujours bien),
-d'être débrouillard et bricoleur (je l'étais déjà),
-d'apprendre à lire parfaitement une carte (au fil des détours inutiles...),
-avoir du temps pour la réflexion,en partie pour améliorer mon matos et mon barda
(c'est encore vrai à chaque périple,bien que maintenant,je suis plus dans la routine:en effet partir pour un mois ne m'est pas beaucoup plus difficile que de partir en balade en montagne pour la journée),
-
-....

Une chose qui m'a sans doute facilité la chose,paradoxalement,fût le seul plateau qui me fit fuir la très haute montagne.
Sinon,j'aurais pu être dégoûté en calant dans les côtes,ou pour le moins être exténué.

Le Gérican extensible de 10L (5L exploitable en roulant;les 10L pour le bivouac,en portant le Gérican à la main) m'a permit de me sortir de bien des embûches pour trouver de l'eau.
(il n'y avait des bouteilles en plastique comme maintenant).

Mon record minimal de kilomètres journaliers fût de 20 km,après avoir la veille,idiotement roulé les 20 km .....de trop!

------------------------
Somme toute,
très peu de préparation et un barda pensé au minimum permirent toutefois de m'en sortir.

La conclusion de tout cela:le cyclo-camping ,c'est FACILE!
------------------------

Il est vrai aussi qu'un vélo bien préparé* et un barda optimisé dans son poids et son volume rendent le cyclo-camping nettement plus plaisant.

*:Je me rappelle ainsi de ce couple de cyclo-campeurs retraités,près du Ventoux,qui m'avouaient avec grande déception:de ne pouvoir parcourir qu'au maximum 50km/j.
Ils s'étaient pourtant offert de très beaux vélos,estampillés cylo-tourisme,mais qui en fait avaient une géométrie de vélo de course.


--------------------------
Pour le cyclo-camping à VC:
-si on est jeune et puissant,on se fera sans doute plus plaisir avec un 2 roues,nettement plus véloce.
-si on est moins jeune,moins puissant,moins stable, ou tout simplement obèse comme moi,on roulera bien moins vite,le confort primera sur la vélocité et le trike (3 roues) est probablement le vélo idéal (malgré son net sur-poids),pour sa stabilité et la possibilité de rouler à très faible allure,sans risquer la chute ou de s'exploser une artère (sous réserve d'avoir les braquets adaptés).
A noter que les trikes disposent souvent d'un siège plus large,nettement apprécié par les gros popotins!....

------------------------
Avec mon trike,je constate tous les jours que ma vitesse instantanée est faible (parfois très faible!:.........5km/h en montée de col),
mais que paradoxalement ma moyenne kilométrique à la journée (incluant les arrêts) est plus élevée que prévue,
tout simplement par ce qu'en roulant paisiblement on se fatigue moins et qu'on peut rouler plus longtemps,en particulier sans avoir à s'arrêter régulièrement pour se masser les fesses,comme à VD.
Ainsi,sans mon trike (= avec un VD),il me serait totalement impossible ,voire inconcevable de pouvoir gravir un col comme l'Iseran avec tout mon barda à transporter.
Avec un 2 roues (même un VC),il en serait de même,étant évident qu'il me faudrait alors rouler plus vite pour ne pas tomber,ce qui me ferait rentrer "dans le rouge" de suite?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el sombrero
Accro du forum
avatar

Messages : 5036
Âge : 56
Localisation : Hautes Pyrénées (65)
VPH : Trike Gforce xts suspendu 26"-20"
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   Ven 23 Mar 2012, 15:36

je me suis permis de ré-éditer le titre du fil:

-1er,car il y en a eu d'autres,très nombreux,
-de France pour ne pas confondre avec les autres pays ou l'Europe....,
-en autonomie,car j'étais seul,donc sans la famille (heureusement!....)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
1977:mon 1er "tour de France" à 16 ans ,en autonomie (et à VD)!.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tour du monde de Marion et Auriel en KTM 990
» Tour des fandres, commentaires, parcours, live...
» compte-tour z1000
» depuis hier tour de corse historisque
» Restauration DT 125 MX de juin 1977

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Les Activités du Vélorizontal :: Forum du Voyage-
Sauter vers: