Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine

Le forum francophone de tous les amateurs de cette pratique cycliste
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rouedevelo
Accro du forum
avatar

Messages : 2823
Localisation : CAEN FRANCE
VPH : lr performer tid, trike ice qnt et tw-bent
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mar 14 Sep 2010, 21:50

Début juin : suite à mon abandon au 1000 de Raches, je pense ne plus pouvoir réaliser le rêve de participer au PBP 2011. Gêne au genou gauche depuis le 400 de Laval ….
Début juillet je fais une sortie de 140kms avec le Baron … mauvaises sensations
J’enchaîne la même sortie avec le tricycle …du tout bon aucune douleur !
Puis je refais de nouveau la même sortie avec le petit low racer 20/20 … du tout bon aussi !
Je constate que les qualités de roulage ne sont pas celles du Baron mais qu’il roule un brin plus vite que le tricycle … et me voilà revigoré car il doit pouvoir assurer une moyenne de 18km/h … suffisant pour un 1000

Vendredi 20/08 18h00 … je dois décider de mon activité durant mes congés …. Bricoler ou participer au 1000 d’Auffay puis bricoler … là est la question.
Coup d’œil à la météo et quoi ????
Des conditions très proches du PBP 2007 avec tempête de vent et passage d’un front pluvieux sont annoncées pour le centre France …. Avec chute des températures en début de semaine.
Du tout bon pour une simulation (partielle), en un éclair ma décision est prise ... pas mieux que du concret pour savoir si le rêve est accessible.
Bon la feuille de route concoctée pour du 18km/h avec 5’ de pause tous les 20kms, 10’ tous les 60, 30’ tous les 120 et 30’ à chaque contrôle m’indique une arrivée à 12h13 le jeudi … La gestion du sommeil sera celle de Jean Philippe Letourneur… rencontré à l’arrivée du 600 de Laval et à qui j’ai demandé comment fait-il pour réaliser PBP en si peu de temps ! Sa méthode : 20’ de sommeil à la demande de son corps et sur une murette ou une plaque de béton et réveil par le téléphone portable … ‘d’ailleurs la vie est une lutte’ m’a-t-il précisé suite à ma réflexion quant au froid (j’ai une expérience du 600 d’Auffay 2009 durant lequel j’ai claqué des dents longtemps après avoir dormi dans un abri bus)
Je suis un dormeur du genre dodo en 10 secondes sur l’oreiller … Donc c’est réalisable … mais j’ai besoin de 7 à 8 h mini …. Donc ça l’est moins …Donc méthode à tester car pour lui la forme est maintenue !
Reste que ma feuille de route indique seulement 2h45 de temps alloué aux aléas dont vont faire parti les pauses cerveau … adieu le confort d’un hôtel, d’une douche agréable, d’une pause conviviale au resto … et roule
Entre le V 20/08 18h05 heure de mon inscription auprès de ‘cyclohn’ et le dimanche soir … mécanique intensive pour préparer le vélo … améliorer les fixations … poser des gardes boue … adapter un porte bagage avec soudures à l’arc …. De la lumière ….bref le transformer pour qu’il devienne une randonneuse au long court
Résultat : roue dynamo avant du baron passée à l’arrière, roue arrière du tricycle passée à l’avant, feux du tricycle transférés, manettes de commandes de vitesse et câbles remplacés … réglage au top des freins … un peu de fiabilité quoi et de confort avec l’adjonction d’un porte bidon sur la colonne de direction pour y mettre les fameux figolus. Heu ! 22 kilos chargé.
Surtout je commence à m’inhiber l’esprit, celui qui doit m’accompagner pour contrôler l’énergie fournie et rendre tout positif.
Lundi matin 4h00 je suis en pleine forme, les soucis du boulot (PSE) sont estompés, je sens la marche à réaliser et c’est super motivant de tenter encore un premier 1000 et tester l’expérience des micros pauses sommeil. Le vélo est prêt, le bonhomme aussi, petit déjeuner, dernière douche et zou, aller chercher le train à 7 kms sous la pluie (même pas peur d’une seconde douche) et arrivée à la gare d’Auffay 10h00 sec et même avec un peu de soleil !
Des cyclos arrivent petit à petit, un grand plaisir de retrouver des têtes connues et inconnues mais aussi d’être sur la même longueur d’onde entre nous et avec les organisateurs. C’est grisant cette subtilité de savoir que pour chacun c’est déjà du bonheur et l’incertitude. Les organisateurs sont super rodés, nous sommes ‘briffés’ très sympathiquement et efficacement. je retiens que grâce au bac d’Auclair nous avons droit à un éventuel petit quart d’heure de rab (la moitié d’une pause sommeil en somme) …
Pendant le retrait du sésame jaune, je m’enfile une boîte de conserve froide en guise de repas car l’aventure a déjà commencée et l’idée est de rouler ma première étape (20 kms) avec les autres.
11h57 … Je suis pas sur la photo souvenir du départ parce que je n’ai pas suivi à la lettre les cours dispensés par ma coach … donc pas prêt et même un peu laborieux pour la fixation de la sacoche au porte bagage et de la bâche roulée sur la sacoche.
11h59 … J’y suis ! … et toc (mais je m’invective intérieurement)
12h00 … Je suis dans les claquements des cales aux pédales, les encouragements des organisateurs et du code de la route à appliquer …
12h00’15’’ … mais que fait le groupe ?????
Après 150m … D22 au lieu de la D3 … me voila bien, la trace disparaît du GPS … zen, il faut rester zen pourvu que la trace revienne à l’écran avant la disparition totale du groupe sinon ce sera la carte au fond des sacoches. Positiver : les connaisseurs ont sans doute voulu éviter une bosse.
Oui c’est bien cela la trace est de nouveau installée plein centre du GPS, le groupe peut maintenant disparaître … au revoir … nous sommes quatre derniers : 2 VD (Gilles et Alain) et 2 VC (Michel et Serge) points communs : notre premier 1000 … nous roulons ensemble environ 70kms … mais je suis incapable malgré tout de rouler à leur allure, s’instaure l’élastique entre eux-trois et moi.
Les Andelys … sortie avec première côte digne de ce nom … contraint à m’arrêter au sommet car mauvaises sensations à la relance, j’ai appuyé trop fort car je n’ai pas senti le couple idéal (sans doute du fait de rouler chargé avec le 20/20 pour la première fois) et un peu grisé par la vitesse ascensionnelle, mal sous le pied et picotement orteil, un peu de marche et tout est revenu dans l’ordre … et mes trois compagnons qui arrivent et font une pause ici aussi.
Michel est de Chartres et comme il est sympa il propose le gîte à notre premier contrôle mais je décline l’invitation car si la moyenne est actuellement supérieur aux prévisions je me vois mal forcer pour maintenir du 22Km/h et les suivre … d’ailleurs ils m’attendent quelque peu et on se dit à demain car nous avons bien compris qu’ils me dépasseront tôt ou tard. Ce que j’ai trouvé drôle c’est le fait d’avoir pu faire les pauses programmées et d’être toujours avec eux.
En fin d’après midi je fais mes premières courses et cas génial, des paninis maison, du miel d’acacia liquide, le sourire de la madame et sa complicité lorsque je découvre les 2 petites barres de Vénus rajoutées dans le sac. Bref de quoi tenir la première nuit et aussi de prendre une vraie pause de 30’ à Oullins, 120 kms.
Chartres, contrôle avec un café à 1,8€ : ou bien je suis riche ou bien je suis c.. Mais bon il faut relativiser c’est le tarif nuit ? Ou bien le service tamponnage ? Rester zen et ne plus y revenir …. Oui mais comment faire quand je remarque que ce lieu ne m’est pas inconnu car le 400 de Laval m’a déjà fait passer ici au printemps … Dès lors je vais constater que c’est exactement le même circuit … génial je vais être à fond dans les descentes si je connais la route. Bonne traversée de la Beauce sans aucun effort, juste contrer le vent latéral mais il est vrai que les hautes herbes et bas côtés me protègent, par contre il va se mettre à pleuvoir et puis je suis contraint de rouler en tenue d’hiver … mes sacoches sont lourdes mais je suis content d’être bien au chaud humide sous coupe vent de la tête au pied … il faudra attendre Romorantin pour tout faire tomber. De nouveau ravitaillement dans la première boulangerie, et puis un signe de sommeil, sans aucune hésitation le premier abri bus et dalle de béton rencontré et c’est pour moi ! Dès la sortie de la ville le cas idéal se présente, j’y étale la bâche préparée façon duvet et je règle la sonnerie à 30 minutes, je m’allonge puis plus rien à vous écrire, sauf que tout à coup ça sonne, j’suis à fond avec un petit vélo dans la tête, je n’ai aucune douleur nulle part, même pas froid. Et la il me faut un quart pour réinstaller le vélo et partir, mais c’est que ça marche le truc ! Il est 08h00et la journée s’annonce belle et ventée.
Je me fais la remarque de n’avoir vu aucun participant depuis la veille et je scrute les rétros en me demandant à quel endroit ils vont fondre sur moi ou bien sont-ils passés devant ?
La journée se passe hyper cool, aucun trouble de vigilance, juste que l’avance se réduit considérablement car je fais rien pour contrer le vent maintenant de face qui devrait sévir jusqu’à Angers … passage au contrôle de Loches sans problème, puis ravito à Saumur et, sur le point de repartir, deux cyclos qui arrivent et donc petite discussion … eux comptent dormir à Saumur dans l’hôtel d’en face (100m) après être passés à Angers.
Comme tout va bien et comme il existe son contraire, je suis donc à quelque part bien avant Angers et je vais commettre l’erreur de passer avec le grand plateau sur le pignon interdit et là … force est d’admettre que je n’ai pas rallongé la chaine, que j’ai pensé à le faire la veille du départ mais que j’ai omis de le faire !
Constat : le vélo n’est pas complètement fiable pour ce type de randonnée, résultat la transmission s’est mise en tension et est bloquée, j’ai beau assister au coucher du soleil sur le bord de Loire, je suis contraint de devoir faire une belle mécanique pour enlever la roulette du brin mou et permettre de tout débloquer. Le temps d’aléas n’est pas encore rogné, je reste zen car je constate rapidement qu’il n’est pas si compliqué que ça de résoudre le problème et surtout que rien n’est tordu ou cassé et donc pas d’abandon. Les mains sont noires. Je suis content d’avoir prévu le savon ad-hoc pour ne pas avoir à me souvenir que ma mémoire me fait défaut en voyant mes doigts pendant toutes les heures restantes du brevet. La pause à durée 45 minutes et j’ai toujours environ 2 heures d’avance sur la feuille de route. Les jambes tournent super bien et je reste calé dans l’idée de continuer à produire rien ou presque.
A l’entrée d’Angers je tourne à droite, j’attends le premier commerce encore ouvert car il n’est pas encore très tard, il fait nuit mais bon je ne pige pas tout de suite ce qui m’arrive, je suis la trace du GPS c’est tout … aucun commerce rencontré, même pas un commerce fermé … c’est que je n’ai jamais passé la pancarte Angers et que je suis dans pont de clé !!!!!
Et la c’est la baraqua, le vététiste déposé 1 heure avant le long de la Loire me croise, forcément on se reconnaît et il va me faire revenir sur Angers Centre, son étape, car ce
jeune malien ‘footeux’ est très proche d’avoir réalisé un 200 kms avec sa machine de descente, son défi étant de faire le tour de sa famille disséminée en France pendant ses vacances. Il enchaîne donc jours après jour des longues distances avec son sac à dos sur le dos ! Je suis super ému par sa gentillesse et comme il est très pressé de revoir sa sœur il préfère ne pas trinquer au bistrot/contrôle. Merci encore l’ami d’un soir et bonne route.
Bilan : grosse perte de temps et trop peu d’avance pour dormir longtemps si l’astuce de Jean Philippe ne fonctionne plus sur moi.
Après Angers c’est du vent dans le dos car il y en a encore un peu et c’est efficace, et je roule donc bien plus vite et donc je passe le grand plateau et je passe aussi une fraction de seconde le pignon interdit sur une côte hollandaise, et hop rebelote, un homme averti n’en vaut pas toujours deux ! Là c’est bien plus compliqué car la roulette s’est arrachée et la chaine est tombée sur la route. Je dois la retrouver à la pâleur de la frontale. Le vent est ressenti glacial, je commence à tremble de froid … pas bon, je me change intégralement pour éviter le pire, de toute façon si je la retrouve pas s’en est terminé du Brevet. Je reste calme pour bien concentrer mon regard dans le faisceau rasant de la frontale, je suis à quatre patte, toutes les aspérités ressemblent à une roulette. Je sens de l’agacement, mais bon, ne pas céder, chercher encore, mais pause recherche tout de même car je finis par me couvrir intégralement en coupe-vent, et j’insiste, je n’ai pas vraiment le choix, je ne suis pas hors délais, et puis j’ai l’impression de vivre un moment très important. J’imagine expliquer l’abandon pour une roulette qui s’est fait la belle parce qu’à l’origine j’ai oublié d’allonger la chaîne et qu’en roulant j’ai oublié pour la 2ème fois que …! Bon, elle est posée sur le milieu de la route à l’endroit où j’ai fait demi-tour à pied pour atteindre le grillage de l’aire de repos, mauvaise appréciation des distances hein ! Retour vers le vélo, oh non …il manque le roulement, une fraction de seconde je vois noir mais simultanément je constate qu’il est resté bloqué sur l’axe, quelle chance, il en faut pas plus pour tout positiver. Réparation effectuée, un grand ‘MERCI SERGIO’ (un autre Serge de Caen) pour son astuce du sachet de visserie embarqué. Gros relâchement après la gestion de cette pression, et donc signal très fort du cerveau qui souhaite sa pause, la plaque béton extérieure des toilettes de l’aire de repos fera l’affaire J’y étale la bâche préparée façon duvet et je règle la sonnerie à 30 minutes, je m’allonge puis plus rien à écrire, sauf que tout à coup ça sonne, j’suis à fond avec un petit vélo dans la tête, je n’ai aucune douleur nulle part, même pas froid tant que je suis dans la bâche …. Et la il me faut un quart d’heure pour enlever les coupes vents, me changer et remettre les coupes vents, réinstaller le vélo et partir, mais c’est que ça marche encore le truc !
J’ai la banane, mais pas trop car ‘la vie est une lutte’ et l’air frais fait mal aux dents … l’échauffement revient et c’est de nouveau une magnifique balade à suivre la trace et à regarder le paysage, puis le levé du soleil, nous sommes donc le mercredi 25/08.
Je suis maintenant pratiquement dans les temps de la feuille de route, je me doute qu’il faudra dormir encore mais j’suis hyper rassuré, bien gérer les ravitos, les contrôles, le pédalier et tout ira bien. En milieu de journée je vois un cycliste à 500m sortir d’un bois, le profil me permet de le rattraper, et je fais connaissance de Roland, une autre planète vient encore de me percuter, il commence à gérer une douleur à son épaule, puis l’élastique se met en place, puis à Vernou sur Brenne nous nous retrouvons ensemble, j’y attends un super casse dalle au poulet que je vais manger tout au long de l’après midi et lui va s’installer à une table en terrasse ! Bonne route. Je ne l’ai pas revu du voyage.
En fin d’après midi je bloque de nouveau la transmission, toujours pour la même cause, là je me dis que la vigilance baisse sérieusement et que les conneries commencent à bien faire … un p’tit peu normal mais bon j’suis furieux mais comme j’ai du savon j’suis calmé. Mais au moment de repartir même sensation que dans la nuit précédente, pose trop longue donc le cerveau dit stop, c’est trop bête, je suis à 7 kms de Bellême le contrôle, et je dois ravitailler pour la nuit ! Je décide de marcher le long de la route pour remettre mon corps au réveil, et que voilà ?
Une fusée qui me dépasse, ce n’est pas un rêve je suis transporté de joie de voir un compère, je remonte sur le vélo, je tire une bourre, je ne parviens pas à le rattraper …. Mais qui c’est ce gars ? En tout cas je suis bien réveillé.
Au magasin/contrôle j’y rencontre le personnage, Bellogia, on discute et même qu’on va essayer de rouler ensemble … c’est parti, profil à toboggan, il est devant il est derrière, la nature est splendide, on papote, on papote, et M….., transmission bloquée, Bellogia s’en va car il comprend le désastre, et puis surtout il souhaite rouler vite toute la nuit pour prendre le premier bac, formidable échange !
Heureusement, le savon pour le moral et la feuille de temps pile poil, la nuit tombe, soudain plus d’eau dans la poche à eau …. Quoi j’ai pas fait le plein à Bellême …. Je ne vais pas rater ce 1000 pour ce genre de stupidité …
Après 30 minutes sans cimetière, j’aperçois une chaumière bien vivante avec de la lumière, il fait nuit, il n’est pas loin de 22h00, j’y vais tout de même sinon c’est plié ! j’espère ne pas trop inquiéter les occupants.
Arrivée dans la cour, les petits gravillons font du bruit et la porte est grande ouverte, soirée d’été oblige, une famille de 8 personnes rassemblée autour d’une grande table. L’attraction de la soirée, j’ai droit aux remerciements pour avoir osé, j’ai surtout eu droit à de l’eau, beaucoup d’eau, j’ai pris le temps de vivre. Un très grand merci, très sincère, je repars avec du retard sur la feuille de route, mais bon je sais que le vélo peut rouler plus que 18km/h, que depuis le 600ème kilomètre la moyenne minimal est de 13km/h donc si pas de problèmes style mécanique n’est ce pas, je dois récupérer ce temps perdu, et il me reste pratiquement 200kms à faire. Un franc au revoir avec 8 coups de sonnette et me revoilà sur la trace. Formidable ce genre de contact, je suppose qu’ils ont consulté les ‘rubans blancs et forum jaune’ dès que ma lumière a disparue. A ben ils vont pouvoir passer des soirées d’hiver à lire tous nos périples.
Je pense y repasser un soir avec une bouteille normande, ce n’est pas très loin de chez moi au final. Hein oui que les Normands sont sympas !
Par la suite je me souviens d’avoir pu redormir super bien encore trois fois mais là je sais plus trop où précisément, je sais aussi qu’il ne reste plus beaucoup de savon car j’ai au total bloqué 8 fois la transmission !
A une dizaine de kilomètre d’Auffay environ, c’est Marcel qui me rejoint et je suis tombé sur un gars hyper sympa, il me donne de bonnes nouvelles de Ndie Bent, puis j’ai appris plein de chose dans le monde du PBP puisqu’il y fait la sécurité en moto. Nous arrivons donc ensemble alors que les cloches sonnent les douze coups. Dernier coup d’œil à la feuille de route : 12h13. Un poil en avance, de bons augures pour les futures longues distances, et surtout PBP. De toute évidence, le BRM qui m’a le plus appris sur moi-même. Je suis toujours preneur de toutes les ficelles de chacun.

Je reste sous les halles jusqu’à 15H00, pratiquement tout le groupe s’échelonne, on papote, il fait bon, je n’ai pas sommeil, mais il faut bien rentrer.
Coup de fil de ma fille qui m’indique qu’elle ne peut pas venir me prendre pour monter sur Lille. Ce n’est pas grave, je vais aller dormir au terrain de foot et je vais prendre le train de 17h43 pour Caen. Le portail du stade est fermé, dommage car les tribunes ne vont pas pouvoir me protéger de la pluie qui sournoisement s’est installée. Qu’à cela n’tienne, je m’allonge devant le portail sur le bitume, puis plus rien à écrire, sauf que tout à coup ça sonne, j’suis à fond avec un petit train dans la tête, je n’ai aucune douleur nulle part. Un peu plus tard Patrice Legal, notre très talentueux organisateur, qui m’a aperçu par hasard sur le quai me rejoint avec sa fille. Force est d’admettre qu’il est très difficile de gérer la carte bancaire et de faire l’achat du ticket de train ! Merci Patrice, je n’ai eu qu’à taper le code … puis alors que le train qui vient d’arriver est sur l’autre voie Merci Patrice pour ta rapidité de cogitation à constater qu’il va partir sans moi du fait que je ne suis pas sur le bon quai ! S’ensuit un au revoir façon tout en même temps …
La phase de récupération s’est faite sans soucis, dodo dans le train seulement 30 minutes, sans doute trop inconfortable. A la maison je réalise petit à petit. Impossible d’aller dormir, j’ai tellement de choses à raconter et je suis en phase d’euphorie, vous savez celle où je pars me coucher et je reviens sur mes pas pour ajouter une autre anecdote, le cerveau a dit stop d’un seul coup à 23h00, réveil naturel à 7h00, autre dodo à 10h30 puis un autre à 16h00 puis une nuit complète et c’est tout.
Je vous souhaite à tous une bonne route et au plaisir de partager nos émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berniche
Accro du forum
avatar

Messages : 1662
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mar 14 Sep 2010, 22:43

Merci! je me suis régalé, bonne récitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
discoveur700
Admin
avatar

Messages : 6655
Âge : 39
Localisation : Bayeux
VPH : Baron clowné en avatar, méta700 lightisé, catrike expédition électrifié, catrike speed (Challenge mistral USS, Orca Optima, Agenda performer jadis...)
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mar 14 Sep 2010, 22:54

Bah après un tel compte rendu, comme on dit "y peuvent sortir une super production les ricains", , ils feront pas mieux.

On s'y croit tellement que j'ai inspecté mes mains pour voir si elles n'étaient pas noires couleur chaine !!!


Cela m'a fait ressentir des sensations de froid connues sous les vêtements imperméables en Irlande. Bref un compte rendu qui une fois de plus fait rêver, du grand, du très grand ROUEDEVELO !

B R A V O

__________________________________
vélo couché, trike, vélomobilerandos, voyages, courses, passion !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/discoveur1000
Jéjon
Accro du forum


Messages : 7366
Localisation : Belgique
VPH : Schlitter Encore, Zockra Gwer, Sucre d'Orge (TD Dechenne), Optima Orca ASS, Tandem Flevo Amigo, Cuberdon (VM A2)
Date d'inscription : 07/01/2006

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mer 15 Sep 2010, 09:36

J'adore !

Permettez-moi de relever quelques perles dont je tâcherai de me souvenir :
Citation :
l’avance se réduit considérablement car je fais rien pour contrer le vent maintenant de face [...]
Comme tout va bien et comme il existe son contraire [...]
ne pas avoir à me souvenir que ma mémoire me fait défaut [...]
je reste calé dans l’idée de continuer à produire rien ou presque [...]
je suis à quatre patte, toutes les aspérités ressemblent à une roulette [...]
et puis j’ai l’impression de vivre un moment très important [...]
J’ai la banane, mais pas trop car ‘la vie est une lutte’ et l’air frais fait mal aux dents [...].

Merci, Serge !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sergio
Posteur de bronze
avatar

Messages : 325
Âge : 56
Localisation : CAEN
VPH : condor + performer HighRacer
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mer 15 Sep 2010, 10:59

Génial ! Félicitations !

Bon dans la pochette de visserie tu aurais pu glisser une ou deux attaches rapides ....

En tous cas : IMPRESSIONNANT

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierre1911
Accro du forum
avatar

Messages : 2673
Localisation : Monts du Lyonnais
VPH : Q71:2, Q418*2/3, VAE, Kettwiesel Ib, IIb et IIIe, Brompton S6L et TD (en panne de construction)
Date d'inscription : 15/04/2009

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mer 15 Sep 2010, 11:45

fond et forme géniaux!!!!
B R A V O !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyclochica
Posteur de bronze
avatar

Messages : 242
Âge : 40
Localisation : Paris
VPH : Performer HR
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mer 15 Sep 2010, 20:35

Serge tu es mon héros!!!
Bravo!!!!! Que de progrès depuis nos premiers brevets, même pas en retard pour le départ!!!
En tout cas tu assures, sur la route comme sur le CR...
Au fait tu as roulé avec quel vélo?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mangeolle
Posteur de bronze
avatar

Messages : 331
Localisation : connérre 72160
VPH : vae giant
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mer 15 Sep 2010, 21:36

BRAVO, ROUDEVELO

plus que 6mois avant le petit 200 pour les qualifs pbp

vk2 70
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vk272.skyblog.com
sebastien
Accro du forum
avatar

Messages : 8504
Localisation : Laval
VPH : Eu...Lynx, Agenda, A-traction, Tandem M5, Leiba Record Ai...Sokol, TD Zockra, Milan Sl
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mer 15 Sep 2010, 23:24

En tant que pratiquant de la longue distance, c'est un régal à te lire en (t)s'imagineant...
à samedi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://afvelocouche.fr
isard09
Accro du forum
avatar

Messages : 1166
Âge : 56
Localisation : Mas d Azil 09
VPH : Baron orange ,krolann2,TD carbobambou
Date d'inscription : 08/01/2007

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Dim 19 Sep 2010, 15:02

formidable compte rendu , qui nous fait vivre dans la bonne humeur les bons cotés de la longue distance et les moments de galère !
mais quel moral d'acier !
félicitations!

Alain
ps ; quel vélo?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rouedevelo
Accro du forum
avatar

Messages : 2823
Localisation : CAEN FRANCE
VPH : lr performer tid, trike ice qnt et tw-bent
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   Mer 22 Sep 2010, 11:07

merci beaucoup pour les encouragements !
la saison des brevets est terminée et suite à ces messages chaleureux et quelques MP (qui font très plaisirs) , je constate que je peux préciser quelques points stratégiques.
ce 1000 est l'aboutissement de plein de trucs glanés, que j'ai testés et adoptés lorsqu'ils me conviennent ...
c'est aussi une persévérance dans l'idée de produire un effort minimum et de rouler au rendement seulement.
le foncier est batti sur des sorties totalisant au moins 100 bornes par semaines avec arrêts réguliers et dans toutes conditions ( y a pas de saison)
tous ces entraînements sont réalisés de façon à ne pas me fatiguer ... une simple activité physique sous forme balade.
les brm se font donc de la même façon sauf que c'est plus long !
je compte conserver le 'moral d'acier' qui s'est établie au fond de moi du fait de cette pratique zen pour tenter le PBP 2011 dans les même conditions
le vélo est un performer LR 20*20 traction indirecte qui se coupe en deux parties et qui a fini par me séduire par son comportement général
à bientôt sur les routes
et si vous permettez je fais un gros bisou à cyclochica ma coach héros
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit compte rendu de mon 1er 1000 (Auffay, le 23/08/2010)
» [GPS] Petit compte-rendu d'un Garmin StreetPilot i3
» Petit compte-rendu d'essai
» Compte-rendu de la vidange d'un petit étang
» petit rappel et compte rendu "fredox"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Vélorizontal, vélo couché et autres véhicules à propulsion humaine :: Les Activités du Vélorizontal :: Longue Distance-
Sauter vers: